Les Gardiens existent?

♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE

© Design par Blue
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Gardiens existent?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
(Soren)Chouette inactive


Messages : 116
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 24
Localisation : Dans son creux, au Grand Arbre.

Qui es-tu ?
Race: Tyto Alba
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Squad Météo

MessageSujet: Les Gardiens existent?   Sam 9 Juil - 18:40

Je volai calmement au dessus de la forêt d’Ambala, la nuit était tombée peu de temps après mon départ du Grand Arbre. Je devais faire des expérimentations atmosphériques à propos des Siamois qui surplombaient cette forêt. J’avais lâché des balises de plumes quelques temps avant à très exactement 56° de latitude sud et 94° de longitude est. Je volai désormais en direction de la lisière, je restai sur mes gardes, car les Sang-Purs n’était pas loin et leur voyage pour récupérer des chouettes sois disant orpheline peuvent être dangereuse pour moi. Je ne souhaitais pas me faire repérer, et encore moins me battre avec eux. Des Dalots comme je n’en avais jamais senti, Ezylryb m’avais mis en garde contre ces courant qui peuvent s’avéré mortel dans certain cas. Je décidai de me poser sur cette branche d’un hêtre quelques mètres plus bas. Ici j’étais à l’abri des violent courants, et pouvait donc me reposer un instant. Quelques heures plus tard, alors que la Lune était déjà au dessus des sommets des Gorges, je m’envolai pour inspecter le ciel afin de déceler des balises qui aurait dérivé. Je naviguais en suivant l’œil de Glaucis. Mon estomac criait famine, n’apercevant aucun indice pouvant m’aider à trouver les plumes. J’écoutai attentivement pour trouver un quelconque mulot à me mettre sous le bec, quand soudain un battement d’aile, si sourd que je reconnu le vol d’une chouette effraie. Un Sang-Pur, Je piquai vers le sol, attrapa le mulot que je venais d’apercevoir dans le noir, et me réfugia rapidement dans un creux. Je dévora celui-ci, ne le laissant pas souffrir d’avantage, et jeta un œil à l’extérieur près à utiliser mes serres de combat que Bubo avait affuté avant mon départ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
InvitéInvité



MessageSujet: Re: Les Gardiens existent?   Sam 9 Juil - 18:41

    La meilleure amie des chouettes, la lune. Dans le cas de Pellimore, c'était assurément sa seule amie. La tyto volait silencieusement dans les airs, à une hauteur quand même raisonnable, au dessus de la cime des arbres. La nuit était quand même chaude, elle pouvait sentir les courants d'air tiède sur ses plumes déployées grandement. Elle semblait prendre son temps, comme s'il n'avait rien qui pressait. En effet, elle avait été autorisée à aller chasser seule pour cette fois, sans accompagnateur. Il était temps ! Pellimore profitait de cette liberté qu'on lui avait accordé pour son bon comportement. Elle aurait très bien pu se dépêcher d'engloutir quelques rongeurs ou insectes et retourner vite s'entraîner mais ça ne lui disait rien cette nuit. En profitant pour regarder son amie la lune, Pelli leva sa tête plumée vers ce gros astre lumineux en s'y perdant. Ces derniers temps, elle avait été sa seule confidente. La seule à qui elle pouvait vraiment se confier. Quoique, elle ne pouvait pas trop se permettre de parler trop fort, les chouettes avaient une trop bonne ouïe ! Non, elle gardait tout pour elle, c'était plus sûr. Pelli ne pouvait pas se permettre de se faire découvrir ou qu'on ait un quelque soupçon sur elle.

    Baissant d'altitude graduellement, la chouette aux ailes rousses se posa sur une énorme branche dans le haut d'un arbre. Silencieuse comme la nuit, Pellimore s'ébroua en rangeant ses ailes dans son dos. C'était rare que la nuit se portait si silencieuse que ça, s'en était même déboussolant. D'un autre côté, il était plus facile à entendre les bruits environnants et surtout les ennemis. Pouvait-il en avoir dans les parages ? Il était sûrement rare de voir d'autres chouettes "hostiles" puisque ce territoire n'était fréquenté que par des sangs-purs principalement. D'un autre côté, Pelli aurait le choix de son goûter pour cette nuit, tant mieux ! Tranquille sur sa branche, elle s'y accrochait avec force à l'aide de ses serres bien aiguisées. À bien y repenser, c'était la première fois qu'elle se retrouvait avec elle-même dans cet endroit, seule. Ça faisait du bien de se sentir libre, dans un pareil endroit. La situation était ironique puisqu'elle était plus que prisonnière. Certes elle aurait pu se laisser aller et faire comme Kludd par exemple, vouer une totale admiration pour cette grande chouette mais Pellimore n'avait pas l'intention de s'y faire. Si elle servait ces damnés de sang purs qui l'avaient prises il y avait des semaines, c'était uniquement par parure. C'était également une partie de son plan d'évasion, de rester aux seins des sangs-purs pour pouvoir en ressortir plus forte. Quel plan tordu oui !

    Entendant les couinements d'une petite souris sur le sol, Pellimore se décida enfin à se bouger l'arrière train et se laissa tomber de sa branche tête la première en piquant vers le sol. Plus elle s'approchait, plus ce repas semblait des plus succulents. Tantôt se sentait-elle lasse de chasser mais maintenant, elle avait terriblement faim. Elle n'avait pas mangé depuis trop longtemps, ça commençait à la peser lourdement et à se faire ressentir lors des entraînements. On avait cessé de lui répéter comment il était important de se nourrir chaque nuit et blabla, elle n'y arrivait pas. Deux fois par semaine, c'était pas trop mal nah ? Attrapant ce malheureux rongeur entre ses serres, Pellimore atterrit sur le sol et avala son repas d'une seule becqué. Délicieux ! Une autre ? Tournant la tête pour se trouver une nouvelle proie, Pelli se trouva un petit oiseau minuscule dans un arbre. Étirant les ailes pour s'envoler vers le haut de cet arbre, Pellimore paniqua en sentant un poid sur son dos. Complètement affalé contre le sol, la chouette poussa une longue plainte en finissant par se tourner et attaquer son assaillant. Maudit chat sauvage ! Réussissant à s'en débarrasser avec quelques coups de becs et de serres, le félin s'en alla en feulant de rage. Les ailes complètement ouvertes encore, Pelli les plia et les déplia en grimaçant de douleur. Oh c'était super. Le coeur tambourinant contre sa petite poitrine de volatile, la chouette regarda nerveusement autour d'elle puis finit par sauter le plus haut qu'elle pouvait sur ses pattes, s'aidant de ses ailes pour se poser sur la première branche. C'était encore trop bas ! Avec un dernier effort, la Tyto sauta encore et alla se poser quelques branches plus haut avec les encore toutes ouvertes. Elle n'était pas capable de les fermer, trop douloureux. Regardant tout en bas, elle s'assura que ce satané félin ne l'avait pas suivit dans l'arbre, puis se retourna en restant le bec cloué.

    Il y avait cette chouette dans ce creux. Reculant de quelques pas, Pellimore se redressa de toute sa grandeur pour se montrer intimidante. Qu'est-ce qu'il faisait là lui ?! Le coeur battant très vite sous ses plumes, la jeune chouette ouvrit son bec pour montrer son mécontentement. Elle ne le connaissait pas et c'était sûrement pas une très bonne idée de croiser quelqu'un d'autre dans son état ! Elle ne pouvait à peine bouger, les ailes pendantes de chaque côté. Au moins elle pourrait se défendre avec son bec et ses serres ? ...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
(Soren)Chouette inactive


Messages : 116
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 24
Localisation : Dans son creux, au Grand Arbre.

Qui es-tu ?
Race: Tyto Alba
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Squad Météo

MessageSujet: Re: Les Gardiens existent?   Sam 9 Juil - 18:43

Dissimulé dans le creux de ce chêne, j’observai le manège de cette chouette. Une Tyto Alba qui devait avoir environ le même que moi, peut être avec quelques lunes de moins. Elle attrapa cette souris avec tant de finesse, que cela ne pouvais pas être une Sang-Pur, ceux-ci avaient un vol saccadé et plus bruyant qu’un mou du croupion. Cette femelle n’était certainement pas l’une des leurs. Elle me surprit également lorsqu’elle mangea sa souris sans jouez avec sa proie. Les Sang-Pur étaient réputés pour leur habitude horrible. Elle s’apprêta à s’envolai lorsqu’un chat sauvage lui sauta dessus lui lacérant les ailes. L’espace d’un instant je fermis les yeux pour ne pas voir ce massacre, mais au étrange couinement que faisait ce montre, je compris que cette jeune Tyto se débrouillais mieux qu’elle ne le laissait percevoir. J’entrouvris les yeux, et vit que ses rémiges primaires et secondaires étaient maculées de sang. Elle était en grande difficultés, et je me jurai intérieurement que si le chat revenait je me jetterai sur lui pour lui venir en aide. Pour l’instant je devais rester à l’abri. Elle avait l’air de souffrir, devrais je l’aider ? Je verrai comment elle se débrouille, je ne voudrais pas qu’elle prenne peur. Elle sauta sur la première branche du chêne sur lequel j’avais pris place depuis déjà un long moment. Mais cette branches n’offrait pas une grande sécurité, et du mieux qu’elle le pût elle remonta sur une branches supérieur, la branche qui donnait sur le creux ou je m’étais réfugié. Elle paraissait ébahit de me trouver la. Ses disques faciaux étaient d’une blancheur incomparable, et cela faisait un contraste avec ses ailes rousses. Elle était magnifique, malgré ses ailes abîmés et complètement ensanglanté. Je ne pouvais pas la laisser dans un état aussi critique. Je sortis du creux, et elle fit quelques pas en arrière. Elle se redressa pour paraitre plus intimidante, mais elle m’attendrit encore plus. Elle cherchait à me faire fuir sans aucun doute.

-Je ne te ferai aucun mal, je suis un Gardien de Ga’Hoole, et je veux seulement soigner tes blessures. Laisse-moi m’approcher.

Elle ne paraissait vraiment pas me croire, elle avait peur, j’entendais son cœur battre à une vitesse affolante, certainement le choc. Il faut dire que ce faire agresser par un chat c’est assez impressionnant, moi-même j’avais connu cela lorsque Kludd et moi étions tombé de l’arbre il y à de cela plusieurs lune déjà. Chaque pas que je faisais vers elle m’éloignait, puisqu’elle reculait de deux pas. SI je continuais, elle tomberait et je pourrai lui dire adieux. Je m’envolai délicatement et silencieusement, pour recueillir de la mousse que j’avais aperçut un instant plus tôt. Je vins le déposer dans le creux, afin de faire un nid confortable. Je rentrai et m’installa, en regardant cette chouette toujours perché que la branches. Chaque fois qu’elle voulait déplacer une aile, pour tenter de prendre son envol elle grimaçait de douleur. Tant pis pour elle si elle ne voulait pas que je m’occupe d’elle après tout c’était son problème, pas le mien. Je sorti le bec dehors

-Un nid douillé est prêt, et si tu veux guérir pour revoler un jour, je te conseille de rentrer le plus vite possible pour que puisse m’occuper de toi. Je connais de très bon truc pour apaiser la douleur, et si tu as besoin de te nourrir, je suis encore apte à voler. Enfin c’est toi qui voit, je ne fait que proposer bien sur.

Et je m’installai sur la mousse après avoir déposé mon casque, mais ne quittant pas mes serres de combat, en prenant soin de laisser à la vu de ma camarade de branche, le meilleur coin de mousse, le plus douillet, le plus soyeux, dans l’espoir de lui donner envie de se reposer. Je la fixai dans l’obscurité, c’était la première chouette effraie que je rencontrai qui était aussi blanche qu’elle. Quoique la couleur rousse sur le dos, et ses rémiges primaire lui donnait un charisme inégalé. Je la vis bougeai, et sautilla vers le creux, puis se ravisa en se retournant face aux Gorges de Saint Aegolius.


Dernière édition par Soren le Sam 9 Juil - 18:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
InvitéInvité



MessageSujet: Re: Les Gardiens existent?   Sam 9 Juil - 18:46

    L'étonnement même sidéra le visage de la recrue soldat. Ses grands yeux fixaient à présent le casque métallique et les serres affutées que l'autre portait. Elle venait de se mettre dans un sale pétrin. Que devait-elle faire pour assurer sa survit, sa réussite là présentement ? S'envoler était une très mauvaise idée, ou plutôt était inconcevable. Se laisser tomber sur le sol, c'était vouloir sa propre mort. Et changer d'arbre, bah lui avait ses ailes pour la suivre s'il voulait l'attaquer non ? Les choix n'étaient pas grands pour Pellimore, loin de là. Son casque et ses serres ne lui disait rien qui vaille, surtout les serres. Jetant un rapide coup d'oeil aux siennes, elle se dit qu'elle n'aurait pas grande chance s'ils en venaient là. La tyto l'écouta vaguement, le voyant s'approcher et sortir du creux, cette dernière recula encore fébrilement en cherchant toujours les options secondaires. La panique pouvait sûrement se lire dans ses yeux, ce qui était rare. Le laisser l'approcher ? Montrant son refus catégoriquement, la chouette poussa un cri mécontent en gonflant les plumes. Non mais il se prenait pour qui ! Avec son casque de héro et ses serres dix fois trop longues. Ne prononçant pas un mot, la jeune chouette regarda l'autre s'envoler par-dessus elle en se demandant ce qu'il s'en allait faire. Et s'il partait pour de bon ? Guettant les airs d'un air nerveux, presque couché contre la branche, Pellimore guettait le moment où elle n'entendrait plus cette chouette mais ce moment ne vint pas. Claquant son bec d'agacement, elle se redressa vivement en le voyant s'approcher avec de la mousse et rentrer dans le creux. Mais bon sang, que faisait-il ?!

    Tentant de ne pas trop prêter attention à ce qu'il mijotait là-dedans, Pelli cherchait un moyen de plier ses ailes et de s'envoler vers les grottes. Essayant quelques fois, elle laissa tomber en haletant et en piétinant la branche sous ses pattes. Que c'était frustrant ! Allait-elle être obligé d'accepter l'aide de cette chouette bienveillante ? Pelli avait un peu de difficulté à croire son histoire de gardien. Ils n'étaient qu'une légende pas vrai ? Comment pensait-il la baratiner de la sorte, quel était son plan ? Car oui, il devait en avoir un forcément ! La jeune chouette se résigna puis s'approcha du creux d'un air qui ne se disait pas fier du tout. Oh non elle ne l'était pas. Ça avait été une très mauvaise idée de chasser sur le sol et plus jamais elle ne le ferait ! La tyto hésita un long moment, silencieusement en faisant des allés et venus entre St-Aegolius au loin et ce creux. Avait-elle vraiment le choix ? Et si ce n'était qu'une ruse pour l'attirer et l'achever avec ses serres dans ce trou ? Soupirant nerveusement, la chouette évalua la taille du creux et la largeur de ses ailes. Bon déjà ça posait problème .. Les pliant rapidement, elle se dépêcha de sauter dans le creux avec une petite plainte étouffée. À l'intérieur, elle se tint aussi loin que l'espace lui permettait de l'autre chouette en haletant. Comment le croire qu'il ne voulait que l'aider ? Déjà avoir été chercher cette mousse était un bon début mais quand même. Laissant retomber ses ailes mollement de chaque côté, Pellimore s'approcha de Soren en prenant place sur cette mousse des plus confortable. C'était même plus confortable que sa propre grotte à St-Aegolius, pas marrant. La jeune chouette prit le temps de regarder pour la première fois celui qui avait offert de l'aider, mais à quel prix ? C'était un Tyto comme elle, pas de toute avec ça ! Il n'était pas aussi blanc qu'elle, mais assez pâle, magnifique. Son plumage était beaucoup plus beau que le sien, c'était pour sûr. Les siennes étaient souillées de sang et de saleté pas possible depuis son arrivé là-bas. Même son blanc commençait à perdre de l'éclat et à devenir de plus en plus terne.

    Tremblant encore sous ses plumes, elle ne savait pas trop si c'était à cause du choc, de la peur, de la nervosité ou de la douleur. Peut-être un mélange de tout ca ? Posant son regard sur le casque près de lui, Pelli demanda :


    - Pourquoi es-tu ici ? Les gardiens n'existent pas, qui es-tu réellement ? ..


    Captant les bruits au bas de l'arbre au loin, la chouette s'approcha de Soren, le coeur battant fortement dans sa poitrine. Les yeux rivés sur le trou du creux, elle demanda :


    - Il ne risque pas de monter ici n'est-ce pas ? On serait pas mieux de monter encore plus haut ? Je pourrais peut-être m'envoler et le semer ?


    La dernière chose qu'elle voulait, c'était voir cette chose abominable apparaître dans le trou ! Et à moins d'un remède miracle, ses ailes ne pourraient pas guérir pour reprendre le vol cette nuit. Testant à nouveau ses ailes, elle voulut les bouger puis de faibles tremblements l'envahit. Mince ... Pourquoi se sentait-elle prise au piège entre ce félin et cette autre chouette ? Ça la rendait malade ! Pourtant, elle restait près de lui. En plus de commencer à avoir froid, elle avait essayé de se relever sans y parvenir. Elle était cloué au sol, la tête presque sous l'aile de Soren en tremblant de tout son être.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
(Soren)Chouette inactive


Messages : 116
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 24
Localisation : Dans son creux, au Grand Arbre.

Qui es-tu ?
Race: Tyto Alba
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Squad Météo

MessageSujet: Re: Les Gardiens existent?   Sam 9 Juil - 21:53

Elle avait vraiment l’air décidé à ne pas se laisser approcher, ni à entrer dans le creux, ce qui ne m’enchanté guère, car je devais la guérir au plus vite si elle voulait revolait assez rapidement et sans problème ultérieur. Elle regardait les gorges, et je pouvais lire en elle qu’elle souhaitait plus que tout allez la bas. Et si elle était une Sang-Pur ? Ca paraissait pourtant impossible. Elle fit demi tour et s’approcha du creux, je la vit plier ses ailes du mieux qu’elle le put tout en chuintant de douleur, elle passa le trou qui servait d’entré à ce nid provisoire. Elle restait le plus loin possible de moi, je sentais en elle une peur, mais aussi un semblant d’orgueil. Elle finit par venir s’installais sur le coin de mousse que je lui avais laissé, juste à côté de moi. Elle finit par me demander :

- Pourquoi es-tu ici ? Les gardiens n'existent pas, qui es-tu réellement ? ..

-Je suis ici pour étudier les courants d’air qui passe au dessus de cette forêt, et cela pour aider notre cher professeur de Météorologie à approfondir ses connaissances sur ces Siamois, et leur poussés. Je t’assure que les Gardiens de Ga’Hoole existent, et j’en suis. Rejoins-nous au Grand Arbre et tu le verras de tes propres yeux. Mais toi qui es tu ?

Elle se rapprocha de moi très effrayé, son cœur battait la chamade, c’est sûr cette attaque restera gravé dans sa mémoire pour un bon moment. Je lissai les plumes de ma queue, puis elle me demanda s’il ne valait pas mieux s’envolait dans un autre creux plus haut pour éviter l’attaque de ce chat. Ce chat ne me faisait pas peur, et il pourrait bien nous atteindre, avec mes serres de combat, je l’attendais de serra ferme. Je regardai ses ailes totalement lacéré, et me demandais comment elle pouvait bien réussir à contenir sa douleur ? Car cela devait être vraiment effroyable ?

-Non ne t’en fait pas, il pourrait grimper à l’arbre pour nous attaquer, mais de la façon dont tu t’es défendu, je pense qu’il n’essaiera pas de venir nous attaquer, et même s’il osait le faire, je l’attendrai et l’accueillerais comme il se doit avec mes serres de combat.

Je me levai, et alla au coin du creux ou était entassé des herbes que j’avais ramené avec la mousse peut de temps avant, ces herbes était conçu pour guérir les plaies profonde, et permettre une cicatrisation rapide. Exactement ce qu’il lui fallait, quand à la façon de calmer la douleur, je ne connaissais qu’un seul remède le réconfort, et je ferai de mon mieux si elle voulait bien me laisser la chouchouté, si je peux m’exprimer ainsi. Je m’approchai d’’elle, et avant de lui appliquer quoi que ce soit sur les plumes lu dit :

-Laisse toi faire, je ne te ferai aucun mal crois moi, cela ne devrai pas te faire souffrir, mais d’ici quelques lune tu pourras recommencer à voler à peut près convenablement !

J’allais pouvoir commencer à lui prodiguer les premiers soins que l’on apprend au Grand Arbre, à une seule condition, qu’elle se laisse toucher. Mais cela n’était pas une mince affaire. Pourrai-je la guérir complètement ou non ? J’espérais pouvoir lui redonnais sa total capacité à volé, car sinon je me demande bien comment elle pourrai me pardonner et me croire à propos des Gardiens de Ga’Hoole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
InvitéInvité



MessageSujet: Re: Les Gardiens existent?   Sam 9 Juil - 22:58

    Le charabia que raconta cette chouette mystérieuse mit encore plus la confusion dans l'esprit de la "sang-pur". Oui, elle avait bien entendu parler de ces gardiens par les sangs-purs, mais elle avait toujours cru que ce n'était qu'un moyen de motiver les troupes, ou encore de simples fabulations. Pourtant, son casque était la description identique que l'on en avait fait à St-Aegolius. Tournant la tête pour regarder encore son casque, Pellimore fronça les sourcils en détournant le regard. Bon et si ils existaient, pourquoi faisaient-ils des études sur des courants au lieu de délivrer ces pauvres chouettes ? Étaient-ils donc tous sans coeur à ce point ? Pourtant, ils étaient au courant des pratiques des sangs-purs, ça n'avait pas le choix ! Bien qu'elle n'était pas du bord des sangs-purs, Pellimore ne pouvait pas oter le fait que les gardiens n'avaient rien de héros. Si ça avait vraiment été le cas, cet endroit qu'était le repère des sangs-purs n'existeraient même pas.

    En l'entendant parler de ce chat et comment il n'oserait pas s'aventurer dans le creux, Pelli dû reconnaître qu'avec de pareilles serres, il n'aurait as grand chance de s'en sortir. C'était plus rassurant et puis elle aurait été sûrement capable de se défendre si cette chose revenait. Maintenant complètement posée sur le nid douillet, Pellimore savait maintenant pourquoi elle tremblait autant. La peur était passé, celle de cette bête mais aussi celle de cet inconnu. Non elle n'avait plus peur, elle tremblait de mal en retenant ses chuintements derrière son bec. Est-ce qu'il allait vraiment être capable de soigner tout ça ? Ça l'embêtait, de devoir se laisser faire comme ça, de dépendre de ses capacités à lui pour son rétablissement. Lorsque la chouette effraie se leva pour aller chercher ce qui ressemblait à des herbes, Pellimore allongea le cou grandement sur la mousse en fermant les yeux un moment. Elle avait entendu un gros craquement lorsque ce chat lui avait bondit dessus, heureusement qu'elle pouvait encore marcher. Voler par exemple ... Elle ne pouvait même plus soulever une aile d'elle-même. Qu'allait-il advenir de elle à St-Aegolius si elle ne pouvait plus voler correctement. Ils allaient la rendre trieuse, la débouluner ? Juste d'y penser, Pelli chuinta le plus silencieusement possible. Elle aurait pu s'enfuir avec l'autre, considérant le fait qu'elle pourrait voler à nouveau.

    Pellimore tourna la tête lorsqu'il s'approcha avec ses herbes. Elle était sceptique un peu sur les propriétés de ses plantes. avait-elle le choix ? Jusque là, la tyto se tenait calmement sans bouger, mais lorsque le gardien lui annonça que ça pouvait prendre plusieurs lunes, l'énervement la gagna. L'observant avec des yeux ronds, pelli finit par plisser les yeux tout en tentant de se redresser sur ses pattes.

    - Non non, des lunes ?! Je n'ai droit qu'à quelques heures, ça pourra pas le faire. Je ne peux pas attendre, vraiment. Et franchement, si les gardiens existaient vraiment, ils ne laisseraient pas faire les sangs-purs. Êtes-vous donc si peu consciencieux de ce qu'ils peuvent faire aux autres chouettes ? Vous n'avez rien d'autre à faire que d'étudier des courants d'airs ?!


    Le sujet dérapait sûrement un peu de ce que voulait vraiment dire Pellimore. Ayant réussis à se lever sur ses pattes pliées, la chouette s'avança vers l'autre avec le bec furieusement levé dans les airs. S'arrêtant juste devant lui, son bec frôlant presque le sien, elle fit en poussant un furieux cri.

    - Si tu es vraiment un gardien, va t'en tout de suite ! Si je ne rentre pas d'ici le soleil se lève, ils partiront à ma recherche. Ils ne doivent pas savoir que tu es là. On est trop près de leur repère, tu ne PEUX pas rester ici !

    À bout de souffle, la chouette s'arrêta en observant ses yeux pâles. Pourquoi restait-il planté devant elle ? Prenant une expression découragée, Pelli tourna la tête sur le côté en ajoutant plus calmement :

    - Tu es le seul à pouvoir m'aider, part et revient avec les autres plus tard ?

    Peut-être ne comprenait-il pas ce qu'elle tentait de lui dire, qui elle était ? Lui avait-elle seulement dit qui elle était ? Ohh ! Elle ajouta rapidement :

    - Je ne suis pas avec eux par choix, je ne suis pas un sang-pur. Pellimore ... Je suis Pellimore.

    C'était très risquer de rester ici pour lui et il n'avait pas l'air de comprendre, ça n'avait pas l'air de le déranger pour le moindre du monde. Sentant ses pattes lâcher sous son poids, Pellimore se laissa tomber sur cette mousse verte pelucheuse et confortable de tout son long. Silencieuse, elle gardait les yeux fixé sur ses serres de combat. Elle n'avait pas de misère à le croire quand il disait qu'il saurait se défendre. De son bec, elle toucha le métal poli en ajoutant :

    - Même avec ça, vous n'êtes pas invincibles, les gardiens.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
(Soren)Chouette inactive


Messages : 116
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 24
Localisation : Dans son creux, au Grand Arbre.

Qui es-tu ?
Race: Tyto Alba
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Squad Météo

MessageSujet: Re: Les Gardiens existent?   Lun 11 Juil - 0:03

Celle-ci commença à s’énerver lorsque je lui annonçai que sa guérison prendrait des lunes et des lunes. Elle me demanda pourquoi nous Gardiens étudions les vents plutôt que de sauver les chouettes de Saint-Aego.

-Je te comprends, mais nous ne pouvons pas attaquer les gorges sans des informations fiables pour planifier l’attaque, et savoir si nous avons besoin de beaucoup de soldats. Sous ce point de vu c’est très difficile, sous le point de vu d’un autre c’est de la lâcheté. Oui, je suis d’accord, mais voila.

Elle s’énerva et me dit qu’elle était une Sang-Pur et que ses congénères débarqueraient. Mais elle précisa que si elle était Sang-Pur c’était par obligation. Je pouvais donc lui faire confiance, et la soigner du mieux que je le pouvais. Elle s’emporta et me dit que je devais fuir au plus vite, que je devais partir d’ici car les Sangs-Pur me mettrai en bouillis si je les croisais. Mais j’étais décidé à rester, je ne voulais pas laisser cette magnifique femelle au griffe de ces truands malhonnête.

-Non je ne t’abandonnerais pas, quoi qu’il arrive je resterai ici pour te protéger. Au point ou j’en suis, ce n’est pas le moment pour moi de m’en aller. Oui je suis le seul à pouvoir t’aider, mais je t’aiderai plus en restant ici. Et rejoindre la mer d’Hoolemere me prendrai trop de temps et tu auras le temps de mourir.

Je m’approchai d’elle, qui venait de s’effondrait sur la mousse. Heureusement que cette mousse était une des plus moelleuse que j’avais trouvé dans la forêt.

-Je suis ravi de te connaitre Pellimore, je suis Soren.

Elle montra du bec mon casque, et me dit que nous les gardiens n’étions pas invincibles. Elle avait raison, nous étions des chouettes comme les autres ni plus ni moins, seul notre gésier est plus ferme, et notre courage plus grand. Nous gardiens sommes des chouettes de justices rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
InvitéInvité



MessageSujet: Re: Les Gardiens existent?   Lun 11 Juil - 1:58

    Pellimore s'était toujours considéré comme étant une chouette têtue, mais ce Soren la dépassait largement. Pour en avoir, il en avait du gésier. Il ne manquait pas de cran ni de courage non plus, c'était admirable. Il était au courant du grand danger qu'il courait en restant ici à la lisière mais il ne voulait pas partir. Était-elle en état pour le repousser en bas de se creux ou encore de le chasser ? Non Pelli ne pouvait rien faire pour contester, sauf peut-être le pincer avec son puissant bec. Considérant un instant cette option, la chouette se ravisa en poussant un léger soupir. Tant pis s'il voulait rester et risquer sa vie, c'était son choix non ? Ce n'était pas comme si elle l'avait obligé non plus.

    D'un autre côté, elle était contente qu'il reste dans ce creux avec elle. Vu la situation, elle se sentait plus en sécurité comme ça. Bien que les ennemis volants se faisaient rares dans ce coin de forêt, ceux qui pouvaient grimper jusqu'à ce creux étaient plus nombreux. Fallait dire que leur cachette n'était pas bien haute. La jeune chouette ne pouvait s'empêcher de tourner les yeux et même la tête vers l'ouverture du "nid". Non pas qu'elle n'avait pas totalement confiance ... mais remettre sa totale sécurité entre les pattes de cet inconnu était un peu surréel pour Pellimore. Le cou allongé à son maximum, pareillement pour ses ailes, la chouette effraie gardait les yeux rivés sur l'obscurité et la lueur de la lune au loin. Aurait-elle pu faire autrement ? Peut-être observer Soren lorsque ce dernier parlait. Mais non, elle se contentait de l'écouter et de tourner de temps en temps les yeux dans sa direction. De toute façon, aurait-elle pu vraiment contester ses paroles qui étaient si sensées ? Ce mâle avait raison et il parlait avec une logique implacable. Lorsque ce dernier mentionna le fait qu'elle aurait le temps de mourir avant qu'il ne revienne, la chouette retint un rictus en prenant bien soin de ne pas le regarder. Ça c'était ce qu'il pensait. Comme elle lui avait mentionné, les autres se mettraient à sa recherche et viendraient à sa rescousse pour la soigner. Son sort changerait peut-être pendant qu'elle récupérait mais chose sûre, elle n'aurait pas mourut. Il s'inquiétait un peu pour un rien.

    La chouette amochée leva la tête vers Soren lorsqu'il s'avança dans sa direction une nouvelle fois. Les herbes avec lequel il disait pouvoir la guérir, est-ce que ça allait vraiment fonctionner ? L'éducation que ces gardiens recevaient étaient en tout les cas, beaucoup plus complexe que la leur avec les sangs-purs. Eux c'était surtout axé sur la force de combat, sur les techniques de vols, la rapidité et la précision. Les trucs superficiels comme les soins ou la météo, franchement, ils s'en fichaient là-bas. D'ailleurs, Pelli n'avait jamais entendu dire qu'une chouette avait reçu des soins particuliers. Comment ils faisaient ? Ça c'était un mystère, jusqu'à présent elle n'avait jamais eus besoin de s'en procurer.

    Dans un léger chuintement, Pellimore attrapa doucement le bout de l'aile à Soren entre son bec et le relâcha immédiatement. Il ferait mieux de commencer tout de suite s'ils voulaient en finir au plus vite. Surtout que ça prendrai plusieurs lunes ... Juste d'y penser, ça la rendait maussade et lui coupait l'appétit à coup sûr.

    - Honnêtement Soren, je doute que ces herbes puissent guérir quoique ce soit, mais bon. Ce n'est pas moi qui étudie les courants d'air et leurs effets, peut-être as-tu raison.


    Elle se sentait tellement bête face à lui que ça en était frustrant. À croire qu'elle ne connaissait rien, mit à part voler, chasser et se battre. La météo, la guérison et que savait-il d'autre de plus qu'elle ? Lire et écrire ? Ça serait le comble de l'humiliation ...

    La jeune chouette adulte ajouta après un moment, alors que Soren commençait à appliquer ces trucs sur son plumage abîmé.

    - Attention, si tu ne me tire ne serait-ce qu'une plume, je t'arracherai les tiennes ! ...

    Est-ce que ça aurait été plus simple de dire de faire attention car au moindre touché ses plumes lui faisaient un mal de .. chat ? Certainement mais ça aurait eus moins d'impact à coup sûr ..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
(Soren)Chouette inactive


Messages : 116
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 24
Localisation : Dans son creux, au Grand Arbre.

Qui es-tu ?
Race: Tyto Alba
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Squad Météo

MessageSujet: Re: Les Gardiens existent?   Lun 11 Juil - 2:46

Je commençai à appliquer les herbes sur ces plaies. Tout d’abord cette première herbe dont le nom m’échappera toujours permet une cicatrisation parfaite, composé de « microcellules » comme les appellent les Autres. Enfin c’est ce que j’ai lu à la Bibliothèque du Grand Arbre. Cette seconde est de la consoude, elle permet d’éviter les saignements internes, sous la peau qui se cache sous son épaisse couche de plumes, et apaise quelques peu la douleur. J’appliquai ces plantes l’une après l’autre, comme il devait l’être fait, l’une sur la plaie elle-même l’autre plus en amont de l’aile, tout en lui expliquant de quoi il s’agissait et pourquoi je l’utilisais, je faisais ceci afin qu’elle pense à autre chose. Je regardai Pellimore, qui n’avait pas l’air d’avoir mal lorsque je la frottai. Je ne voulais pas lui faire de mal, sa menace m’avait convaincu d’être le plus doux possible. Après un bon moment de massage, je m’installai à ses côté, et la regarda fixement dans les yeux. Alors que je soleil apparaissait, j’étais la dans ce nid, avec une magnifique femelle effraie, et nous allions passer un potron-minet tout les deux dans ce petit creux, ou nous ailes étaient forcés de se toucher.

-Je ne t’ai pas fait mal en appliquant la consoude ? Il me semble avoir touché un nerf sensible en te frottant ? D’ici demain normalement, tu pourras bouger tes ailes à peut près normalement, mais tu ne pourras pas voler. Pas de précipitation.

Je la regardai, elle était badigeonner d’herbes médicinale. Je jetai un coup d’œil à l’extérieur, la lune avait complètement disparu et laisser apparaitre une clarté que chez nous les chouettes détestons, car nos yeux on une perception plus grande, et le soleil nous éblouit. Cela ne nous empêche pas de faire quoi que ce soit, mais nous ne sommes pas dans notre élément. Mes yeux commençaient à ce fermé, il était temps pour moi de me reposer, au crépuscule j’irai en éclaireur vérifier mes balises, mais aussi surveillez les Sangs-Pur.

-Bon Potron-Minet Pellimore.

Et je m’endormis comme une masse dans cette mousse douce et moelleuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
InvitéInvité



MessageSujet: Re: Les Gardiens existent?   Lun 11 Juil - 3:48

    La tyto appréciait ce qu'il faisait. Lui expliquer ces herbes, leurs propriétés et le pourquoi il les appliquait à un endroit précis. Si son but avait été de la détourner ou de la distraire, ça avait réussit. Elle avait certes toujours les yeux fixé sur l'entré du creux mais elle avait laissé allé les yeux vers Soren. Voir ce qu'il faisait, comment il le faisait l'intriguait. C'était surtout car le principal sujet d'expérimentation était elle-même, mais ça l'aurait certainement fasciné d'une manière ou d'une autre. Elle avait hâte de voir le résultat. Hâte de voir si elle allait ressentir les effets de son accident lorsqu'elle volerait. Il ne fallait surtout pas. Les sangs-purs ne devaient pas savoir qu'elle avait eut cette altercation avec ce stupide félin. Pourquoi ? Car elle ne porterait plus aucune trace, sauf peut-être le sang mais encore là, elle pourrait toujours nettoyer, en supposant que ça ne reste pas taché sur ses plumes. Si elle recevait des soins là présentement, il ne fallait pas que ça se sache jamais en dehors de ce creux. Là, ça viendrait embêtant si les sangs-purs lui posaient des questions à ce propos. Ça risquerait sûrement de compromettre sa couverture. Non, elle espérait vraiment qu'elle pourrait voler comme avant, bien normalement comme elle avait toujours été capable.

    Bien que ses plaies lui faisait l'effet de brûlures à vif, Pellimore devait avouer que Soren faisait vraiment bien pour ne pas empirer les choses du moins. La chouette tordit drôlement la tête lorsque Soren appliqua une herbe à l'odeur particulière forte. L'effet était loin d'être agréable, malgré le massage délicat que son sauveur lui faisait. Peut-être était-ce le contact entre sa peau à vif et l'herbe en tant que tel qui produisait cet effet là mais c'était loin d'être super.

    Lorsque Soren vint se coucher à ses côtés, Pelli tourna la tête vers lui puis vers son dos. Elle avait raison de se sentir boueuse et gluante. C'était ce à quoi elle ressemblait, recouverte de toute sorte de trucs.

    - À vrai dire je ne sens plus rien maintenant, ce n'est pas bien grave. Pas de danger pour tes plumes ce soir.

    Il était vrai qu'à présent elle ne ressentait plus rien. Ses muscles étaient engourdis et elle pouvait sentir des picotements sur tout son corps. C'était bien tant mieux en tout cas ! En le voyant fermer les yeux à la vue du soleil, Pelli tourna la tête vers cette clarté imminente en ne sillant pas. Bizarrement, ça ne lui faisait pas grand chose et puis elle aimait bien regarder cette lueur, pas autant que la lune mais quand même. Contrairement à lui, elle ne ressentait pas le besoin de dormir là. Elle n'en était pas capable. Le regardant un moment, la jeune chouette lui répondit doucement :

    - Bon Potron-Minet Soren ... et merci.


    Pellimore ne s'endormit que très tard dans la journée. Soren lui, avait un sommeil sans faille, étonnant. Elle l'avait observé pendant presque toute la journée en silence sans bouger d'une plume. Il semblait si bien. Comment faisait-il ? Bien qu'elle eut froid, Pellimore resta sur son coin de mousse à attendre que ses yeux se ferment tout seuls, ce qui mit très longtemps à arriver. Ça ne faisait que quelques heures qu'elle dormait quand il fut le temps pour Soren de se lever. Elle n'eut pas connaissance de ses mouvements ni du déroulement du reste de la nuit. En fait, Pellimore dormit toute la nuit suivante, ainsi que toute la journée ne se réveillant qu'à la deuxième lune.

    Un léger chuintement la tira du sommeil. Elle fut longue à émerger de son pseudo coma mais en sentant quelque chose lui jouer sur les plumes, ses yeux s'ouvrirent grands d'un seul coup et la chouette se redressa sur ses pattes en se retournant vivement. Le coeur battant, le bec entrouvert, Pellimore fixa l'autre chouette pendant un très long moment avant de comprendre.

    - So..Soren ?

    Regardant tout autour d'elle, elle fronça les sourcils puis avança vers lui très lentement en ne le quittant pas des yeux. Ses ailes étaient toujours ouvertes, comme si elle avait oublié qu'elle en avait. En fait, elles étaient raides de ne pas avoir bouger pendant trop longtemps. Assez proche pour que leurs plumes se touchent, Pelli fixa Soren un moment en s'excusant :

    - Je crois que je n'ai pas assez dormis, j'ai resté debout presque toute la journée. J'ai été confuse en te sentant sur mes plumes, pardon ..

    Elle ignorait totalement avoir dormit deux lunes en entier et ne le ressentait même pas, pas sur le coup en tout cas. Avec un léger son, la chouette effraie se coucha sur la mousse puis jeta un coup d'oeil à ses ailes. Elle n'était pas capable de dire que c'était avancé ou pas .. Elle avait beau tenté d'évaluer la chose, elle n'en avait aucune idée. Elle n'osait pas trop les bouger ou les fermer.

    - Quand est-ce que je vais pouvoir les bouger ou au moins les fermer sans problème ? Tu sais ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
(Soren)Chouette inactive


Messages : 116
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 24
Localisation : Dans son creux, au Grand Arbre.

Qui es-tu ?
Race: Tyto Alba
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Squad Météo

MessageSujet: Re: Les Gardiens existent?   Lun 11 Juil - 4:44

Voila maintenant 2 jours que Pellimore ne s’était pas réveillée. Que lui était elle arrivé, et si j’avais fait quelques chose de mal dans les soins, ou si pendant la journée ou je m’étais endormi quelques chose s’était passé. Non, je lui avais promis de la guérir, de lui permettre de revoler comme avant, et voila qu’elle me claquait entre les griffes. Non, je ne pouvais pas la laisser. Cette nuit, je parti très rapidement chercher de nouvelles plante afin d’essayer de trouver ce qui lui arrivait, car elle n’était pas morte, non, j’entendais son cœur battre sous ses plumes. Je revins dans le creux, et c’est alors que Pellimore ouvrit les yeux et commença à me faire des excuses à propos de plein de chose, mais je n’écouta pas un traitre mot de ce qu’elle raconta, comme si il s’agissait d’une amie, je lui sauta dessus. Et lui lissa les plumes.

-Glaucis soit loué tu es toujours en vie Pelli. Tu peux me croire, tu as bien dormi, cela fait 2 lunes que tu dors. J’ai au moins eu l’avantage de te mettre les herbes sans trop être dérangé. Quand à tes plumes, je ne sais pas, mais il faudra attendre encore un moment avant de pouvoir les bouger en totalité.

J’étais si heureux qu’elle soit de retour parmi nous. C’est vrai, durant ces deux nuits, inconsciemment je m’étais rapproché d’elle. Difficile à croire quand on sait que la personne en question était dans un état plutôt comateux, mais je m’étais vraiment attaché à cette boule de plumes encore assez jeune. Elle me plaisait bien, et elle a du caractère, voila quelques chose que j’aime. Je m’éloignai d’elle et attrapa les herbes médicinale. Je lui fis face, et d’un signe lui désigna la mousse, afin qu’elle s’allonge pour que je puisse mettre les herbes. Elle s’exécuta très rapidement et je pus commencer le massage, après deux lunes, malgré le fait qu’elle dormait, j’ai eu le temps de connaitre les meilleurs endroits pour la masser, et je le fis immédiatement.

-Je suis si content que tu sois revenu à toi, j’avais peur, car je t’avais promis de te guérir, et de te perdre de cette façon m’empêchait de tenir ma promesse. C’est vrai je t’assure, moi je tiens toujours mes promesses, et ne pas respecter celle-ci alors que je veux te prouver que les Gardiens sont bel et bien réel. Ne pas tenir cette promesse serai à mes yeux un acte de trahison.

Je continuai de la frottai doucement et tendrement. Je ne devais pas la blesser plus qu’elle ne l’était, mais les paroles que je venais de prononcer sortaient du plus profond de mon gésier. Oui je prendrai cela comme une trahison si je ne tenais pas ma promesse. Stupide ? Non, honnête et discipliné. J’avais désormais terminé de lui frotter les ailes. Je devais maintenant examiner leur état de plus près, mais pour cela nous devions sortir dehors afin d’avoir un meilleur espace pour qu’elle déploie ces plumes. Je l’entrainai sur la branche à l’extérieur du creux, et la plaça à l’endroit même ou elle avait atterris quelques lunes plus tôt, et surtout quelques plumes en moins. Je me recula assez pour lui laisser une large zone découverte pour enfin pouvoir procédé à des tests.

-Bon, je vais devoir te demander de souffrir. C’est dur ? Mais pourtant je dois le faire, il faudra que tu fasses au pied de la lettre tout ce que je te dirai, même si cela dois te mettre en colère, et si cela te faire mal. Bon commence par essayer de déplier tes ailes comme lors d’un décollage sol-air. Arrête-toi lorsque tes plumes te font le plus souffrir. Mais il faut que tu aies mal un peu, sinon tu ne guériras jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
InvitéInvité



MessageSujet: Re: Les Gardiens existent?   Mer 13 Juil - 2:01

    Deux lunes entières ?!? Plus que surprise, la jeune chouette devint les yeux ronds. Elle comprenait un peu plus pourquoi Soren semblait si soulagé de la voir réveillée et en vie. Elle aussi se serait fait du soucis s'il avait dormit deux lunes entières. C'était très anormal pour une chouette de dormir autant, surtout la nuit. Allez savoir pourquoi elle ne fut pas déboulunée à son réveil. Pellimore avait toujours eus du mal à comprendre ce système mais au moins , elle se sentait bien et normale. Un peu surprise des rapprochements de Soren, l'autre le laissa faire sans ronchonner. Si ça pouvait le rassurer et lui montrer qu'elle allait mieux et qu'elle n'était pas mourante, tant mieux !

    - Deux lunes ?! Ça alors ... Je ne voulais pas te causer d'angoisse vraiment .. Tu aurais dû me réveiller Soren.

    Pellimore restait là à se faire lisser les plumes en se disant que ce tyto était vraiment spécial et vaillant aussi. Avoir continuer de la soigner alors qu'elle n'avait pas fait le moindre effort pour s'aider elle-même pendant son "sommeil". Peut-être ça l'avait aidé à faire son travail plus tranquille mais tout de même, elle se sentait lâche ! Sans parler de cette pesanteur anormale sur ses ailes et de cette sensation humide qui l'agaçaient vraiment. Elle avait hâte que tout ça soit terminé et de retirer toute trace de ces herbes, pour la plupart, malodorantes.

    La pseudo sang-pur laissa Soren la masser doucement alors qu'elle était carrément étendue sur la mousse qui s'était imprégné de sa forme à force de rester couché dessus. Prêtant une grande attention à ce qu'il lui affirma, la chouette effraie fut touché. S'il n'était pas un gardien, qu'était-il donc ? Pellimore croyait de plus en plus à cette possibilité assez vertigineuse qu'il soit l'un des leurs. Ça aurait tellement été magnifique si c'était le cas ! Elle avait eut de la chance qu'il soit en observation dans ce coin. Ce n'était pas bien sécuritaire pour lui, mais même après deux lunes passées et toujours pas eus de difficultés ni de bataille. Étaient-ils bénis des chouettes ? Ce n'était pas le genre de chose en lequel croyait Pelli mais elle avait toujours cette phrase que son père lui disait : Lorsqu'on mène une bonne vie, il ne peut nous arriver que de bonnes choses. En même temps, quelle terrible erreur avait-elle fait pour se retrouver chez les sangs-purs ? Qu'est-ce que ses erreurs à St-Aegolius allait lui apporter prochainement ou dans le futur ? C'était la seule chose en quoi croyait Pellimore et elle devait avouer que le futur était une chose effrayante pour elle, incapable d'en prédire la suite. En plus, Pellimore avait toujours été du genre à aimer prévoir les événements des lunes et des lunes d'avance alors lorsqu'un imprévu arrivait, c'était l'angoisse totale. Elle n'y pouvait rien, elle avait grandit avec cette habitude et puis, les sangs-purs avaient apprécié ce côté chez elle. On avait fait qu'encourager son comportement perfectionniste, dur de s'en débarrasser du jour au lendemain.

    Il y avait maintenant deux lunes qu'elle n'avait pas mit le bec à l'extérieur de ce nid qu'elle trouvait particulièrement douillet. Était-ce nécessaire là tout de suite et maintenant ? Suivant Soren qui l'entraînait vers l'extérieur, sur cette branche, Pelli garda la silence. Elle avait dû plier les ailes pour sortir du creux et elle n'avait presque rien senti ! Un petit tiraillement mais vraiment ce n'était rien. Pleine d'espoir, elle se positionna où Soren la voulait puiss le fixa drôlement à sa demande. Ça sonnait un peu extrême comme demande, de faire tout même si cela la mettait en colère et tout. Se gardant tout commentaire, elle se dit qu'il ne lui avait pas fallut bien longtemps pour la cerner. Se mettre en colère facilement ? Peut-être bien habituellement, mais contre lui ? Alors qu'il ne cherchait clairement qu'à l'aider, c'était peu probable. À cause de la douleur, ça avait du sens, mais de là à s'en prendre à lui .. Bref, ne sautons pas trop vite aux conclusions, l'impulsivité pouvait faire faire bien des choses.

    Hâte d'essayer les exercices avec l'espoir de pouvoir voler cette nuit, Pellimore chuinta doucement en direction de Soren :

    - Je ferai comme tu dis puisque c'est toi le connaisseur Soren. Si je me mets en colère par-contre, clou-moi le bec tout de suite, c'est honteux de s'emporter devant celui qui s'arrache les plumes à nous sauver.

    C'était vrai. Elle se devait d'être reconnaissante et bien avec lui. Prenant bien soin d'entourer la branche de ses serres pour ne pas tomber de et arbre, Pellimore se pencha. Simulant un décollage d'à-terre, prête à s'envoler, la chouette blessée allongea ses longues ailes en ne voyant pas de différence. Elle était resté presque dans la même position toute la journée ! Allongeant encore plus ses plumes, forçant pour les étendre au maximum, l tyto entendit un léger craquement qui résonna dans sa poitrine. Mêlé d'un chuintement, elle fit :

    - C'était loin d'être la sensation la plus agréable ... Mais ça va regarde !

    En effet, ses ailes étaient parfaitement déployées et semblait en bon état, ou meilleur qu'avant. Malgré le craquement, tout semblait bien aller. Sans même laisser le temps à Soren de répondre ou encore de s'approcher pour qu'il puisse voir, la chouette se cramponna fortement à la branche avec ses serres et commença à battre des ailes. Mollement au début, elle y mit plus d'énergie en entendant plusieurs craquements sourds qui bizarrement, lui firent un bien fou. Elle était resté trop longtemps sans bouger. Après un très court moment, Pellimore s'arrêta net en laissant ses ailes déployées en grandeur au-dessus d'elle. Levant la tête vers Soren, la tyto affirma d'un air essoufflé :

    - Je ne pourrai jamais voler correctement . J'ai mal d'essoufflement, comme si je venais de voler une nuit entière ! Je n'ai pas mal, seulement fatiguée ..

    Elle n'avait pas attendu que Soren lui demande de le faire avant de battre des ailes. Elle s'en rendait compte maintenant. Baissant les yeux au sol pour y repérer toute trace d'ennemis à quatre pattes, Pellimore se tenait fortement contre la branche en y plantant les griffes dans le bois. Non elle n'allait pas tomber, c'était certain !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
(Soren)Chouette inactive


Messages : 116
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 24
Localisation : Dans son creux, au Grand Arbre.

Qui es-tu ?
Race: Tyto Alba
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Squad Météo

MessageSujet: Re: Les Gardiens existent?   Jeu 1 Sep - 23:36

L’entrainement continua un moment, et je réussi à faire voler Pellimore un instant, le temps qu’elle tourne autour du tronc, pour se reposer dans le creux. Je me sentais assez fier de moi, et je savais qu’elle revolerait comme avant tôt ou tard, bien que dans l’immédiat elle s’essoufflé très rapidement, et que ces ailes craquer par moment. Je l’invitai à rentré se reposé dans le creux, ce qu’elle fit, d’une mine un peut désespérer. Mais j’avais confiance en elle, confiance en tout, je lui confirai ma vie si elle s’avérait être en danger. Cette idée me frappa de plein fouet, car faire confiance à un Sangs-Pur c’est… contraire à la loi si l’on peut dire ainsi. Mais pourtant c’est bien la réalité, plus je passais du temps en sa compagnie, plus je m’attachais à elle, plus j’espérer qu’un jour elle trouvera le courage de quitter les Gorges de Saint-Ægolius, et nous rejoindre au Grand Arbre de Ga’Hoole. Je me mis machinalement à lui lisser les plumes, ce qui permettait par la même occasion de retirer toute la boue et les herbes qui s’y trouvaient. Je voulais lui en remettre une dernière fois, pour environ deux nuits et deux jours, et elle pourra revoler à peu près correctement, mais revoler comme une Tyto prendrai peu être 5 voir 6 nuits complètes. Mais j’étais très confiant. Je me levai pour allez chercher les herbes dans un coin du creux, et m’attela à la tâche de la badigeonner de nouveau. Elle s’étala comme elle avait pris l’habitude de le faire lorsque je lui prodiguais des soins, à chaque passage sur l’endroit cassé de son aile, je percevais un léger chuintement de sa part. Je regardais son plumage qui dorénavant n’était plus aussi clair qu’il n’en avait l’air, ni aussi roux. Mais je savais comment laver ses plumes très rapidement et simplement, car pour nous les chouettes l’eau ce n’est pas notre passe temps favori, mais j’avais une petite idée. Je la laissai comme ca, et sorti du creux, et à travers l’entré, je lui lançai :
-Je vais chercher de la mousse pour le nid je reviens le plus rapidement possible. Fait attention à ton aile.
Ma voix c’été fait la plus douce possible, et j’y avais mis le plus d’amour que le pouvais. Car c’été la vérité, je tenais à elle, et je voulais éviter de la perdre alors qu’elle sera bientôt prête à chasser et se protéger d’elle-même. Je fis un décollage sol-air comme nous l’avions appris au squad de vol. Je guettais la base des troncs pour y déceler la mousse la plus moelleuse que je pouvais trouver. Un coin me paru approprié, mais mon intuition me disais que quelque chose me guettais. Je volai et tourné en rond, comme le font les aigles lorsqu’elles ont repéré leur proie. J’observais, et soudain je compris ce qui me regardait, un lynx très jeune, même trop jeune, seul, certainement abandonné par sa mère. Je pris le risque de plongeai droit sur la mousse qui m’intéressé, espérant l’attraper au vol sans que le lynx ne me touche. Je plaquai mes ailes comme mon corps, et passa près de la mousse mais dû esquiver la patte velu du lynx.
-Ce petit m’as l’air de savoir chasser mieux que je ne le crois.
Mais je ne pouvais pas laisser Pelli, oui j’ai décidé de l’appeler ainsi quand elle n’est pas prêt de moi, je ne pouvais pas la laisser sans mousse. Je plongea, mais plus loin de l’arbre, le lynx se jeta sur moi, mais je tournais déjà vers l’arbre, et eu le temps de prendre de la mousse dans une de mes serres. Je repris de l’altitude, et refit la même ruse mais le lynx compris alors mon subterfuge et il réussi à me griffer sur le flanc, mais rien de très grave, et désormais j’avais les serres rempli de mousse. Et je repris beaucoup d’altitude pour passer au dessus des arbres afin de semer le lynx, je ne voulais bien sur pas qu’il monte dans notre creux. Je repris la direction de l’arbre, et rentra dans le creux ou Pellimore était toujours installé comme je l’avais laissé, elle semblait dormir, mais je me trompais car elle tourna la tête et me regarda d’un air étonné. J’étalai la mousse dans le creux, et vint m’installer à côté de Pelli pour reprendre mon souffle, ce jeune félin m’avais mis à bout de souffle. Je commencer déjà à fermer les yeux, mais je ne voulais pas dormir, je voulais d’abord que Pellimore s’endorme pour être sur qu’elle ne me voit pas guérir cette petite plaie avec les mêmes herbes qu’étais étalé sur toutes ses plumes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
InvitéInvité



MessageSujet: Re: Les Gardiens existent?   Sam 3 Sep - 19:33

    La chouette ne pouvait pas s'empêcher de ressentir un énorme stress face aux évènements présents et futurs. L'avenir de Pellimore dépendait de ses capacités en tant que soldat et si elle devait faillir à ses tâches, sa place n'était plus aussi sûre. S'agrippant le plus fort qu'elle pouvait à cette branche, l'effraie observait Soren d'un air incertain. Serait-ce la dernière fois qu'elle verrait ce Tyto courageux ? Sûrement, il allait retourner à son grand arbre, celui où vivaient les gardiens. Ça d'ailleurs ça restait à prouver ... D'un air qui se voulait encourageant, Soren lui demanda de prendre une envolée tout autour du tronc. Ébouriffant son plumage ternit, Pellimore le toisa un instant avant de prendre son envol et de faire comme lui avait dicté son nouvel ami. Ne faisant pas plus que deux ou trois tour, la jeune chouette revint se poser difficilement devant son compagnon avec un air un peu atterré. La grande chouette poussa un profond soupir sans rien ne dire de plus. Qu'aurait-elle pu dire de toute façon ? Qu'elle était désolée de ne pas avoir mieux fait ? Que la prochaine fois elle se forcerait encore plus ?

    Silencieusement, Pelli alla se cacher à nouveau dans le creux. S'étalant de son long sur sa mousse toujours aussi confortable, la "sang-pur" s'installa le bec tourné vers l'intérieur. Elle n'avait pas le goût de poser les yeux sur les étoiles et encore moins sur Soren qui, elle l'avait sentit, la suivait juste derrière. Comme si elle le connaissait depuis très longtemps, Pellimore laissa le présumé gardien s'installer à côté d'elle pour lui lisser les plumes. Elle n'avait pas vraiment envie de le repousser et de s'opposer à lui pour l'instant. La tête penchée sur le côté, la jeune chouette se laissa faire calmement puis se mit à chuinter de temps en temps lorsque l'autre lui appliqua cette boue sur les ailes. La sensation n'avait rien de bien agréable. Sentir cette lourdeur sur ces ailes et surtout ce genre de texture, non ça la faisait frissonner ! De plus que s'il arrivait quelque chose, elle n'était encore moins en mesure de voler correctement pour se défendre. La voix de Soren la sortit de ses rêveries et elle tourna la tête vers lui. Il sortait encore ? Avant même qu'elle puisse lui dire que le nid était juste parfait comme ça, il était déjà parti. Bon tant pis ... Combien de temps allait-il mettre cette fois-ci avant de revenir ? Ne faisant aucunement confiance à la hauteur du creux de ce nid, Pellimore poussa sur ses pattes pour se soulever puis se tourna pour faire face à l'entrée. Oui elle préférait surveiller le creux lorsque Soren la laissait seule, surtout avec les fauves et les sangs-purs à porté de lieu. Plus le temps passait, plus la grande chouette se demandait pourquoi aller chercher de la mousse prenait tout ce temps. Au bout d'un moment le volatile cacha la tête sous une aile en chuintant toute seule. Que le temps était loooooooong à rester caché dans un creux en pleine nuit sans pouvoir sortir. Ce n'était pas digne de n'importe quelle chouette ! Pellimore passa un très long moment comme ça et juste au moment où elle croyait se laisser entraîner par un sommeil forcé avec toutes ces herbes sur ces ailes, un faible bruissement retentit autour du tronc. Elle savait que c'était Soren puisque la chouette s'engouffra dans le creux en venant prendre place près d'elle. Si ça avait été un ennemi, elle ne croyait pas qu'il aurait prit le temps de s'installer. Pourquoi doutait-elle que ce soit Soren ? Son vol n'avait pas semblé exactement le même. D'ailleurs, pourquoi semblait-il essoufflé d'avoir été chercher uniquement de la mousse ?

    L'effraie tourna lentement sa tête rousse vers le nouveau venu. Quelque chose clochait, on lui avait appris à repérer les victimes les plus susceptibles. Le vol et la façon dont Soren marchait lui laissait tout pour croire qu'il n'était pas totalement en forme. Qu'était-il arrivé ? Ne pouvant pas vraiment se tourner complètement vers lui, Pellimore se contenta d'allonger le cou dans sa direction tout en chuintant doucement.

    - Tu n'avais pas à sortir pour aller chercher de la mousse .. On était bien comme ça non ?

    La lune allait bientôt aller se cacher, malheureusement pour elle, sachant très bien que son nouvel ami allait vouloir dormir. Ouvrant le bec dans la direction du gardien, la jeune soldat chuinta à nouveau en ajoutant :

    - Soren ... ? Que s'est-il passé dehors ? Tu ne volais pas exactement comme à l'habitude .. Qu'est-ce qui t'as essoufflé comme ça ? Un sang-pur ? Soren ? ..

    Elle espérait seulement qu'il n'allait pas lui mentir en lui disant qu'elle se trompait car Pelli savait très bien que ce n'était pas le cas. Le fixant de ses grands yeux, la chouette attendait sa réponse. Après un court moment de silence, elle ajouta :

    - Je peux peut-être t'aider ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
(Soren)Chouette inactive


Messages : 116
Date d'inscription : 23/06/2011
Age : 24
Localisation : Dans son creux, au Grand Arbre.

Qui es-tu ?
Race: Tyto Alba
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Squad Météo

MessageSujet: Re: Les Gardiens existent?   Mer 7 Sep - 23:06

Elle n’avait pas l’air de vouloir s’endormir, je continuais de reprendre mon souffle lorsqu’elle me demanda ce qui c’était passé dehors. Je ne voulais pas l’affoler ne mentionnant le lynx, et je fis donc mine de ne pas l’avoir entendu. Puis nous restâmes muets un moment, mais elle trancha ce silence en disant qu’elle pouvait peur être m’aider, mais je ne voulais rien lui dire. Et sur ces paroles je m’endormis d’un sommeil sans faille. Dans mon sommeil je revis le lynx, plus grand, et plus affamé que je ne l’avais vu avant de plonger dans le pays des rêves. Dans le rêve j’étais de nouveau confronté entre rebrousser chemin et laisser le lynx à ses dépends, ou ramasser cette mousse et me faire tuer. Pour Pellimore, je plongeai une fois de plus face a la mousse, le lynx s’apprêté à me sauter dessus. Je repris de l’altitude alors que sa grosse patte pleine de poils frôlait mes serres. Tête levé dans ma direction le félin se lécher les babines, allécher par l’odeur du repas qui se jetais presque dans la gueule du loup. Mais malgré ma volonté à me réveiller, je continuais de voler et de plongeai vers cet arbres, avec le lynx crocs en avant. D’une serre j’attrapais un peu de mousse, mais le lynx déjà à ma hauteur me griffa l’aile droite. Une vilaine plaie qui m’empêcherait de voler d’ici peu de temps. Je devais récupérer encore un peu de mousse, et je me jetai de nouveau vers le tronc. Alors que j’étais encore assez haut, je senti deux poids s’abattre sur mes deux ailes, et en peu de temps je me retrouver au sol, avec les pattes d’un second lynx sur mes ailes. Face à lui, il me regarda d’un air satisfait, je vis alors ses crocs se rapprocher très rapidement de mon visage, et…. J’ouvris les yeux, et me retrouva allongeai à la façon de Pellimore, sur la mousse ramasser la veille, et ma plaie était recouverte de boue comme celle que j’avais utilisé pour guérir l’aile de Pelli. Derrière moi, la jeune Tyto était installé, et regardais l’entré du creux. Je regarda le jolie femelle et dit d’une voix faible

-Pellimore ? Est-ce toi qui m’as guéri… Enfin je veux dire qui m’a administré des soins ?

La seule chose que je ne voulais pas était arrivé, elle avait vu ma plaie et l’avez soigné qui plus est. J’espéré fortement qu’elle n’avait pas deviné qu’il s’agissait d’un lynx, ou dans le cas contraire qu’elle ne s’était pas trop inquiété. Son aile me paraissait guérie, j’étais quasi-certain qu’elle sera prête à voler de nouveau très bientôt. Peut être même cette nuit, de toute façon j’allais devoir la laisser d’ici peut, car cela fait plusieurs lunes que j’ai quitté le Grand Arbre. Je n’avais pas vraiment réalisé ma mission qui au départ était de récolté des donnés sur les courants qui traverse la région. Mais je pense que la complexité du vent suffira à justifier mon échec. Je devais lui dire comment gagner Ga’Hoole, et espérer la revoir un jour. Enfin… voulais-je vraiment la revoir ? C’était une question très assez rude, car je n’avais pas vraiment réfléchis au problème. Mais… oui, je crois que je veux la revoir, je… m’attache facilement aux choses et aux chouettes, et elle était… spécial… pas dut tout comme les autres chouettes que j’ai rencontré jusqu’alors. Donc oui, je veux revoir Pellimore, et dans de bonnes circonstances. Pas en temps de guerre par exemple, je voulais la voir arriver au Grand Arbre, saine et sauve, et par conséquent je devais lui indiquer sa position exact, et comment traverser la brume de la mer d’Hoolemere, en espérant qu’elle ne étais sincère et qu’elle ne dévoilera pas le secret aux Sangs-Purs, mais je lui faisais confiance. Je me releva, et m’installa face elle, je m’apprêtais à lui lisser les plumes comme je le faisais avec Eglantine par exemple, mais me souvint qu’après tout, elle n’était pas officiellement mon amie, ni quoi que ce soit de plus qu’une pseudo Sang-Purs que j’aide à se remettre d’une blessure plutôt affreuse je dois l’admettre. Je venais de remarquer que je ne l’avais pas quitté des yeux depuis un bon moment, elle devait très certainement se poser des questions à mon sujet, mais j’ajoutai :

-Il est temps pour moi de te dire tout ce que tu dois savoir sur le Grand Arbre de Ga’Hoole, et surtout sur comment le rejoindre. Tout d’abord sache une chose, ma présence ici était comme tu le savais pour étudier les courant des Siamois et l’effet qu’on leur poussé sur le temps. Je n’ai pas accompli cette tâche, et cela pour prendre soin d’une chouette faisant parti des Sangs-Purs que je ne connaissais pas auparavant. Est-ce suffisant pour te montrer que je suis digne de confiance ? Ensuite, si tu considère que je le suis-je te demande de ne révéler aucune des informations que je vais te divulguer à aucun de tes supérieur hiérarchique. Et cela pour le bien des Gardiens, et surtout pour le bien de tous. Ces informations te seront donné à toi et toi seule pour devenir une Gardienne, si tu le souhaite bien entendu. Puis avoir une entière confiance en ta discrétion ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les Gardiens existent?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Gardiens existent?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE :: St Aegolius - Le Repaire du Mal :: Promontoire - Grottes Communes-
Sauter vers: