La solitude est souvent pesante au moment où il ne le faut pas [PV Sparkle] [Terminé]

♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE

© Design par Blue
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La solitude est souvent pesante au moment où il ne le faut pas [PV Sparkle] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
InvitéInvité



MessageSujet: La solitude est souvent pesante au moment où il ne le faut pas [PV Sparkle] [Terminé]   Mer 30 Jan - 14:44


    Il faisait frais cette nuit-là, et la pluie torrentielle battait à sang, comme des milliers de lames, le dos des chouettes et des hiboux qui étaient sortis de leurs propres grés ou pour effectuer des missions. Pour comble, c'était la nouvelle lune, et les nuages denses d'hiver masquaient toutes les étoiles qui piquetaient le ciel, comme chaque soir depuis la nuit des temps -Et c'était le cas de le dire.
    Comme chaque soir pendant les vols de nuits, Moonye sortait se promener, de ça, de là, dans les royaumes du sud. Cette fois- ci, elle était accompagnée de son amie, Lal, une jeune Harfang des Neiges qui avait grandi vite... Mais la maturité n'était pas venue en même temps que les plumes. Dommage, songea l'effraie argentée et blanche elle aurait bien eu grand besoin de grandir aussi un peu dans sa tête, pour une fois.

    La nuitée était pourtant bien partit au départ : Le disque noir profond, presque invisible, de la nouvelle lune se dressait au dans le ciel, tâche sombre dans ce ciel bleu foncé et piqueté d'étoiles couleurs d'ors, mais peu à peu, les nuages s'étaient amassés, et la pluie vint brusquement. Tiens... Ca me rappelle vaguement quelque chose... Songea Moonye avec un brin d'ironie. Sa rencontre avec Arald s'était fait dans les mêmes circonstances. Sur qui allait- elle tombé aujourd'hui ? Un poussin, un solitaire ? Un gardien, ou pire, un Sang- Pur ?
    La forêt de Tyto était bien silencieuse cette nuit-là. Seul le bruit de la pluie torrentielle et parfois des rares éclairs venaient perturber le calme qui régnait en maître en ces lieux. Oh, Moonye n’avait plus peur de la pluie : Depuis sa rencontre avec Arald, il y a quelques lunes, elle s’était considérablement endurcie et avant bien grandit. Ce n’était plus la petite Moonye, incapable de lutter  face au vent défavorable. Non. Elle avait grandi depuis. Elle avait changé.

    Pourtant, un faible couinement vint perturber le silence hivernal. Moonye tourna rapidement la tête d’un côté, puis de l’autre, triangulant du plus vite qu’elle le pouvait. C’était bel et bien un poussin. Encore un coup de Saint- Aego et des Sangs- Purs… Gronda-t-elle pour elle-même. La pension était ce qui forgeait la haine profonde de Moonye. Pour elle, le monde n’était ni noir ni blanc. Le mal et le bien était deux choses qui étaient fausses. Par exemple, pour là, la famille du poussin disparue sera triste, alors que son kidnappeur sera content. La frontière entre le bien et le mal était bien fine ses derniers temps.
    Un nouveau couinement lui parvint. Moonye sortit de sa rêverie et se ressaisit. Elle piqua droit vers le sol, en avant d’atterrir, battit deux fois frénétiquement pour retomber en douceur. Elle fit signe à Lal de battre en retraite et d’alerter les gardiens. La chouette de Saint- Aego n’était pas armée, alors que Moonye avait sa plumdague. Elle avait donc beaucoup plus de chance de battre celui qui se dressait en face d’elle… Et de loin, car elle doutait que le surveillant s’entraînait beaucoup à se battre…

    Moonye étendit une aile et chercha rapidement entre ses rémiges. Ah, elle était là, sa plumdague. Juste à portée du bec. Elle tira d’un coup sec dessus et s’approcha. Avec un peu de chance, je n’aurais même pas besoin de le tuer. Songea-t-elle. La petite effraie  avait eu beaucoup de réticence à apprendre à se battre, alors, songé à tuer quelqu’un… Y penser lui en donnait des frissons. Elle éloigna donc rapidement cette pensée de son esprit et se concentra.
    Moonye s’approcha à pas feutré. Elle avait de la chance, car l’oisillon ne cessait pas de se débattre. Encore dans l’ombre, elle n’était plus qu’à une queue de renard de la chouette de Saint- Aego. Elle resserra son bec sur la plumdague. Là. Elle n’était plus qu’à une longueur de queue de souris… Alors, elle en profita pour planter sa lame dans le dos de son adversaire. Elle fit signe au poussin de filer – Chose que celui-ci s’empressa de faire. Entre temps, la chouette de Saint –Aego eut l’opportunité de s’attaquer à l’aile de la chouette effraie… Avant d’être écraser par les pattes d’un renard. Il n’en mena pas large et mourut rapidement, la nuque brisé.

    Pendant que le renard était distrait par sa prise, Moonye en profita pour reculer, et donna quelques amples battements d’ailes, normalement suffisant pour s’envoler… Sauf si on venait de lui arracher trois de ses plus belles rémiges. Le goupil en profita pour se retourner vers l’effraie, le museau écarlate, et s’approcha en grondant. La peur noua le gésier de la femelle. Des frissons de peurs commençaient à la parcourir. Et, elle repéra rapidement… Là, un petit arbre au tronc pourri, mais elle pourrait facilement y grimper à l’aide de son bec et de ses serres.
    Seulement, il fallait une distraction. Lorsque le renard dû détourner un instant le regard, Moonye envoya sa plumdague se ficher dans le tronc d’un arbre voisin. Le quadrupède abandonna l’effraie là, qui en profita pour se ruer vers l’arbre. Pas trop haut, il y avait un petit creux. Parfait. Les branches basses allaient l’aider. Elle les grimpa rapidement, une par une, et reprit son souffle uniquement lorsqu’elle fut assez haute pour échapper à la gueule du renard… Et voyant que celui-ci rappliquait, reprit son ascension.

    Lorsqu’elle arriva au creux, Moonye était en piètre état : Quelques mouchetures de sang constellaient son plumage, il lui manquait trop de rémiges pour voler et elle était désarmée. La solitude lui pesait plus que jamais. Incapable de voler, sans aide, elle ne valait pas grand-chose. Elle allait mourir, soit car le renard aurait trouvé le moyen de grimper, soit de faim ou de soif. D’ailleurs, en parlant du renard, Moonye jeta un bref regard en bas et vit que celui-ci commençait à s’attaquer au tronc. Bref, dans de telles conditions, la pauvre petite chouette n’allait pas tenir longtemps. Pour comble, la pluie l’empêcherait même de pouvoir s’endormir ou rêver pour oublier ses soucis. Pour la première depuis longtemps, Moonye était franchement pessimiste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SparkleCapitaine des Sangs-Purs
Capitaine des Sangs-Purs


Messages : 85
Date d'inscription : 06/10/2012

MessageSujet: Re: La solitude est souvent pesante au moment où il ne le faut pas [PV Sparkle] [Terminé]   Ven 1 Fév - 20:10

Sparkle était en mission à Tyto. Il était seul cette fois, son compagnon, une effraie masquée totalement idiote s'était blessée en se cognant contre le tronc d'un sapin en exécutant des pirouettes dans le ciel pour se vanter devant le tyto capensis. Et pam l'imbécile! Il était tombé dans les pommes. Pfff, Sparkle l'avait laissé là. Tant pis si il devenait le repas d'une quelconque créature passant par là, ce serait au contraire une chance.

Le soldat avait donc décidé de continuer la mission sans compagnon, tout fier et heureux d'être un peu seul. Il avançait sans le moindre bruit au sol. Pas le moindre bruit, il était plus discret qu'une souris.
Un craquement lui fit tourner la tête. Il n'était pas seul. Il resta immobile, l'air méfiant. Le son venait d'un buisson. Qu'est-ce qui pouvait donc se cacher là-dedans?

" Sortez de là! " grogna la jeune effraie, bien qu'effrayé.

Sparkle eut juste le temps d'apercevoir deux yeux dorés et brillants entre les feuilles qu'un éclair roux venait de fondre sur lui! Un renard! Le tyto repoussa tant bien que mal le prédateur et ouvrit grand les ailes. Il réussit à décoller mais quelques secondes plus tard il poussa un cri de douleur. L'animal venait de lui arracher ses belles rectrices. Il retomba au sol. Sans les plumes de sa queue, il lui serait dur de voler.
Alors Sparkle se mit à courir le plus vite en agitant les ailes, essayant de semer le rouquin. Mais ce dernier était trop rapide. Le tyto allait finir entre ses crocs, il n'y avait plus d'espoir!
Mais les destin fut avec lui : il aperçut un minuscule creux entre les racines d'un grand chêne. Il s'y jeta et poussa un grand soupir de soulagement. Le renard n'était qu'à une plume de lui lorsqu'il avait plongé et ce dernier était trop large pour l'ouverture. Seule sa patte était à l'intérieur et griffait le sol de toutes ses forces. Tapi au fond du creux, Sparkle attendit quelques minutes que le renard parte et finit par s'écrouler au sol.
Pfiou encore un peu et il finissait en pâtée.

Histoire de reprendre quelques forces, le soldat passa sa tête sous son aile et tenta de s'endormir. Il faisait un si beau rêve... Il tranchait la tête aux gardiens. Le sang coulait à flots et des chouettes hurlaient de tous les côtés. Mais de vrais hurlements le sortirent de son sommeil.
Il grogna, furieux d'avoir été réveillé alors qu'il faisait un si beau rêve. Il passa la tête par l'ouverture, prêt à régler son compte à celui qui l'avait réveillé. Il jubila en voyant le cadavre d'une chouette gisant au sol. Mais son rire cessa lorsqu'il aperçut le renard griffer de toutes ses forces un arbre. Crotte de raton! Il aurait bien aimé sortir de sa cachette et retourner aux canyons!

Sparkle leva les yeux pour voir ce qui poussait l'animal à agir ainsi. Il y eut comme un éclair dans son gésier lorsqu'il aperçut dans l'arbre une belle et magnifique femelle effraie passer la tête par l'ouverture d'un creux. Ses yeux étaient merveilleux et son bec rose était tout simplement charmant.
Le tyto capensis la fixa longuement, amoureux. Quelle belle créature! Ce serait du gâchis de voir une belle poulette comme celle-là finir dans la gueule d'un renard.

Sans réfléchir, le soldat sortit du creux.

" Et toi! Fiente de mouette! "

Le renard se retourna, la gueule écumante.

" Tu veux me manger hein? chuinta Sparkle en dansant devant l'animal.
Viens donc me chercher! "

Puis il lança un gland sur la tête du prédateur enragé, et s'enfuit en courant, suivi par ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
InvitéInvité



MessageSujet: Re: La solitude est souvent pesante au moment où il ne le faut pas [PV Sparkle] [Terminé]   Dim 10 Fév - 23:10

    Le temps passait lentement. De temps à autre, Moonye jetait un regard vers le vide. Le renard était décidé à la manger. Il attaquait sauvagement le tronc pourri, le déchiquetant lentement mais sûrement. D’ici quelques minutes, elle ne serait plus qu’un petit tas de plumes blanches constellée de mouchetures écarlates. Elle soupira, et tourna la tête vers le ciel. Elle qui pensait mourir de la serre des Sangs- Purs… Elle allait mourir en fait, dévorée par un renard. Voilà qu’elle était tombée bien bas pour en terminer avec sa vie d’une telle façon. ‘ Au moins, j’aurais servi à quelque chose ’ Siffla la femelle argentée.
    Mais elle ne comptait pas se rendre si vite. Elle en donnerait cher de ses plumes, et comptait bien laisser quelques marques de son passage au renard… des cicatrices qu’il porterait à vie. Cette idée fit un instant sourire Moonye… Mais lui rappela bien vite qu’elle n’avait pas d’armes. ‘Eh m… C’est bien ma veine. ’. Elle n’avait plus aucune chance de s’en tirer vivante. Avec la plumdague, c’était encore possible, et même probable… Mais sans lame contre un renard qui faisait le double de sa taille, alors qu’elle était incapable de voler… Impossible.

    En désespoir de cause, Moonye se mit à fredonner un petit air en langue d’Autres qu’elle avait déjà lu et récité plusieurs fois. Lui donner une consonance, une symphonie de nuances de sons, de notes, était quelque chose qui lui plaisait beaucoup. C’était un jeu pour juste oublier. Il lui avait semblé avoir déjà lu les mots dans un certain livre sur les langues. C’était du Japonais. En tout cas, ça y ressemblait. ‘Eh bien, je suis mauvaise langue… Je pensais que Lal était immature et naïve… Ou moins, elle, si elle était sur le point de mourir, elle en resterait pas les serres croisées, en train de se demander dans quelle langue d’Autres elle a l’habitude de chanter. Bon sang, faut que je réagisse quoi ! Toujours aussi rêveuse…
    Moonye sentit soudain sous ses serres le tronc grincer, tanguer, pencher, basculer. Le renard lui en faisait voir de toutes les couleurs. Les larmes de désespoir autant que de rage coulèrent sur ses joues rousses pâles. C’était sans espoir. L’effraie argentée acheva un dernier couplet de sa chanson dans un sanglot, sa voix brisée. Ce n’était pas rare qu’elle chante, même dans de tel cas. Souvent, quand elle ou Lal étaient seules, elles chantaient. Ensemble, elle ferait une jolie paire de troubaplumes, bien que la Tyto ne voudrait jamais mettre autant de colifichets étranges sur ses jolies plumes. ‘Et j’en suis encore à ça…Youpi…

    Le creux de fortune tangua une autre fois, plus fort cette fois- ci, et Moonye entendit un craquement sourd parvenir à ses orifices. ‘Eh voilà… je suis morte… siffla-t-elle rageusement. Le tronc tanguait de plus en plus, quand cela cessa enfin. Elle jeta un coup d’œil en contre- bas. Le renard avait abandonné l’arbre pourri pour se tourner vers une chouette effraie un peu étrange, d’un type peu commun.
    Le plumage faisait un peu penser à celui d’une effraie des prairies - Chose qui rendit Moonye mélancolique - , mais le disque facial était trop différent. Ce devait être une effraie du cap. L’effraie argentée en avait déjà rencontré un ou deux au Grand Arbre, sans plus. Toutefois, l’effraie du cap fit quelque chose d’étonnant ; Il saisit un petit fruit, et le laissa sur la tête du renard. Puis, il détala à toutes pattes, en s’enfonçant un peu plus dans la forêt.

    Le silence s’installa avant que le tronc ne craque encore et qu’il penche soudain vers le sol. Moonye sauta in extremis avant qu’il ne s’écrase au sol, en battant frénétiquement des ailes, même si elle ne pourrait pas s’envoler, mais pour lui garantir un atterrissage plus en douceur. Vite, elle n’avait pas beaucoup de temps. Elle récupéra sa plumdague et les quelques rémiges qu’on lui avait arraché avait de chercher un abri - Solide cette fois- ci.
    Dans sa recherche d’un abri de fortune, elle tomba sur plusieurs plumes marbré, des rectrices de chouettes effraies certainement. Et qui semblait appartenir à une effraie du cap… Comme celui qui venait de détaler. Moonye les prit avec elle, et en entendant le prédateur revenir fonça dans un creux le plus proche - Un ancien terrier d’une quelconque bête, mais trop petit pour être celui du renard. Au passage, elle récupéra un long fil de vers à soie. Ça lui serait utile.

    Le creux était pile à la bonne taille. Moonye tourna de droite à gauche, et s’installa finalement. Elle prit sa plumdague entre son bec et tira légèrement sur la lame pour la retirer. Après quoi, la Tyto coupa le fil en plusieurs morceaux et pris sa première rémige, en étendant une aile. Le travail allait être approximatif, et douloureux, mais ça lui garantissait de pouvoir voler… Avec une petite demi- journée d’entraînement pour manœuvrer. C’était plus rapide qu’attendre sagement que les rémiges reviennent d’elle-même.
    Moonye grimaça une seconde en sentant la douleur lorsque la lame traversa le bout de son aile. Certes, c’était plus rapide, mais beaucoup plus douloureux. Elle surmonta la douleur et finit pourtant de recoudre la première rémige. Après quoi, elle fit la suivante, et ainsi de suite, jusqu’à ce que toutes ses rémiges aient retrouvés leur place. L’effraie argentée remit la lame sur la plume noire charbon, et, une fois solidement accroché, la recacha parmi ses rémiges.

    Mélancolique, Moonye regarda les plumes qui traînaient toujours au sol. Quatre belles rectrices d’effraie du cap. Elle songea un instant que si celui qui les avait perdu - Son sauveur, apparemment - revenait ici, elle essayerait de les recoudre. Mais recoudre des rémiges et des rectrices étaient deux choses bien différentes. Un instant, l’effraie argentée regretta de ne pas avoir assisté un peu plus au cours des couturières aux Grand Arbre.
    En regardant le ciel constellé d’étoiles, Moonye se demanda également si l’effraie du cap était vivante. Et si oui, si elle allait revenir. Elle ferma un instant les yeux, en priant Glaucis qu’elle ait au moins le temps de remercier son sauveur.


    « ~ Tiens, il ne pleut plus. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SparkleCapitaine des Sangs-Purs
Capitaine des Sangs-Purs


Messages : 85
Date d'inscription : 06/10/2012

MessageSujet: Re: La solitude est souvent pesante au moment où il ne le faut pas [PV Sparkle] [Terminé]   Dim 24 Fév - 15:45

Sparkle courut de toutes ses forces à nouveau, poursuivi par le renard, furieux. Crotte de raton, pourquoi fallait-il qu'il agisse toujours sans réfléchir?!
Il s'épuisait. Cette fois-ci ça allait sûrement être la fin. Il n'y avait pas mille abris dans cette forêt. Soupirant, l'effraie commença à ralentir sa course. C'en était fait! Mais comme si le destin avait décidé de le sauver à nouveau, il entraperçut une branche épineuse au sol. Il fallait qu'il tente sa chance!

Le soldat dévia légèrement sa course vers la gauche afin de se rapprocher du bout de bois. Le renard le suivit, l'eau à la bouche. Le tyto réussit in extremis à saisir le bâton dans son bec et se retourna. Le prédateur ouvrit grand la gueule, s'apprêtant à dévorer l'oiseau. Mais quand il se jeta sur Sparkle, la pique se planta dans sa gorge Poussant un hurlement désespéré, il s'écroula au sol, se tordant de douleur. Le soldat, soupirant de soulagement, s'approcha de la créature agonisante et lui donna un violent coup de serre sur le museau. L'animal gémit de plus belle.

" Pfff, chienchien à sa mèmère, fallait pas me chercher! " grogna le tyto, l'air menaçant.

Puis il repartit en direction de sa cachette. Il tenait à voir si cette belle chouette argentée se portait bien. Il marcha tranquillement et très discrètement. C'était pas le moment de prévenir un autre bestiau enragé de son passage. Après quelques longues minutes de marche, il arriva enfin au creux. L'arbre dans lequel s'était abritée la belle créature s'était écroulé au sol. Elle avait sûrement dû s'enfuir, ce qui fit soupirer le Sang-Pur. Il aurait bien aimé la revoir.

Dès le lendemain il retournerait à St-Aegolius à pied. Il allait sûrement y laisser des plumes, mais bien malgré le temps qu'il allait prendre pour rentrer, il y arriverait! Avant, il lui faudrait reprendre des forces!
Alors il rentra dans le creux, fatiguée et affaibli.
Il eut un sursaut lorsqu'il reconnut la belle tyto blanche de tout à l'heure dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
InvitéInvité



MessageSujet: Si il y a des fautes, je rédiges ça à deux heures du mat', comprenez.    Dim 10 Mar - 2:18

    Il se passa de longues minutes de silence qui semblèrent éternelles. La pluie avait repris, plus finement, tel une légère bruine. Mais Moonye détestait toujours la pluie depuis l'incident qui avait créé son amitié avec la jeune ryb du Squad de Charbonnage, Arald. Elle aurait bien voulu recouvrir légèrement l'entrée du creux pour pouvoir se coincer la tête sous l'aile et dormir un peu, après avoir été attaqué par un renard, c'est normal quelle soit fatigué. Mais dormir de nuit, même si le ciel était caché, c'était impossible pour elle.
    Oh, elle ne comptait plus le nombre de nuit d'insomnies qu'elle avait passé, toute jeune poussin, à Saint- Aego ! Elle n'avait plus la même horloge interne que lorsqu'elle était à l'orphelinat pourtant. Mais Moonye préférait, et de loin !, ne pas dormir cette nuit alors qu'elle n'avait pas dormi la journée précédente, plutôt que de devoir dormir sous la lueur faible et vacillante des étoiles. Ça, non, jamais.

    Elle garda dans les yeux grands ouverts pendant de longues minutes, qui se transformèrent en douzaine de minutes. Seul le plic-ploc régulier des gouttes d'eau tombant des feuilles pour atterrir sur le sol venait troubler le silence. Moonye lâcha un soupir. Il fallait se faire une raison : Une fois de plus, elle était seule. Horriblement seule. Oh, elle qui avait l'espoir que l'effraie qu'elle avait vu reviendrait ! Il était sûrement partit se réfugier loin du renard. Et elle, elle ne pouvait pas commencer à tenter de revoler alors que le temps était si humide. Pas une brise ne soufflait pour l'aider à s'envoler.
    La raison fut plus forte que ses principes, puisque progressivement, Moonye commençait à avoir sommeil. Elle s'était assoupie un instant quand elle sentit une présence dans le creux, outre la sienne. Elle s'éveilla donc, presque en sursaut, et fixa l'ombre qui se découpait à contre- jour - Oh, disons plutôt à contre- nuit - de l'entrée de la tanière. Ce n'était qu'une silhouette noire, mais lorsque celle- ci fit un pas en avant, la jeune effraie distingua des tâches noires sur les ailes, ainsi que des tâches dorées. C'était une effraie du cap, et son sauveur de surcroît.

    Surprise, Moonye se releva d'aplomb, et se lissa machinalement quelques plumes, les plus ébouriffées, pour ne pas faire trop mauvaise mesure. Elle releva la tête et esquissa un léger sourire, et reculant légèrement pour laisser la place à son sauveur d'entrée. Pourtant, malgré le fait que celui -ci ait éloigné le renard, la jeune effraie ne lui faisait guère confiance : Qui lui disait que ce n'était pas un Sang- Pur ? Elle n'avait jamais vu cette chouette au Grand Arbre, ça c'était sûr. Donc ça ne pouvait être qu'un solitaire, ou un Sang- Pur. Et sachant que le solitaire peut également faire parti de la faction du mal, il était très probable pour que celui -ci soit du côté des méchants plutôt que des gentils.
    Sauf que Moonye avait déjà fait face de nombreuses fois à ce "type de cas". Elle n'avait qu'à mentir sur son identité, masquer tous ces signes distinctifs : Pendentif, plumdague, et se faire passer pour une solitaire. Et si son sauveur était un Sang- Pur, elle n'aurait aucun mal à glaner quelques informations utiles pour le Grand Arbre. La jeune effraie avait toujours œuvré ainsi, et ce n'était pas maintenant qu'on allait apprendre ce qu'elle manigançait. Autant au Grand Arbre elle mentait très bien, hormis sur ce type là, c'était facile comme cueillir une baie mûre.


    "~ Merci de m'avoir sauver. "Souffla-t-elle.

    Du regard, Moonye chercha alors les rectrices qu'elle avait trouvé et qui semblait apparemment être celle de cette effraie du cap. Elles étaient là, à côté des petites gouttes de sang qui perlaient le sol depuis que l'effraie argentée s'était recousue ses rémiges - Expérience peu agréable mais efficace, mais aussi douloureuse que se faire piquer par des guêpes. Elle les ramassa rapidement, et les tendit à leur propriétaire, en rajoutant :


    "~ Vous voulez que je vous les recouses ? Ce sera plus rapide que d'attendre que les autres repoussent. "

    Bien sûr, elle avait omis de préciser que ce serait un peu douloureux, mais c'était un test. Moonye savait pertinemment que si cet inconnu était dans la faction du bien, il savait recoudre grâce au cours de soin donné au Grand Arbre, et dans le cas contraire, ça lui permettrait de savoir qu'il faut se méfier. La jeune effraie avait juste oublié une chose, un très léger détail : Seule les gardiens et les solitaires dans la faction du bien prenaient ses cours... Comment se trahir en toute discrétion.
    En se rendant compte de son erreur, Moonye pria Glaucis pour que ce Tyto ne s'en soit pas rendu compte, car elle n'espérait pas avoir à trouver une excuse en mousse pour savoir ce genre de chose. Elle se maudit de ne pas avoir tourner sa langue sept fois dans son bec avant de parler, et enchaîna directement sur un autre sujet, en espérant que sa voix un peu agitée ne la trahirait pas encore plus :


    "~ Au fait, je ne me suis pas présentée. Je suis Ecliss, une solitaire qui vit ici. Et vous, qui êtes vous ? "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SparkleCapitaine des Sangs-Purs
Capitaine des Sangs-Purs


Messages : 85
Date d'inscription : 06/10/2012

MessageSujet: Re: La solitude est souvent pesante au moment où il ne le faut pas [PV Sparkle] [Terminé]   Ven 12 Avr - 20:56

Sparkle regardait la belle tyto et gonfla ses plumes. Paraître puissant. La première chose à faire. Les femelles aimaient sûrement les mâles forts qui savent les protéger. Ensuite, il tenta de ne pas sourire trop. Mystérieux, oui c'était çaaaa. Qui n'aimait pas les chouettes mystérieuses?

Il s'approcha fièrement de la belle effraie.

" Merci de m'avoir sauvé. "

Sparkle gonfla la poitrine d'orgueil et ouvrit grand le bec. Il toussa un léger coup et s'apprêta à parler. Mais la damoiselle le devança. Elle lui tendit un paquet de rectrices. Ses rectrices à lui. Elle les avait gardés pour se souvenir de lui! Il était sûrement au sommet de la gloire pour qu'une simple femelle garde ainsi précieusement ses plumes.

" Vous voulez que je vous les recouses ? Ce sera plus rapide que d'attendre que les autres repoussent. "

Le Sang-Pur jeta un regard étonné à l'autre. Elle les avait gardé juste pour les lui recoudre? Il soupira en son fort intérieur avant de reprendre brusquement espoir. Cela signifiait qu'elle l'avait attendu et qu'elle espérait qu'il reviendrait. IL POUVAIT ENCORE LA CONQUÉRIR.

" Au fait, je ne me suis pas présentée. Je suis Ecliss, une solitaire qui vit ici. Et vous, qui êtes vous ? "

Hum. Un bien joli nom. Qui correspondait parfaitement à cette belle effraie.

" Je me prénomme Sparkle du Firmament. " lança le Sang-Pur d'un air noble. Oui, il avait rajouté le "du firmament". Ca faisait classe, il trouvait.

Il regarda les plumes que lui tendait Ecliss et mit sa patte sur celle de l'autre et la baissa.

" Non ne vous salissez pas les plumes pour moi.. Je me débrouillerais, ne vous en faites pas. "

Sparkle s'approcha de la tyto et se pencha vers elle, l'air charmeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
InvitéInvité



MessageSujet: OMFG, je ris, je ris devant ton RP XD / Au passage, ma touche . est peté, il y a plus le bouton, je suis obligée d'appuyer sur le minuscule bout qu'il y a qand on enlève la touche, désoléedonc si j'oublie deux trois points.   Dim 28 Avr - 22:43

    "Grand Glaucis !" Manqua d'hurler Moonye. C'est quand l'effraie du cap - Sparkle du Firmament, apparemment - se pencha vers elle qu'elle eut un déclic soudain. Il la draguait ! Elle était dans un sacré pétrin cette fois. Bon, bon, bon, ça ne peut pas être si grave. Sauf si c'est un Sang- Pur, et au tel cas, là non plus. Ce sera même plus facile d'obtenir des informations, quitte à m'infiltrer quelques jours. Je suis presque une gardienne après tout, je dois prouver ma valeur. Au tel cas, sinon, il fallait qu'elle continue de faire la solitaire.
    Pourtant, l'effraie argentée avait quelques doutes sur la faction de Sparkle. D'abord, si c'était un gardien, il l'aurait reconnu. Si c'était un solitaire vivant ici, de même, mais il pouvait très bien venir d'une autre région. Il allait falloir la jouer discrète sur ce coup. Mais Ecliss était un prénom qui ne faisait ni trop gardien, si trop Sang- Pur. Bref, le prénom parfait, celui qu'elle utilisait tout le temps face aux inconnus.

    En attendant, il fallait jouer le jeu. Moonye esquissa un léger sourire, et pour faire plaisir à Sparkle, vint piquer les rectrices tachetées parmi les siennes. Flatter l'ego du mâle serait une bonne technique, mais il allait falloir faire attention, car chaque paroles pouvaient lui couter la vie. Dans sa tête, elle se repassa un conseil que Lal lui avait offert dans un instant de lucidité : "Ne jamais trop sourire, contente toi d'un seul sourire, pas trop forcé. " C'était exactement ce qu'elle faisait. L'effraie argentée ce rappela également qu'elle avait une voix différente quand elle mentait. Elle ne pouvait désormais plus dire la moindre once de vérité sans se trahir.
    Que dire alors ? Si elle savait assez bien mentor, par contre, pour les compliments, Moonye n'était pas aussi douée que son amie. Mais par contre, à force de regarder Lal, elle avait bien apprit deux choses utiles : Le froufroutement et les plumes de paons. Malgré qu'elle n'appréciait guère le faire, elle fit légèrement miroiter ses plumes, cherchant le plus possible à se faire belle. Elle fit ensuite le coup des plumes de paons, et elle savait également que le fait que les rectrices de Sparkle soit parmi les siennes le ferait réagir.

    Malgré ça, Moonye ne savait pas quoi dire. De moins en moins loquace en prenant quelques lunes, elle en devenait presque silencieuse. Elle réfléchit un instant, et rapidement un éclat vint illuminer son regard. Elle se força à regarder ses rectrices avec un air un peu satisfait, et dit pour lancer la conversation :

    "~ Le noir et le doré de vos rectrices se fondent bien avec l'argentée, vous ne trouvez pas ? "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SparkleCapitaine des Sangs-Purs
Capitaine des Sangs-Purs


Messages : 85
Date d'inscription : 06/10/2012

MessageSujet: Re: La solitude est souvent pesante au moment où il ne le faut pas [PV Sparkle] [Terminé]   Sam 18 Mai - 11:37

Si il avait été en train de voler à cet instant, Sparkle aurait sûrement piqué dans les orties. La tyto venait de lui adresser un magnifique sourire. Son plan marchait à la perfection ! Mais il ne fallait pas se laisser aller, la partie n'était pas encore gagnée !
Quoique si... se dit le Sang-Pur lorsque Écliss le regarda en se froufoutant. Elle cherchait à lui faire de l'œil. C'était bon signe ! Elle n'allait sûrement plus lui résister longtemps, bientôt elle tomberait dans ses ailes...

Sparkle imagina la scène en chuintant doucement. Un baiser magique entre lui et la belle effraie. Ah, la dernière fois qu'il avait eu une telle vision, c'était lorsqu'il s'était imaginé commandant, ce qu'il était désormais. Il avait peut être le don de voir le futur ! Ou d'accomplir ce à quoi il pensait ! Si en effet ce pouvoir était sien... il réfléchit à une chose qu'il avait toujours voulu faire...

" Le noir et le doré de vos rectrices se fondent bien avec l'argenté, vous ne trouvez pas ? " lança Écliss, sortant le tyto capensis de ses pensées.

Il la regarda, une lueur malicieuse dans ses yeux, et se rapprocha encore un petit peu plus près d'elle. Son plumage était brillant, signe qu'elle était en bonne santé... Elle ferait peut être une bonne Sang-Pur. Il aurait fallu tester son agilité. Elle devait être habile, se dit Sparkle. Quant à sa force... Bah, les femelles n'étaient pas douées en combat. Peu importe...

Pour sûr, vous êtes ravissante, Écliss.

Il y avait de quoi s'inquiéter. Jamais le Sang-Pur n'avait parlé comme ça, ses paroles couvrant toujours des insultes et de l'arrogance. Là, il parlait sur un ton doux et charmeur. Toute connaissance du commandant aurait sans aucun doute été bec bé.
Sparkle s'approcha près du visage de la femelle et regarda la tyto argentée. Ses yeux gris l'envoûtaient. Il ne pensait plus qu'à une chose. Il avait toujours rêvé de le faire. Mais Écliss s'y opposerait sûrement. S'il le faisait, il risquait de la perdre. L'effraie du Cap était hésitante. Le faire ou ne pas le faire ? Telle était la question. Finalement, il se dit qu'il valait mieux essayer. Il n'aurait peut être qu'une seule chance dans toute sa vie...

Discrètement et très lentement, le Sang-Pur approcha son aile de la taille de la tyto. Il la prit dans ses ailes, sans détourner le regard. Il était presque, il était à un battement d'ailes d'y arriver... Collant son bec contre celui de l'autre, son aile descendait le dos de Écliss calmement. Et brusquement, Sparkle lui toucha le croupion du bout des rémiges. Il chuinta doucement d'un rire pervers et leva les yeux vers le plafond du terrier. HU HU HU.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
InvitéInvité



MessageSujet: OMFG, j'ai ri, j'ai ri ! C'est un RP mythique, je traumatise ma pauvre Moon' x) Promis Omy' je fais le tien après / Maintenant, j'ai plus peur de poster LE paragraphe de LPDC, merci ! x)   Sam 18 Mai - 16:25

    Reculer. C'était bien la seule chose que voulait faire Moonye. Oh, pourquoi avait- il fallut qu'elle fasse ça ? J'aurais dû laisser le renard me bouffer ! Gronda-t-elle intérieurement. De plus, son instinct lui hurlait que Sparkle était un Sang- Pur. Malgré son amour pour Fymaël, sa haine envers eux ne faisait que croître depuis que sa candeur disparaissait. Elle n'était plus si naïve qu'il y a de nombreuse lunes et savait désormais écouter son instinct. Mais la peur rongeait quand même Moonye...
    Peur qui vain à s’accroître quand Sparkle posa une aile sur son dos. Moonye manqua de sursauter mais ravala seulement sa salive. Elle ne pouvait plus reculer. Dans les deux sens du terme étant donné que le mâle la tenait tellement fort qu'elle ne pouvait plus faire le moindre geste. Lentement, l'autre fit glisser ses rémiges sur le dos de l'effraie argentée. Elle n'aimait pas ce geste trop familier à son goût, mais ne pouvait rien faire.

    Sans qu'elle ne puisse se débattre, Sparkle rapprocha son bec de celui de Moonye. Ca ne me plaît pas du tout, siffla-t-elle intérieurement je n'aurais jamais dû faire ça. Elle hésita à sortir sa plumdague, mais avant qu'elle n'ait pu laisser un regard à son aile pour chercher la lame, elle sentit les rémiges du mâle contre son croupion. L'effraie argentée sursauta, et se débattit pour essayer d'échapper à son étreinte. En vain, il la serrait trop fort.
    Un chuintement pervers, celui de Sparkle, raisonna dans la nuit. Moonye commença vraiment à s'affoler. Elle n'aurait jamais dû quitter le Grand Arbre, par aujourd'hui. Si elle ne voulait pas finir dans les ailes du mâle, encore plus qu'elle ne l'était déjà, il fallait qu'elle agisse. Mais, malgré qu'elle se débatte, elle n'arrivait pas à reculer. Hormis ces serres, elle ne pouvait rien bouger, et encore, elle ne pouvait pas reculer.

    Une idée traversa son esprit. Moonye attendit pas plus d'une seconde et donna un coup de serre dans le ventre de Sparkle, et put enfin se libérer. Elle prit sa plumdague dans une des ses serres et la pointa vers Sparkle. Elle gonfla son plumage pour paraître plus impressionnante, si bien qu'elle doubla presque de taille, et lâcha, menaçante :


    "~ Un pas de plus et je t'éventres. "

    Pourtant, si, comme son instinct le lui criait, Sparkle était un Sang- Pur, il n'aurait pas peur qu'elle la menace. Au tel cas, Moonye était dans une situation périlleuse, et qui ne lui plaisait que guère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SparkleCapitaine des Sangs-Purs
Capitaine des Sangs-Purs


Messages : 85
Date d'inscription : 06/10/2012

MessageSujet: Re: La solitude est souvent pesante au moment où il ne le faut pas [PV Sparkle] [Terminé]   Ven 1 Nov - 16:14

Sparkle était aux idylles. Une belle femelle rien que pour lui seul. Et si il la ralliait à la noble cause des Sangs-Purs, ce serait encore mieux. Bec d'Acier aimait sûrement les belles tytos de ce genre. Elles pouvaient faire de merveilleuses manipulatrices, et elles pouvaient obtenir tout ce qu'elle souhaitaient des ennemies avec leur beauté sans pareille.

Il la touchait toujours en riant d'un chuintement pervers lorsque, sans crier gare, il reçut un violent coup de serre dans le ventre. Écliss venait de se dégager. Le Sang-Pur eut à peine le temps de réaliser cela qu'il se retrouva avec une plumdague pointée sous sa gorge.

Un pas de plus et je t'éventres. 

Sparkle restait immobile, le souffle coupé. Le moindre geste pourrait être interprété par la belle tyto comme une riposte ou une contre-attaque. Et dans ce cas-là, il finirait égorgé sans rien avoir pu faire.
Ils restèrent ainsi quelques secondes, dans l'un des silences les plus totaux. On entendait la respiration haletante et effrénée de la femelle, furieuse et folle de rage d'avoir été humiliée ainsi par le tyto capensis et ses méthodes perverses.

Puis au bout de quelques minutes, Sparkle décida qu'il fallait sortir le grand jeu. Pas le choix.

Vous m'obligez à employer les grands moyens, Écliss... murmura-t-il d'un ton sec, toujours visé par la lame.

Sans laisser à la femelle le temps de réagir, il se dégagea d'un brusque mouvement d'aile et arracha la plumdague aux serres de la tyto blanche, prise au dépourvue.

Je suis déçu. Vous avez tout pour faire une soldate exemplaire. Vous avez de la force, des aptitudes au combat. Vous avez une beauté ensorcelante.

Il tournait autour d'elle, le regard haineux. Il devait contenir toute sa rage et toute sa fureur pour ne pas fondre à cet instant sur l'autre.

... Mais voyez-vous. Chez les Sangs-Purs, nous n'avons pas besoin de fortes têtes comme vous.

L'expression de l'effraie blanche se tarit lorsqu'elle entendit le nom de Sang-Pur. Elle les craignait. Parfait, voilà qui prouvait qu'ils étaient redoutés dans les Royaumes des Chouettes.
L'excitation du tyto grandissait, à mesure que se rapprochait l'heure de la mort d'Écliss. Il frémissait à l'idée d'enfoncer la dague dans le ventre de l'autre.

... Votre voyage s'arrête là, vous n'avez pas voulu saisir la chance que je vous ai donné.

La face de Sparkle s'illumina d'un rictus effrayant.

Adieu, très chère.

Puis sans laisser à la tyto blanche comme la lune de faire le moindre geste, il se jeta férocement sur elle en hurlant, et lui enfonça la lame dans la poitrine. Il avait visé le cœur et l'avait atteint. Le regard apeuré de Écliss s'éteignit, et elle s'effondra au sol, morte. Ses magnifiques plumes blanches étaient souillées de sang.
Le capitaine des Sangs-Purs chuintait devant le cadavre. Cette abrutie l'avait cherché, elle avait mérité son sort. Il retira la lame de son corps inerte et regardait le sang couler de celle-ci en frémissant de joie.

Ceux qui s'opposaient aux Sangs-Purs devaient mourir. Et Sparkle était prêt à faire subir le même sort à tout ces pauvres impurs. Même s'ils étaient des millions et qu'il devait les écorcher un par un. Ils y passeraient tous. La pitié n'était pas faite pour ce monde.

Il quitta le terrier et décolla malgré ses plumes arrachées - il n'en avait perdu qu'une petite partie, mais sous le coup de la peur il n'avait pas réussi à fuir devant le renard -.
Il laissa derrière lui le malheureux cadavre de Écliss, que dis-je de Moonye, qui avait désormais rejoint Glaucis tout puissant à Glaumora.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La solitude est souvent pesante au moment où il ne le faut pas [PV Sparkle] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La solitude est souvent pesante au moment où il ne le faut pas [PV Sparkle] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE :: Forêt de Tyto :: Le Sol-
Sauter vers: