[LIBRE] À la découverte de Saint-Ægolius

♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE

© Design par Blue
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [LIBRE] À la découverte de Saint-Ægolius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Neympha Prisonnière de Saint Ægolius
 Prisonnière de Saint Ægolius


Messages : 21
Date d'inscription : 29/02/2016

MessageSujet: [LIBRE] À la découverte de Saint-Ægolius   Lun 7 Mar - 20:14

[Je voulais juste m'assurer que les surveillants des déboulunés puissent aller quérir des poussins avant de m'élancer ! Je fais quand même le RP, on sait jamais. ]


  Les ailes gonflées par les bourrasques, Neympha se laissait glisser dans le vent. Etant une Sang-Pur, bien évidemment, elle recherchait des poussins. Oh ! des poussins, des poussins, des poussins. C'était l'avenir, LE DESTIN de Saint-Ægolius, et Neympha se disait :
  « Oh ! qu'ils seront heureux... Ils nous fourniront des paillettes... Ah ! des paillettes ! Oh, oh, et, bien sûr, je les garderait. C'est pour ça qu'ils seront heureux ! Sous le beau clair de lune, son reflet baignant leurs ailes, ils se reposeront posément. Ainsi, ils oublieront tout leurs soucis.. Saint-Ægo est le refuge parfait pour eux !... » 
  Avant qu'elle ne puisse s'épanouir d'avantage, elle baissa brusquement la tête, des piaillements baignant ses orifices et avisa un poussin criant à la mort en dessous, tellement fort que même une chouette sourde pourrait l'entendre. En levant les yeux au ciel, l'harfang des neiges fondit en piqué sur le petit. Se posant à côté de lui, elle chuchota lentement :
—  « Hé, hé, petit... Ne piaille pas comme cela... Tu vas alerter toute la forêt ! » Le petit la regarda, effrayé et sceptique en même temps, et bégaya, apeuré :
—  « Mais euh.. C-c'est ce que j-j'essaie de faire... Il marqua une pause, et reprit, haletant, braquant sur la femelle de grand yeux écarquillés par l'affolement. D'ailleurs, il tremblotait. B-bin, Madame, je suis tombé d-d-de m-mon n-nid... E-et j-je ne s-sais pas v-voler... »
—  « Tu n'as pas besoin de savoir voler pour être exceptionnel, souffla Neympha sur un ton qu'elle voulait doux et rassurant. Tes parents t'ont abandonné... Je suis Neympha, et je prendrai soin de toi. Allez, viens. Détends-toi... Oui, oui, voilà, c'est bien. Je vais t'amener à un endroit éblouissant. Ça s'appelle Saint-Ægolius... Tu connais peut-être ? Tu deviendras un grand Tyto... Un suprême avenir s'offre à toi... Tu ne vas pas rater cette occasion ? » 
Puis, sans attendre de réponse, la « Surveillante des Déboulunés » pointa des serres dénudées sur le poussin et l'attrapa, plaquant ses ailes contre son flanc. Prenant son envol, elle scruta la forêt, pensive, et murmura, pas assez fort pour que le poussin l'entende, tout en penchant sa tête en tout sens afin d'évaluer ses ailes :
—  « Une forêt ou nichent nombreux poussins.. Oh, que c'est simple d'attraper ces petites bêtes. Celui-ci ne se débat même pas... Quelle naïveté ! Oh ! Tes rémiges sont très courtes. Tes ailes ne sont pas bien grandes. Tu seras, je le pense, un DPV ! Oh, tu pourrais aller dans le couvoir. Ou dans le pelotorium, comme trieur ! Ah ! Je t'avais bien dit que tu avais un grand avenir devant toi ! Que tu as de la chance, le flatta-t-elle. Je suis certaine que tu te plairas là-bas. Tu me fais confiance, n'est-ce pas ? »
—  « Bah... »
—  « "Bah" ? répliqua Neympha en lui jetant un regard en coin. "Bah" quoi ? »
—  « Euh.. Euh... Bah... Bah oui ! B-bien sûr ! » s'empressa-t-il de répondre.


*

Plus tard, au milieu de la nuit, le rassemblement de chouettes était arrivé à Saint-Ægolius. Neympha déposa le poussin au sol, et se posa sur son endroit qui lui était propre, celui duquel elle pouvait aviser tous les déboulunés. Son casque métallique était d'un noir absolu et ses yeux roulaient sur l'assemblée de petit. À l'arrivée de la Reine, même aux quelques envergures d'ailes qui les séparaient, elle courba son dos en une révérence absolue. 
  Les poussins se dirigeaient au glaucidium. Tandis qu'ils marchaient lentement, apeurés, Neympha se faufila au-dessus d'eux afin de prendre son... autre place propre, afin d'avoir une vue complète sur l'endroit où les poussins seraient déboulunés. Quand ils débouchèrent enfin sur la grande place, Neympha se faufila vers eux et lança, quand ils eurent tous prit leurs places, d'une voix claire, les paroles suivantes :
—  « Vos parents vous ont abandonnés. À présent, vous êtes des orphelins... à demi, car, nous, Sangs-Purs, sommes vôtre nouvelle famille. Des murmures sceptiques coupèrent la femelle et une voix retentit :
—  « Non ! On n'est pas des orphelins ! Laissez-nous rejoindre nos familles ! C'est pas vous nos parents ! »
—  « Tais-toi, jeune effronté ! Trancha la chouette des neiges. Comment oses-tu, 13-1 ! Tu verras... Je pense que tu découvriras bien vite les règles de Saint-Ægolius.. Dont celle qui indique d'avoir TOUT RESPECT envers ses supérieurs ! Elle se racla la gorge, et reprit : Je suis sûre et certaine que vous êtes très fatigués. Vous sentez vos serres ankylosées par le sommeil... Vos têtes sont lourdes sur vos épaules... Vos paupières luttent pour se fermer... À présent, vous allez relever vos becs, fixer la belle lune ronde et.. Dormir ! Dormez, petits, car demain est un grand jour ! 
  Neympha connaissait par coeur son discours. Au pire, elle improvisait, mais c'était toujours des réussites... Elle était une bonne surveillante, elle avait beaucoup de mérite ( petit clin d'œil à Nathan ).
  Toujours plus tard, les déboulunés marchaient à pas raides vers les salles auxquelles ils étaient dédiés : l'un partait vers le pelotorium, l'autre vers le couvoir, l'inventorium voire vers la salle d'entretien des serres de combat. Neympha plissa les yeux tandis qu'une chouette effraie des marais tendait les ailes, réprimait des yeux écarquillés et ouvrait grand le bec, marchant avec des jambes de bois. L'harfang des neiges lâcha un léger : « Tss... » Ah ! Mauvais signe... Elle leva la tête, ouvrit le bec et brailla :
—  « Alerte ! Alerte ! Tire-au-flanc détecté ! Je répète, tire-au-flanc détecté ! Il a peut-être des acolytes, restez sur vos gardes ! » Sans un mot de plus, Neympha plongea sur l'intéressé, l'attrapa dans ses serres - sa spécialité - et lui souffla : 
—  « Eh oui, c'est de toi que je parle ! » Elle l'emmena dans un endroit lumineux - trop -, baigné des rayons de la lune qui étaient réfléchis sur les parois de pierre blanches obliques de cette cellule. « Étrange », pourrait penser cette petite effraie. Eh oui... Saint-Ægolius est comme ça !
—  « Qu'est-ce qu... » Commença-t-il.
—  « PFT ! Fit Neympha. Pas de questions ! Ah ! Tu t'amuses bien... D'abord tu feignes d'être débouluné et en plus tu poses des questions ! Oh, mais dis, c'est toi, 13-1 ! Je ne t'avais pas reconnu. Que tu es indiscret ! Te faire repérer si tôt... C'est dommage, tu étais si.. mal parti ! Tu vas rester ici jusqu'au déclin de la lune. Après, crois-moi, les plaisanteries te passeront ! Et pas la peine de baisser le bec, je te surveille. Sur ces mots, elle fila sur une place en haut de la cellule d'inlunation et ici elle se posa, fixant le jeune effronté, sans même détourner une fois le regard. 
—  « Plus haut, le bec ! » 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
AsserioLieutenant des Sangs-Purs
Lieutenant des Sangs-Purs


Messages : 35
Date d'inscription : 06/09/2013

MessageSujet: Re: [LIBRE] À la découverte de Saint-Ægolius   Jeu 17 Mar - 20:00

De toute sa vie de sang pur, Asserio n'eut aucune expérience telle que celle qui vous sera comptée ici bas. L'insubordination des jeunes, liée à leur désir non caché de rompre avec le quotidien quelque peu morose de Saint Aego, pouvait faire des ravages dans l'engrenage bien huilé des sang purs. Certains d'entre eux avaient décidés d'instaurer une journée de la farce, comme si le travail de sang pur n'était pas déjà assez compliqué au quotidien. Bien que cette journée était officiellement interdite par la hiérarchie, il semblait que certaines chouettes s'y laissait tout de même tenter, inconsciemment, et sans aucun respect pour l'ordre tytonique. Qu'un sourire vienne égailler les murs froids du pelettorium était une chose, mais stopper les travailleurs assidus était inacceptable.

Asserio, qui profitait de ses nuits à veiller pour sa fratrie, n'avait pas la tâche facile aujourd'hui, et ne savait plus où donner de la tête. Slalomant entre les déboulunés, travailleurs acharnés et imperturbables, l'effraie du cap tentait de débusquer deux trouble fait qu'il avait repéré plus tôt. L'une d'entre elle avait trouvé pertinent d'inverser le sens des affichettes que les déboulonnés suivaient mécaniquement, créant ainsi des embouteillages sans fin.

Il fallait que ces non sens cessent et Asserio allait y veiller. Il lui suffisait juste de trouver ces… tien en parlant du loup !

En effet, il aperçu dans un recoin rocheux un tyto mettant un casque aux dessins de l'ennemi sur la tête d'un débouluné. Se croyait-il drôle ? Il fallait croire que oui à la vue de son acolyte ricanant comme un kokaburra… enfin, si on pouvait parler d'un ricanement. Les gémissements dont il faisait preuve pouvait plutôt être comparé à un mélange désagréable entre miaulement et grincement de deux arbres au vent.

« Hé !!! Vous voulez que je vous aide ? » s'écria-t-il en s'avançant en voletant dans leurs direction.

Les deux effraies blagueuses s'arrêtèrent net dans leur petit jeu, sans doutes trop surprises par cette arrivée imprévue. Pourtant, leur rictus resta tout intact, comportement qui avait de quoi mettre Asserio dans une rage folle.

« Et bah pourquoi pas ? » répondit l'un d'eux, ajoutant à son insolence des gloussements indigne d'un tyto. « Hihuhuhuhuhuuu, hihuhuhuhuuuu ». Puis les deux énergumènes prirent la fuite dans un couloir sombre, comprenant qu'il ne fallait pas tarder face à un supérieur en furie.

Alors là, les deux aller le payer cher ces comportement indignes. Ils allaient finir trieur, même moins que ça, trieur des pelotes des trieurs, se dit-il intérieurement en se lançant à leur poursuite. Asserio bouillonnait comme rarement, accumulant pendant cette nuit de recherche mépris et haine envers ces chouettes qui ne respectaient rien.

Entrant dans cette orifice rocheux sombre et froid, tentant de localiser les ricanements, l'effraie du cap trébucha sur un rebord caché. Manquant de s'y briser une serre, Asserio tomba à la renverse, pris dans l'élan de sa course avant de fini tête la première dans dans une épaisse boue qui jonchait le sol.

« Hiiiiii huuuuuhhuhuhuuuu »
qu'il entendit comme un écho au bout du couloir, comme s'ils avaient prédit sa chute.

Asserio les aurait tué sur le champ, ces deux mous du croupion… non, même pas, ces rampants… pire que ça même. Les mots lui manquaient pour décrire les deux trouble-fait et la rage dans laquelle il s'était mis. Finalement, c'est qu'une fois qu'il compris pleinement la situation dans laquelle il s'était mis qu'Asserio ne pu se retenir.

« Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! » cria-t-il de toutes ses forces, sans que cela ne puisse réellement apporter une quelconque solution à sa situation.

Se relevant de cette flaque de mélasse et d'eau, il compris vite dans quel état il avait fini. Ses plumes étaient détrempées à un point tel qu'il en devenait méconnaissable. La blessure à la base de son aile s'était quand à elle réveillée, et Asserio espérait juste ne pas s'être cassé quelque chose.

Finalement, cette course poursuite avait tourné court, et l'état dans lequel l'effraie avait fini ne lui permis clairement pas de continuer. De plus, les ricanements s'étaient évanoui, et le sang pur à la retraite n'aurait jamais été en mesure de reconnaître les deux trublions.

Peutot, Asserio se contraignit à revenir sur ses pas, méconnaissable tellement la boue tâchait son plumage. Avant même de repartir en chasse, il avait un besoin urgent d'un bon bain et un peu de repos. Se fondant parmi les déboulunés, sa démarche était mécanique, raidi par la douleur… un débouluné parmi les déboulunés. Son disque facial autrefois si beau était enlaidi par la terre humidifiée, il en était méconnaissable.

Sans qu'il ne puisse comprendre avec certitude sa situation, Asserio se senti comme projeté dans les airs. Des serres l'agrippaient sans ménagement, une chouette bien plus massive que lui l'enveloppait sans mal… mais qui ? Se tournant vers celui ou celle qui l'avait saisi, il reconnu difficilement un harfang de par le plumage aux allure de neige maculé de noir.

« Eh oui, c'est de toi que je parle ! »

« Qu'est-ce que… » répondit Asserio sans une once de détermination. En un instant, sa rage avait laissé place à une peur non contenue. L'effraie du cap avait perdu ses moyens. Il devait y avoir méprise, et que faisait cet harfang ici même ?

Le vol forcé ne fût que de courte durée, et se termina dans une de ces pièces que l'on utilisait pour débouluné les téméraires. Quand il compris l'erreur, son gésier se raidit d'une traite. Son apparence mal léchée, ainsi que sa démarche de chouette endolorie pouvait clairement le faire passer pour ces chouettes qu'on envoyait travailler pour la noble cause, un euphémisme pour parler des déboulunés. Mais lui ne voulait pas finir ainsi, surtout après une si bête méprise ! C'était impossible !

« Pas de questions ! Ah ! Tu t'amuses bien... D'abord tu feignes d'être débouluné et en plus tu poses des questions ! Oh, mais dis, c'est toi, 13-1 ! Je ne t'avais pas reconnu. Que tu es indiscret !... »

Neympha ! C'était donc elle ! Une pointe de soulagement l'envahi quand il comprit qu'il ne risquait pas d'être envoyé au tri. On disait les harfangs un peu miro, mais là c'était à la limite de la cécité. Asserio tenta de placer un hululement, ne serait-ce son nom, mais l'énorme oiseau à qui il avait à faire ne lui en laissa pas l’opportunité. L'harfang en présence avait du caractère et savait se faire respecter, et cela expliquait sans doute pourquoi on l'avait accepté parmi les purs.

L'oiseau blanc alla se placer un peu en hauteur et continua sa sérénade mécanique sans vraiment porter plus d'attention à qui pouvait bien réellement être cet oiseau barbouillé d'immondices. Non, ce n'était pas 13-1 se dit-il en souriant intérieurement.

Finalement, Asserio prenait presque plaisir à jouer ce rôle de débouluné, se laisser faire pour mieux caler une surprise qui risquait de mettre Neympha dans l'embaras. Il attendait patiemment le moment opportun pour annoncer la bévue à son joaillier... à faire une farce ? L'effraie qui ne cachait pas son dédain pour cette « fête » ne faisait pas moins pas plus que d'y participer. Se sentant presque coupable, il attendit que l'harfang finisse pour lui annoncer l'inavouable.

« Alors sans vraiment m'offusquer de ta comparaison bien peu reluisante avec un jeune débouluné… c'est Asserio ! Donc non, tu vas pas tenter l'inlunation »

Drole de retournement de situation pour sur, et pas des plus agréables pour celle qui ne faisait que son travail : quelle bévue !

« Pas de risques à avoir, cette petite histoire restera entre nous » ajouta-t-il histoire de mettre un peu de légèreté à la méprise.

[PS : Ca va, c'est pas trop tiré par les cheveux pour toi ? Dsl pour le temps de réponse me concernant :-( ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Neympha Prisonnière de Saint Ægolius
 Prisonnière de Saint Ægolius


Messages : 21
Date d'inscription : 29/02/2016

MessageSujet: Re: [LIBRE] À la découverte de Saint-Ægolius   Sam 16 Avr - 10:34

[Nop, pas du tout ! Et puis pour le temps de réponse je crois que là je te bats. ><]

13-1 était encrassé. Bizarrement l'effraie semblait heureuse de savoir qu'elle allait bientôt se faire inluner ! Ce qui prenait l'harfang des neiges un peu en surprise, pour sûr.
—  « Alors sans vraiment m'offusquer de ta comparaison bien peu reluisante avec un jeune débouluné... C'est Asserio ! Donc non, tu vas pas tenter l'inlunation. »
  A ces paroles, Neympha hoqueta. Quel embarra ! Voilà pourquoi il avait l'air si sûr de lui ! Oh... Quelle piteuse surveillante faisait-elle ! Elle se dandinait sur ses pattes, puis Asserio reprit :
—  « Pas de risques à avoir, cette petite histoire restera entre nous. »
  Elle se sentit plus soulagée mais restait tout de même déshonorée. Derrière son casque, elle fronçait ses muscles oculomoteurs, l'air profondément gêné.
—  « Je m'excuse, Asserio. Je vous ai offensé et me voici embarrassée à ne plus en finir... »
  Et c'est tout ce que je peux sortir, rien d'autre ne veut passer. Bon, c'est déjà bien... Après, il faudra réellement que je trouve autre chose ! Mais quand même, comment ai-je pu confondre ASSERIO le grand, avec un piteux débouluné comme 13-1 ? Je secoue ma tête. Je n'ai pas l'air bien maligne après ça. 

[Ouais bah y'a pas que Neympha qui est piteuse, avec les lignes que j'ai faites... é.è]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
AsserioLieutenant des Sangs-Purs
Lieutenant des Sangs-Purs


Messages : 35
Date d'inscription : 06/09/2013

MessageSujet: Re: [LIBRE] À la découverte de Saint-Ægolius   Mer 11 Mai - 1:01

Asserio était calme, presque lunatique, après cette terrible méprise. Il n'avait presque jamais ressenti pareil apaisement après que sa boule au gésier l'ait quitté.

—  « Je m'excuse, Asserio. Je vous ai offensé et me voici embarrassée à ne plus en finir... »

L'effraie se demandait même quelle était la situation la plus invivable : se faire prendre pour quelqu'un d'autre au risque de subir quelques réprimandes réservées au espèces inférieurs, ou être celui auteur de cette drôle de confusion. Pas de doutes que Neympha aurait préféré disparaître quelques minutes, moyen impossible mais tellement espéré quand la honte vous envahi. Asserio ne le cachait pas : certains instants ne méritaient pas d'être vécu. Si contrôler le temps était un don qu'on lui avait donné, il aurait sans doute fait le plus bref des « avance rapide ».

Enfin bref, les voilà qui se trouvaient face à face, sans qu'une parole puisse remettre un improbable dialogue entre les deux chouettes.

« Heu... » Béguellia-t-il sans vraiment comprendre la raison. « Pas de mal hein... » puis le silence revint entre les deux chouettes.

Seul le grondement de pas des déboullunés raisonnait dans les immenses falaises de saint Aego. C'était comme comme la preuve que malgré cette bévue, le royaume des chouette tournait encore, et qu'il n'y avait rien de grave finalement. Une histoire aussi vite oubliée qu'une mauvaise rencontre, qui nous laisse pourtant si mal à l'aise sur le coup.

« J'étais à la poursuite de deux vaut rien qui troublent l'ordre, les aurais-tu croisés ? » Ajout-a-t-il comme si de rien était. « M'aiderais-tu à les retrouver ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [LIBRE] À la découverte de Saint-Ægolius   

Revenir en haut Aller en bas
 

[LIBRE] À la découverte de Saint-Ægolius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE :: Forêt de Tyto :: Le Sol-
Sauter vers: