On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...

♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE

© Design par Blue
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
AraldChouette inactive


Messages : 1113
Date d'inscription : 25/02/2011
Age : 25
Localisation : en vol

Qui es-tu ?
Race: Hibou Moyen Duc (Asio otus)
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Ryb de Charbonnage

MessageSujet: On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...   Mer 3 Avr - 19:42

Arald guettait l'arrivée de la chouette dont elle allait avoir la garde pour la journée. En effet, Bubo était venu la voir très tôt cette nuit là pour lui demander un service. Il s'agissait d'emmener sa nouvelle recrue dans un incendie afin que le jeune mâle apprenne à manier et à ramasser les charbons. Arald et Bubo travaillaient souvent de concert puis qu’après tout les forgerons avaient besoin des charbons que ramenait le Squad de Charbonnage et il n'était pas rare que la jeune ryb emmène l'une des recrue au sein d'un incendie pour qu'il y apprenne de nouveaux mouvements. Inversement, il arrivait également qu'Arald envoi quelques chouettes ou hiboux de son Squad en formation quelques temps chez Bubo, cela pouvait toujours servir en cas de problèmes.

Ce soird'hui, après avoir interrogés les vents, et Ezylryb, il s'était avéré qu'un incendie avait lieux dans la forêt de Tyto, rien de bien grave. La formation de la jeune chouette des terriers ne la mettrait pas en danger, du moins Arald l'espérait, avec le feu il pouvait toujours y avoir un revirement de situation... Lorsque la moyen duc avait demandé au grand duc comment était son protégé, il avait chuinté très fort, comme à son habitude et lui avait avoué que celui-ci lui réservait des surprises. Bubo n'avait pas voulu en révéler d'avantage, Arald espérait donc que le nouveau venu ne serait pas un trouble fête. Aussi avait-elle décidée de l'emmener seul en expédition, ainsi pourrait-elle le tenir à l’œil et lui accorder toute son attention en cas de besoin. Peut-être se trompait-elle et que ce mâle se révélerait être un élève doué, mais elle préférait prendre des précautions.

Voilà pourquoi, alors que le soleil se couchait, Arald attendait sur une haute branche du Grand Arbre, là où le rendez-vous avait été donné, que son élève du soir la rejoigne et qu'ils puissent prendre leur envol pour Tyto. Le temps étais idéal pour partir, le printemps était arrivé avec la Pluie Rose et les brumes qui s'élevaient habituellement au dessus d'Hoolemer s'étaient évaporées avec le beau temps et une douce brise frôlait la surface de l'eau. Le duo n'aurait qu'à se laisser porter par le courant pour rejoindre l'autre côté du rivage.

Sachant que les chouettes des terriers n'étaient pas les meilleures en vol, Arald avait repérée un tunnel d'air qui, une fois pris, les conduiraient sans peine de l'autre côté. La ryb espérait que la recrue avait déjà vu le cour sur les tunnels d'air sinon cela les retarderaient. Qu'importe, pensa-t-elle, elle adorait avoir de nouveaux jeunes à former et espérait que celui-ci s'amusera autant qu'il apprendra avec elle. Arald jeta un œil sur le soleil qui se couchait, en tout cas la nuit commençait bien puisque le jeune forgeron était en retard... Soudain, un fort bruit d'ailes, typique des chouettes des terriers, se fit entendre.

-Enfin te voilà, un peu plus et nous étions en retard. Je suis Arald, la ryb de Charbonnage, je suis enchantée de te rencontrer, malheureusement Bubo, comme à son habitude semble avoir oublié de me donner ton nom. J'espère que tu es prêt à décoller car nous allons partir tout de suite, a tu des questions ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asio-arald.deviantart.com/
avatar
GorolChouette inactive


Messages : 48
Date d'inscription : 10/03/2013

Qui es-tu ?
Race: Chevêche des terriers
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Maladroit apprenti

MessageSujet: Re: On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...   Jeu 4 Avr - 15:48

Travailler avec un autre ryb ? Et bien, comment dire... Gorol ne pouvait pas être contre, puisque c'était la décision de Bubo, cependant, autre ryb signifiait autre leçon, autre discipline, mais il n'y avait que la forge qui passionnait le jeune apprenti. Il avait rendez-vous avec son nouvel instituteur sur les hautes branches du Grand Arbre, pourtant, au fond de lui, il n'avait pas tellement hâte de faire sa connaissance. Quand on lui avait appris la nouvelle, il fit de gros yeux sans savoir quoi répondre. Impossible de dire non à son ryb préféré, la jeune chouette s'envola alors, partie rejoindre les hauteurs de l'arbre. Comme toutes les chouettes des terriers, Gorol n'excellait pas en vol, il n'était pas silencieux et devait battre plus fort des ailes par rapport aux autres, mais il compensait ce détail par une meilleure mobilité au sol grâce à ses grandes pattes.

Il ne devait plus être très loin du lieu de rendez-vous... Ah, voilà ! Un hibou moyen duc se tenait seul un peu plus loin, ça devait être le ryb qui attendait son arrivée. Gorol eut à peine le temps de l'approcher que déjà sa présence fut remarquée et qu'un flot de mots se déversa du bec de... Arald, si il avait bien entendu. La ryb de charbonnage ? C'est toujours mieux que celui d'astrologie ou de ga'hoologie. M'enfin, maintenant, il comprenait un peu mieux. Il est vrai que les chouettes du squad de charbonniers et celui de forgerons devaient bien s'entendre, passer un peu de temps ensemble et surtout travailler de concert, quelque chose du genre. Gorol a déjà fait de gros yeux quand on lui avait annoncé qu'il allait passer la nuit avec un autre ryb que Bubo, il en fit de même au moment où Arald lui annonça qu'ils partaient tout de suite. Le temps semblait calme, oui, mais traverser tout Hoolemer en un morceau... La seule question -qu'il se contenta de garder pour lui- qui lui trottait en tête était de savoir s'il tiendrait le coup.

Comme seule réponse, Gorol fit non de la tête. Sur ce, ils s'envolèrent tous les deux par-dessus la mer, les courants les portant vers l'infini et au-delà. Au début, la chouette des terriers avait un peu de mal avec tous ces vents qui passaient sans prévenir, ils étaient même parfois assez violents, mais au fil du temps et des conseils prodigués par la ryb, il finit par s'y habituer. Habitué à se prendre des rafales en plein dans le plumage, ouais. Contraint de battre plus vite et puissamment des ailes pour rester stable, l'apprenti forgeron sentait déjà que le voyage sera long et épuisant. Encore heureux qu'il ne rencontrerait aucun danger au dessus de cette grosse flaque d'eau ! Enfin, il l'espérait profondément...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
AraldChouette inactive


Messages : 1113
Date d'inscription : 25/02/2011
Age : 25
Localisation : en vol

Qui es-tu ?
Race: Hibou Moyen Duc (Asio otus)
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Ryb de Charbonnage

MessageSujet: Re: On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...   Jeu 4 Avr - 17:09

Gorol semblait morose ce qui fit chuinter, intérieurement, Arald. Il n'était pas le premier à traîner des serres avant de partir en mission. Généralement, les membres de Squad n'aimaient guère changer de ryb, même pour une mission. Pourtant il était important d'être polyvalent et de ne pas se résoudre à une seule et unique spécialité. Le Squad Météo en était un bon exemple. Et puis lors d'une véritable mission, il n'était pas rare que les Squads se mélangent pour que les Gardiens utilisent au mieux les capacités des chouettes.

Alors que le duo décollait, Arald commença par ne rien dire pour observer le jeune mâle des Terriers. Celui-ci ne se débrouillait pas trop mal, mais la jeune ryb comprit rapidement qu'il manquait bougrement d'entraînement en vol. La moindre bourrasque le promenait comme une chevêchette et le battement de ses ailes était loin d'être discret. Pourtant il avançait bravement et sans piper mot, essuyant bourrasque sur bourrasque, la Moyen Duc s’inquiétait néanmoins, pour Gorol, la traversée de Hoolemer serait longue et difficile. Les Chouettes des Terriers étaient généralement affiliée au Squad de Battue et de mémoire, le jeune mâle qui volait à ses côtés était le premier à intégrer le Squad de Forgeron. Bubo était très difficile sur les oisillons qu'il acceptait de former. Voyant Gorol en mauvaise posture, Arald se mit devant lui d'un puissant battement d'aile. Son geste n'étant pas dénuée de sens, elle en profita pour expliquer sa manœuvre à son protégé de la nuit.

-Tu vois Gorol, ta carrure et ta musculature ne te rendent pas la chose facile pour un vol aussi long que la traversée de Hoolemer. En me mettant devant toi, je créer une zone neutre, si tu reste bien derrière moi tu te fatiguera beaucoup moins vite car tu n'aura pas à lutter autant contre le vent. Cette technique est fréquemment utilisée pour les chouettes de petites tailles ou pour les oisillons.


Tout à ses explications, Arald repensait à son amie Athéna, une chevêche membre du Squad de Sauvetage et du Squad Tempête, la traversée de Hoolemer n'était jamais simple pour elle et encore moins les jours de grand vent. Pourtant avec le temps et de l'entraînement, elle avait finit par se muscler et se faisait moins balader par le vent lorsqu'elle était seule. Bien souvent pourtant, un membre du Grand Arbre plus grand qu'elle l'accompagnait afin de la précéder dans les vents, tout comme faisait Arald ce soir là avec Gorol.

-Néanmoins, la technique ne fait pas tout. Tu a été choisi par Bubo pour devenir forgeron mais il ne faut pas que tu perde de vue qu'être forgeron ne signifie pas être simplement terrer dans une grotter à forger. Bubo nous accompagne bien souvent lui-même lorsque nous allons récupérer du charbon. Il est donc essentiel que tu te muscle les ailes afin d'avoir plus d'aisance en vol.



La ryb finit par trouver un tunnel d'air où elle s'engouffra, Gorol à sa suite, afin d'avoir les ailes reposées avant de mettre le cap sur Tyto. Alors qu'elle se laissait glisser paisiblement dans le vent, elle entreprit de donner quelques instructions au jeune mâle.

-Ce que je vais te dire est primordial alors écoute bien si tu ne veux pas finir brûlé. Entrer dans un incendie n'ai jamais une chose facile et on ne sait jamais vraiment si on en ressortira vivant. Lorsque nous arriveront à Tyto et que j'aurais localisé l'incendie, nous nous percherons non loin pour analyser la situation et repérer les charbons. A ce moment là tu m'observera attentivement pour voir mes mouvements. Ils sont tous importants. Si tu suis bien mes instructions il n'y a aucune raison qu'il t'arrive malheur. A tu des questions pour le moment ?



Le rivage se profilait à l'horizon alors que la ryb attendait de voir si son élève de la nuit en aurait. Généralement, toutes les chouettes en avaient à ce moment-ci du voyage. Après tout, ils allaient devoir affronter un incendie, entrer au cœur du feu, chose peu naturelle pour n'importe quel oiseau. Arald se rappelait encore sa première excursion avec son Maître Ezylryb. La couronne de feu qui l'avait entouré, la peur au gésier, l'adrénaline... Des souvenirs mémorables et intenses qu'elle aimait partagés avec les membres de son Squad et ceux qui venaient à l'occasion comme c'était le cas de Gorol ce soird'hui. La Moyen Duc au plumage de feu espérait tellement que tout se passerait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asio-arald.deviantart.com/
avatar
GorolChouette inactive


Messages : 48
Date d'inscription : 10/03/2013

Qui es-tu ?
Race: Chevêche des terriers
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Maladroit apprenti

MessageSujet: Re: On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...   Dim 7 Avr - 22:19

Grâce aux conseils et au soutien de la ryb, Gorol put bien mieux voler. Les courants d'airs étaient beaucoup moins agressifs et résistants, ce qui permettait à la jeune chouette des terriers de facilement poursuivre leur route. En chemin, Arald étalait les premières conditions lorsqu'ils seront arrivés à destination. La regarder faire, suivre ses instructions, puis faire pareille, ça devrait pas être trop dur ! Après tout, il avait un peu l'habitude de cette méthode d'enseignement, observer Bubo, son ryb lui apprenant l'art de la forge, frappant le métal chauffé à blanc sur l'enclume, pour ensuite l'imiter. L'avantage, autant avec Bubo qu'avec Arald actuellement, c'est qu'ils ne constituaient pas un groupe très nombreux de chouettes, à savoir un professeur et un élève. Gorol avait cette sensation d'être l'élève et le ryb le maître. D'un côté, c'était le cas, mais d'un autre, cette impression qu'il existait un lien fort que partageaient l'élève et le maître... Le faisait sourire.

Une fois de plus, Arald lui demanda s'il avait la moindre question qui trottinerait dans sa cervelle. Sur le coup, pas vraiment, Gorol imaginait plutôt la situation, quand il affrontera les flammes de l'incendie, qu'il plongera au milieu de cet enfer, qu'il essayera de ne pas se prendre de charbon flagadant en pleine face, qu'avec un peu de chance il en ressort vivant et même qu'avec encore plus de chance, il y survivra sans prendre feu. Pour le charbon, il y pensera quand il y parviendra. Ce qui l'inquiétait le plus, c'était la chaleur contre laquelle il fera face. Son gésier ne cessait de lui envoyer des signaux de détresse pour le prévenir qu'il devra être deux fois plus vigilant que quand il affrontait les vents juste avant. En général, c'est mauvais signe, mais pour Gorol, ce n'était qu'une pelote qui passait mal.
-J'ai une question... Est-ce que c'est dangereux ?

Jusqu'à présent... Non, pour l'instant, le jeune apprenti n'a jamais vu ou aperçu une situation qu'on qualifierait de "trop dangereuse". Il n'a jamais participé aux atrocités de la guerre, ni été témoin de ne serait-ce qu'un bête accident qui aurait très mal tourné. Il connaissait la douleur, après s'être pris plusieurs méchants coups d'une mauvaise manipulation de sa propre invention, mais ça n'avait jamais été grave. À vrai dire, la chaleur non plus ne l'effrayait pas trop, puisque à force de travailler à la forge, le feu, il le connaissait. Enfin, croyait-il. En fait, pour être franc, Gorol n'a jamais encore vécu dangereusement comme on l'entendrait, pas de gros risques, pas de grandes pertes, du coup il n'avait pas une idée claire des niveaux de dangerosité. "Est-ce que ça passera ? Si non, je suis mort" n'a jamais été une phrase qui lui a traversé l'esprit, lui qui a toujours su régler la majorité de ses problèmes en recommençant et recommençant encore et encore jusqu'à ce qu'il réussisse. Ça ne l'a pas mené bien loin pour l'instant, mais peut-être qu'à l'avenir...
-Ah et... Est-ce qu'on ramènera des charbons ?

Il posa sa question avec une touche de gaieté et de bonne humeur, car pour sa première expédition dans un mini-squad de charbonniers, ça serait un luxe à ses yeux de rentrer avec son premier charbon qu'il aura lui-même attrapé sur place. Un luxe... S'il y arrive... Il s'était toujours plaint qu'il pensait trop, et qu'il laissait la logique prendre sur son instinct et sa volonté. S'il veut y arriver, alors il pourra y arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
AraldChouette inactive


Messages : 1113
Date d'inscription : 25/02/2011
Age : 25
Localisation : en vol

Qui es-tu ?
Race: Hibou Moyen Duc (Asio otus)
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Ryb de Charbonnage

MessageSujet: Re: On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...   Mar 9 Avr - 19:19

Tout en surveillant du coin de l’œil que le jeune forgeron la suivait bien et se plaçait correctement dans son sillage, Arald finit par se déplacer pour voler à ses côtés. En effet, le vent s'était calmé et Gorol avait pris de l'assurance dans ses battements d'ailes. La ryb était contente de constater que malgré sa carrure, le jeune mâle affrontait bravement, et sans se plaindre, les aléas du vent. Après un bref moment de silence, il finit par demander si ce qu'ils allaient faire à Tyto serait dangereux. Arald ne pu s'empêcher de chuinter, le petit n'en menait pas large, comme chaque chouette ou hibou avant d'entrer au cœur d'un feu de forêt.

-Je ne vais pas te mentir Gorol car ce n'est pas mon rôle. Chaque manœuvre dans un incendie est dangereuse. Voilà pourquoi il est primordial, une fois là-bas, que tu écoute bien mes instructions et que tu m'observe attentivement pendant l'exemple que je te montrerais. Mais ne t'inquiètes pas trop, avant de pénétrer au plus dangereux du feu, nous commencerons pas voir les bases, c'est à dire comment ramasser des cendres. Voilà pourquoi j'ai apporté un seau. Les cendres sont très importantes car elle nous permettent de ramener les charbons que nous ramassons jusqu'au Grand Arbre. Selon leur taille, ils seront soit envoyé à Bubo soit répartis dans les creux ou utilisés en cuisine. Comme tu dois le savoir, les plus dangereux sont les flagadants, ceux que Bubo utilisent pour alimenter ses forges à leur puissance maximale.


Au mot flagadant, les yeux du jeune mâle s'étaient illuminés, ce qui n'étonna pas Arald. Ayant elle-même fait un peu de forge, elle savait la valeur d'un charbon flagadant, le plus puissant de tous et qui alimentait les forges pendant un moment. C'était également une épreuve pour un apprenti charbonnier, celle qui faisait de lui un charbonnier émérite. Le gésier de la jeune ryb frémissait encore de joie lorsqu'elle se remémorait le regard fier que son Maître avait posé sur elle lorsqu'elle était sortie de l'incendie avec son premier flagadant. ''De belle taille'' avait affirmé le vieux hibou et Bubo s'était targué qu'il n'en avait jamais vu d'aussi gros. Pourtant, la ryb à la cicatrice en forme de V à l'envers et aux pattes déplumées, en avait ramené des biens plus gros depuis. Gorol finit par la tirée de ses pensées par une nouvelle question sur la probabilité qu'ils ramènent des charbons ce soird'hui.

-Mais j'y compte bien jeune mâle. Nous ne parcourons jamais les feux pour rien, comme tu peux le vois j'ai emmené ce qu'il fallait pour qu'on puisse ramener notre récolte au Grand Arbre. Notre maison est incapable de fonctionner normalement sans le feu mais ne t'en fais pas, je ne m'attends pas à ce que tu attrape un flagadant et je ne veux surtout pas que tu tente d'en attraper un, ça pourrait être très dangereux. Mais j'ai de bons espoirs que tu ramène un charbon de belle taille pour Bubo.


Tout en parlant, Arald se rendit compte qu'ils étaient presque arrivés. Leur discussion les avait mené sur le continent et la ryb avant naturellement viré vers Tyto. Gorol avait suivit. Soudain, apparu un rougeoiement au loin, annonciateur qu'ils étaient arrivés à destination. La Moyen Duc stabilisa son vol pour permettre à Gorol d'observer le feu de loin.

-Gorol, nous voici arrivés, bienvenu à Tyto.


Le duo se dirigea vers un immense sapin et se percha sur une branche. De là, ils pouvaient voir l'incendie sans rien en craindre.

-Bien, nous voici près du but. Tout d'abord j'aimerais que tu observe l'incendie et que tu me raconte ce que tu y vois. On ne se jette jamais dans un feu sans l'avoir étudié au préalable, on commence par regarder si le bois est sec ou humide autour et comment est le terrain, la direction du vent est également déterminante pour se positionner au mieux. Alors que vois tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asio-arald.deviantart.com/
avatar
GorolChouette inactive


Messages : 48
Date d'inscription : 10/03/2013

Qui es-tu ?
Race: Chevêche des terriers
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Maladroit apprenti

MessageSujet: Re: On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...   Ven 12 Avr - 20:03

Mmmh, des flagadants ! Rien qu'à cette pensée, en effet, les yeux du jeune apprenti forgeron s'éclairèrent. Bubo lui en avait montré pour qu'il sache à quoi ils ressemblent, à quoi ils servent, mais surtout pour voir à quoi ils ressemblent. Comparés aux charbons que Gorol avait l'habitude de voir, les flagadants étaient beaucoup plus brillants et chauds. Bien évidemment, des dizaines et des dizaines de livres à la bibliothèque contenaient beaucoup plus d'informations qu'un ryb pourrait donner en une leçon, mais la chouette des terriers étant plus impressionnable sur le terrain que devant deux pages, elle se contentait des images fabuleuses que Bubo avait eu la gentillesse de partager avec son élève. Au moment où ses yeux se posèrent sur le flagadant, sa vocation quant à devenir forgeron fut plus dévouée que jamais. De plus, Gorol fut au comble de la joie quand Arald annonçait que, effectivement, ils rapporteront bel et bien des charbons au Grand Arbre. L'idée de rapporter son butin flamboyant à la forge ne pouvait le rendre plus heureux aujourd'hui. Finalement, c'était pas si mal, de devenir charbonnier, même pour une journée.

Arrachée de ses douces et séduisantes pensées par la ryb, ils furent enfin arrivés à destination : Tyto. Sur le coup, Gorol trouvait que c'était très... Boisé... En tant que chouette des terriers, vivre au sol et dans tes tunnels était dans sa nature, mais imaginer sortir la tête de son trou et voir des énormes troncs partout, on se sentirait petit, très petit... Il chassa rapidement cette idée de sa tête pour se concentrer sur leur mission. Enfin, mission... C'était vite dit, car leur principal objectif ici était surtout de s'instruire, d'apprendre le métier de charbonnier, et ce sur le terrain même, et ça, c'était la méthode préférée du jeune apprenti. Rapidement, il se rendit compte que ce qu'il prenait pour un lever de Soleil était en réalité la lueur que l'on percevait de loin d'un incendie qui faisait rage. Le spectacle était... Impressionnant. Voir les flammes qu'il avait pris l'habitude d'observer dans le foyer de la forge et qui n'avaient pas la taille de son aile se dresser plus haut que les arbres, lécher leur écorce et leurs branches. Et dire qu'il allait devoir se lancer là-dedans pour piocher des charbons. D'un seul coup, c'était assez décourageant... Espérons que tout se passe plus facilement que prévu.

Après s'être perchés tous les deux sur une branche d'un sapin, non loin du feu ravageur, Arald demanda à l'apprenti ce qu'il voyait. Forcément, elle ne désirait pas entendre dire qu'il voyait un grand feu, mais plutôt les conditions météorologiques actuelles, l'état du terrain, du bois... Des trucs qui, parfois, échappait à l'attention de Gorol. Plongeant son regard entre les flammes, il regardait le bois se fendre, craqueler comme s'il agonisait, brûlé vif, on entendait de temps en temps quelques explosions entre les arbres. S'il y avait encore une chouette dedans, pour sûr qu'elle ne s'en sortirait pas indemne. À cette pensée, le jeune apprenti se retint de cracher une pelote à cause de la peur qu'il ressentait. Et dire qu'il allait devoir se lancer là-dedans... Bon, comme il ne pouvait rien dire sur le terrain, il tenta de sentir le vent. Malheureusement, la chaleur qui se dégageait de l'incendie le déconcentrait, le vent qui soufflait n'avait plus de sens dans son plumage.
-Euuh... Baah... Le bois brûle... L'incendie brûle aussi, et... Le vent brûle pas, lui... Mais ça souffle bien depuis l'incendie !

Au fond, il se doutait que ces détails ne passaient pas inaperçus, mais comme il n'arrivait ni n'oserait avouer qu'il ne savait fichtrement pas comment savoir tout ce qu'elle demandait, autant essayer un truc... Donc bah, au moins, on pourra pas dire qu'il n'aura pas essayer, même si c'était quand même une réponse tordue et stupide. Tordue et stupide peut-être, mais qui ne gênait pas Gorol qui étant franc et honnête pour le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
AraldChouette inactive


Messages : 1113
Date d'inscription : 25/02/2011
Age : 25
Localisation : en vol

Qui es-tu ?
Race: Hibou Moyen Duc (Asio otus)
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Ryb de Charbonnage

MessageSujet: Re: On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...   Dim 14 Avr - 18:56

Arald sourit face à la réponse si pure que lui avait offert Gorol. Certes la technique n'était pas au rendez-vous, mais le jeune mâle avait parlé avec son gésier. Il avait senti son environnement et même si les mots n'étaient pas juste, il n'était pas si loin de la vérité. La ryb avait vu le doute dans ses yeux lorsqu'il lui avait répondu, il était persuadé d'avoir tout faux porutant...

-Tu n'es pas si loin de la vérité Gorol. Le bois brûle bien, pourtant à Tyto le bois des arbres est très humide et donc le feu ne prends pas rapidement. Le fait qu'il brûle si fort en ce moment montre la puissance de l'incendie. Nous y trouveront de bons charbons, je pense que la récolte sera intéressante. Néanmoins, tu dois te méfier du vent. Tu prétends qu'il ne brûle pas et pourtant si tu n'y prends pas garde tu te transformera en torche vivante sans t'en rendre compte. Le vent est ce qui permet au feu de prendre de la puissance et de gagner du terrain, voilà pourquoi lorsqu'on se pose à proximité d'un incendie aussi fort, il faut absolument connaître la direction que prend le vent afin de se poser dans son sens inverse. Ainsi nous évitons de finir carboniser ce qui n'est pas négligeable. Je sais qu'à la forge c'est pareil, vous devez vous placer de parts et d'autre du foyer afin de ne pas vous brûler les plumes, au cœur de l'incendie c'est pareil.


La Moyen Duc tentait de trouver des exemples en rapport avec la forge pour que l'apprenti forgeron comprenne rapidement où elle voulait en venir. Il n'était avec elle que pour une nuit, il était donc inutile de s'encombrer en mots techniques qui ne lui serviraient à rien. A le voir regarder le feu, Arald comprit vite pourquoi le jeune mâle avait été choisi par Bubo. Les forgerons apprentis du Grand Duc étaient très rares et se révélaient être tous exceptionnels, cela serait également le cas pour Gorol qui semblait passionné par le feu. Tout comme elle, la jeune ryb n'aimait rien de plus que de voler à travers les flammes, confondant son plumage avec le reste du feu.

-Gorol, je vais maintenant te montrer comment ramasser des cendres. Tu va tenir le seau prêt à les recevoir, rien de bien compliqué, tu pourra donc observer mes mouvements sans problèmes.


Sans plus attendre, la femelle au plumage de feu s'envola et alla se percher plus prêt du feu, mais toujours à l'abri des flammes. Elle avait choisi une branche massive d'un pin qui était situé assez bas car de là, la Chouette des Terriers pourrait observer ses faits et gestes et surtout ne pas en manquer une miette.

-Observe bien Gorol, je vais m'élancer vers l'incendie en planant vers le sol sans trop battre des ailes, il y a bien assez de courants d'air chauds pour ne pas avoir à agiter les ailes, cela risquerait de créer un appel d'air qui attiserait le feu. Ensuite, je frôlerais le sol de mon bec pour attraper une becquée de cendres. Pour cela il suffit simplement de trouver des souches ou branchages carbonisés, en gros dans un incendie, tu trouvera des cendres presque partout au sol. Donc une fois la becquée attrapée, je vais battre brièvement des ailes pour m'élever et ainsi regagner rapidement notre branche où je déposerais mes cendres dans le seau prévu pour cela. Je vais y aller maintenant, alors observe bien.


Prenant appui sur ses pattes musclées et déplumées, elle s'élança en arrière. Une demie seconde plus tard, le souffle chaud du feu s'empara d'elle et elle eu l'impression de vivre. Ses mouvements étaient souples, elle arrivait à prévoir les changements de courants. C'était simple, elle se sentait en harmonie avec le feu, se fondant presque en lui, ne faisant qu'un avec. Ses yeux de braises repérèrent rapidement un tas de cendres et c'est avec un mouvement gracieux qu'elle frôla le sol. Bandant ses muscles, la Moyen Duc battit des ailes, captant un appel d'air, elle s'en servit pour remonter rapidement pour enfin rejoindre paisiblement la branche où Gorol l'attendait avec le seau où elle déversa son butin. Son plumage était couvert de suie mais peu importait, dans le squad Charbonnage on se moquait bien de l'état de ses plumes. Secouant la tête pour chasser la poussière qui lui maculait le visage, elle se tourna vers l'apprenti forgeron.

-Voilà pour le ramassage des cendres. C'est à ton tour maintenant, ne t'en fais pas, cet exercice est le plus simple et le moins dangereux. Nous passeront à l'étape supérieure après, mais en attendant tu ne risque pas grand chose. Je t'observerais d'ici et si tu a le moindre soucis je plongerais à ton secours. N'essaye surtout pas de te saisir d'un charbon au vol pour le moment, pour cet exercice, seules les cendres comptent. C'est très important que ne tente en aucun cas d'attraper un charbon, pas de charbon tant que tu n'a pas passé le stade des cendres. J'espère que c'est bien clair pour toi Gorol. Si tu a des questions avant d'entrer dans l'incendie n'hésite surtout pas. Chasse les doutes avant d'y entrer car une fois dedans il n'est plus le temps de douter.


Arald attendit donc que le jeune mâle se sente prêt à entrer dans les flammes, pas pour les combattre mais pour apprendre à travailler avec.

[Allez plonge dans les flammes ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asio-arald.deviantart.com/
avatar
GorolChouette inactive


Messages : 48
Date d'inscription : 10/03/2013

Qui es-tu ?
Race: Chevêche des terriers
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Maladroit apprenti

MessageSujet: Re: On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...   Lun 15 Avr - 17:22

À la voir, ça semblait si simple... En fait, non, si on regardait bien, pratiquement tous les mouvements de la ryb étaient calculés selon les masses d'air qui se déplaçaient entre les flammes. Ça ne sera pas aussi simple que ça en a l'air, pensait tout bas Gorol. Continuant d'observer malgré tout la charbonnière aguerrie, elle finit par ressortir avec une poigne de cendre, revenant vers l'apprenti forgeron pour les déposer dans le seau. À l'entendre, ça semblait tellement aisé, mais pour la chouette des terriers... Disons qu'elle préférait regarder un feu brûler plutôt que de s'y plonger le bec en premier. Mais bon, quand faut y aller, faut y aller. Ni une, ni deux, avec un regard peu assuré, Gorol s'envola avant de dessiner des cercles au-dessus de l'incendie, se préparant à s'y enfoncer sachant que tout pourrait basculer d'un mauvais battement d'ailes.

Récapitulons, pas de battements d'ailes une fois près du sol, sinon on risque d'attiser les flammes et de prendre feu avant qu'on ne s'en rendre compte. Puis, ramasser une poignée de cendres avant de gagner de la hauteur et revenir remplir le seau. Espérons que son butin ardent ne le le sera pas tant. Prenant une grande inspiration, la chouette des terriers plongea au milieu de l'incendie. En se mettant au niveau du sol, on n'avait pas l'impression qu'il faisait si chaud, comme si, dans le courant d'air dans lequel il se trouvait le rafraîchissait. Tant mieux. S'avançant sans s'arrêter, il retourna au tas de cendres qu'avait repéré Arald plus tôt. En trouver lui même serait trop dur, autant simplement marcher dans les empreintes de la ryb pour commencer. Son objectif n'était qu'à un battement d'aile quand une vive lumière passa devant lui.

Un charbon ! Un charbon flagadant certainement ! Et il venait juste de sauter devant les yeux de Gorol, venant de sa gauche. Son regard le suivait, allant jusqu'à lui faire oublier ce qu'il faisait ici. S'il l'attrapait, il recevra tellement de félicitations et de remerciements de la part de son ryb. S'il parvenait à le ramener lui-même à la forge, Bubo serait tellement fier de lui, peut-être même qu'il s'en servira pour fabriquer une récompense pour lui ! Cette pensée satisfaisait la chouette des terriers, dont les yeux étaient sans relâche posés sur ce charbon qui le faisait rêver. Négligeant presque volontairement sa première mission, rapporter le charbon était sa nouvelle priorité. D'un battement d'aile, il... Nourrit les flammes, ces derniers s'élevant autours du jeune apprenti qui comprit immédiatement son erreur.

Il avait été trop naïf, et voilà où ça l'avait mené. Tel un piège mortel, l'incendie semblait se refermer sur lui. La peur était si grande qu'il en resta immobile, regardant le mur enflammé s'approcher de lui tel un infernal étau. C'était donc contre ça que faisaient à chaque fois face les charbonniers, quand ils allaient chercher leurs charbons ? Si seulement il était chez lui, à imaginer de nouveaux plans et de nouvelles idées à mettre au point. Si seulement il était à la forge avec Bubo, à cogner le fer contre son marteau. Si seulement il était resté au Grand Arbre plutôt que d'avoir suivi Arald et d'avoir plongé au coeur des flammes. Si seulement....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
AraldChouette inactive


Messages : 1113
Date d'inscription : 25/02/2011
Age : 25
Localisation : en vol

Qui es-tu ?
Race: Hibou Moyen Duc (Asio otus)
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Ryb de Charbonnage

MessageSujet: Re: On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...   Sam 20 Avr - 21:17

Arald avait vu la scène se dérouler avec horreur. Le pire scénario qui soit avait finalement eu lieu, tout ce qu'elle redoutait en tant que ryb de Charbonnage, Gorol l'avait réalisé. La ryb l'avait vu quitter la branche, alors qu'elle attachait le seau, pour se préparer en cas de dérapage. La chouette des Terriers était descendue tranquillement, le mâle était maître de lui, il contrôlait correctement chacun de ses mouvements. Sa maîtrise avait apaisée la Moyen Duc, le vol du jeune mâle avait été stationnaire, une descente digne d'un charbonnier émérite. Pour autant, elle ne l'avait pas quitté des yeux, même les meilleurs des charbonniers étaient incapables de prévoir les mouvements du feu, voilà pourquoi le squad de Charbonnage ne gérait jamais un incendie seul, chaque groupe était au minimum un binôme.

Alors qu'elle le voyait entrer dans les flammes, Arald se demandait si il n'aurait pas mieux valu, pour la sécurité de la chouette des Terriers, d'emmener avec eux un membre plus chevronné du squad. Pourtant, Gorol n'était pas le premier apprenti forgeron que la jeune ryb emmenait seul en mission. Chaque sortie s'était très bien passée, elle n'avait donc pas vu l'utilité d'emmener un autre charbonnier, ils étaient tous très occupés en ce moment. Soudain, un mouvement la sortie brusquement de ses pensées. Un flagadant avait fusé, proche du mâle, trop proche. La rotation de sa tête avait alerté Arald. Trop tard, Gorol avait vu le charbon et ce que redoutait la ryb arriva. Ses ailes s'étaient inclinés et finalement, il avait décidé de suivre le flagadant.

Sans plus réfléchir, la Moyen Duc au plumage flamboyant pris son envol et fonça au cœur de l'incendie, la chaleur lui brûla presque le visage mais peu importait, si jamais elle ne sortait pas rapidement le jeune forgeron des flammes, il pouvait être gravement brûlé voir pire. Mais alors qu'elle pensait que le pire était arrivé, à savoir la désobéissance d'un élève, elle constata avec effroi, qu'elle s'était lourdement trompée. Arald n'était pourtant pas loin de Gorol, à deux serres de le saisir, mais un appel d'air lui ébouriffant les plumes acheva de lui mortifier le gésier. Cet appel d'air annonçait l'arrivée d'une couronne de feu, la chose la plus redouté par les charbonniers, même les plus aguerris tremblaient de peur face à cette meurtrière apparition.

C'est ce moment que choisi un tronc carbonisé par les flammes pour s'écrouler au sol et cacher Gorol à la vue d'Arald. La ryb refusait que la peur gagne son gésier, il était hors de question qu'elle perde un élève dans les flammes, il fallait le sauver avant que les flammes aient raisons de lui. Un novice n'avait aucune chance de survie dans un incendie, même mineur. D'un puissant battement d'ailes, la Moyen Duc s'écarta du tronc pour analyser la situation, ses yeux scrutant la moindre faille dans son environnement, gardant son sang froid à tout prix, une réaction apprise quelques années plus tôt auprès de son Maître. Ses yeux de braises finirent par repérer une étroite trouée de flamme au pied du tronc qui venait de s'écraser, la manœuvre serait serrée puisqu'elle devrait se poser au sol, courir, passer les flammes et redécoller. Tout ça en quelques secondes car la trouée se résorberait rapidement, la vie de Gorol étant en jeu, Arald n'hésita pas. Ses pattes déplumées et puissantes, vestiges d'une enfance dans le désert au sein d'une famille de fennecs, heurtèrent le sol. La femelle se mit à courir plus vite que jamais et s'engouffra dans la brèche tout en déployant ses ailes, la chance était de son côté, le vent s'engouffra dedans et la porta sans mal dans les airs alors que la faille se refermait brusquement à quelques centimètres des plumes de sa queue.

Arald ne prit même pas le temps de souffler pour repérer immédiatement Gorol, celui-ci semblait être paralysé par la peur et les remords. Sans attendre, la ryb au plumes de feu surgit à ses côtés et le secoua avant de hurler pour couvrir le vacarme assourdissant que faisait l'incendie :

-Secoue toi bon sang ! Ne reste pas là où tu va mourir brûlé !


N'attandant aucune réponse, la Moyen Duc se saisi du jeune mâle par les ailes. Heureusement pour elle, Gorol étant une chouette des Terriers, il était plutôt léger, il en aurait pas été de même si le concerné avait été une chouette Lapone. S'aidant d'un courant qui s’élevait vers le haut, Arald entraîna le jeune mâle. Mais alors qu'elle s'élevait puis manœuvrait pour se rapprocher du sol, à un endroit moins dangereux, un éclair vert la frôla. Son gésier tressailli de plaisir, le flagadant que Gorol pourchassait était désormais tout prêt d'elle et son instinct de charbonnière repris le dessus.

-Quitte à vouloir des sensations fortes Gorol, tu va en avoir.


Sans rien ajouter, elle inclina délicatement ses ailes et dans un gracieux mouvement d'ailes se retrouva à revers du charbon. Elle avait due recalculer tout ses mouvements car Gorol avait beau ne pas être lourd, il était quand même un poids, non négligeable en plus. Arald fut satisfaite, son visage se retrouva à quelques centimètres du charbon, son bec s'en saisi habilement et délicatement. Sans plus attendre, la Moyen Duc battit des ailes, elle avait repérée une sortie possible. Deux énorme branche étaient tombées l'une sur l'autre et formaient une sorte d'arche enflammé. Elle devrait contourner l'incendie une fois sortie, mais elle n'avait pas le choix. La ryb savait que son temps était compté, il ne faudrait que quelques minutes avant que le charbon flagadant ne lui brûle le bec et qu'elle ne doive le lâcher. Elle fit donc une embardé et repliant ses ailes, s'engouffra dans l'arche formée par les branches, puis elle inclina une fois encore ses ailes dans un rapide mouvement et se mit à battre des ailes comme une dératée. Ses muscles la brûlait, et la chaleur commençait à la faire suffoquer.

La vue de la branche où était attaché le seau contenant les cendres fut un immense soulagement pour elle. Arald stabilisa son vol au dessus de leur perchoir puis lâcha délicatement le jeune mâle, avant de se poser elle même à côté pour déposer doucement le charbon dans le seau. Il était grand temps pour elle d'ailleurs car elle sentait encore la chaleur qui avait envahie son bec, signe qu'il ne lui restait plus que quelques secondes avant la brûlure. La Moyen Duc avait conscience que son visage était couvert de suie, elle se secoua la tête puis regarda Gorol de haut en bas. Aucuns dégâts à constater, plus de peur que de mal au grand soulagement d'Arald qui poussa un soupir de soulagement avant de le toiser d'un air sévère.

-Il me semblait avoir dit que tu étais loin d'être prêt pour une telle aventure jeune mâle. Qu'a tu a dire pour ta défense ?


Sa voix était enrouée à cause des cendres qui avait envahies ses poumons, la fatigue commençait à se faire sentir, mais elle devait comprendre ce qui avait motivé Gorol à agir ainsi, il n'avait pourtant pas l'air d'être un esprit ouvertement rebelle, Arald voulait savoir où elle avait échouée dans ses consignes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asio-arald.deviantart.com/
avatar
GorolChouette inactive


Messages : 48
Date d'inscription : 10/03/2013

Qui es-tu ?
Race: Chevêche des terriers
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Maladroit apprenti

MessageSujet: Re: On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...   Lun 22 Avr - 17:22

Pétrifié par la peur, Gorol sentait lentement la chaleur l'engloutir. C'est alors que la ryb vint à son secours, elle tenta de le secouer, mais la chouette des terriers était devenue sourde de terreur. Il planta son regard abasourdi dans celui du hibou moyen-duc, ne comprenant plus ce qui se passait autours de lui. Puis, il se sentit happé, tiré de tous les côtés avant d'enfin sortir de cet enfer. Posé délicatement sur leur branche de départ, l'apprenti forgeron retrouva ses esprits et put prendre conscience de ce qui s'était passé. La ryb de charbonnage avait traîné Gorol au milieu des flammes et avait même récupéré le fameux charbon flagadant qu'il avait aperçu juste avant. C'était une expérience... Fantastique ! S'il pouvait recommencer, ça serait tout de suite !

Virevolter comme ça au travers de l'incendie, et ressortir comme ça paf avec le meilleur butin qui soit, c'est juste génial ! La petite chouette des terriers aurait bien voulu faire part de sa joie et de sa superbe expérience à Arald, mais malheureusement, elle ne semblait pas prompt à voir cette situation dans laquelle les deux chouettes se sont fourrées comme une partie de plaisir. Comprenant les réprimandes que lui faisait part la ryb, Gorol sentait sa fierté se faire écraser à coup de marteaux. Tout ce qu'il voulait, c'était ramener le charbon flagadant pour qu'on le félicite, et au final, il a failli y passer. Peut-être n'était-ce pas une si bonne idée, au final... Des mauvaises idées, ce n'était pas la première, mais ce ne sera sûrement pas la plus dernière ni la plus dangereuse non plus.

Baissant la tête de honte, la chouette des terriers balbutiait des mots incompréhensibles, mais qui voulaient seulement signifier qu'il n'y était pour rien, que c'était le charbon qui lui avait sauté dessus et qu'il voulait juste lui rendre la pareille avec un bon coup de serres bien placé. L'excuse qu'il avait sur le coup inventé ne passera jamais, alors il en trouva une autre avant d'en faire part à Arald.
-J'ai vu le charbon, et... Je voulais le ramener, c'est tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
AraldChouette inactive


Messages : 1113
Date d'inscription : 25/02/2011
Age : 25
Localisation : en vol

Qui es-tu ?
Race: Hibou Moyen Duc (Asio otus)
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Ryb de Charbonnage

MessageSujet: Re: On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...   Lun 22 Avr - 21:57

Comment pouvait-elle maintenir son air sévère face à cela ? Arald avait vu l'excitation pas encore retombée dans le regard du jeune mâle, excitation vite redescendue face au regard foudroyant qu'elle lui lançait. Pourtant, Gorol ne semblait pas éprouvé beaucoup de remords. La jeune ryb avait l'impression de se revoir quelques années plus tôt, certes elle avait été beaucoup moins téméraire pour sa première mission sous la tutelle d'Ezylryb. Mais après quelques entraînement, elle s'était sentie si forte que lorsque Ruby lui avait proposé un concours d'acrobaties, elle n'avait pas réfléchie et avait acceptée. Au début, cela avait été drôle et facile, drôle surtout. Chacune tourbillonnant avec son style propre à travers les flammes. Tout comme Arald, Ruby possédait un plumage particulier qui rappelait celui des flammes, à croire qu'elle étaient prédestinées à devenir charbonnières. Au début le jeu se faisait au bord de l'incendie, et dans le dos du vieux ryb, rien de très dangereux en sommes, pourtant de fil en aiguilles, les deux femelles s'étaient retrouvées au cœur de l'incendie, prise dans une couronne de feu, comme Gorol ce soird'hui. Elles étaient jeunes et se croyaient fortes et pleines d'expérience...grosse erreur ! Arald avait bien crue sa dernière heure arrivée et étrangement, la seule sensation qu'elle avait eu était la déception, celle d'avoir déçue Mohor et surtout d'avoir déçue Ezylryb. La déception était telle qu'un peu plus elle aurait piquée dans les orties. Heureusement pour les deux amies, le vieux Petit Duc avait surgit de nul part et les avaient guidé, malgré sa petite taille, au travers de l'incendie. Une fois sauves, il ne les avaient même pas punies, aucun moxilex, frôler la mort leur avaient amplement suffit.

Forte de ses souvenirs, Arald reposa ses yeux adoucie sur le jeune mâle qui se tenait, penaud, en face d'elle. Finalement, elle prit le parti de chuinter face à sa réponse tellement naturelle, c'était ça, Gorol était tellement naturel qu'il ne voyait pas où était le mal, où se situait le danger, il voulait simplement faire bonne impression et n'avait pas réfléchit plus loin que le bout de son bec. Elle espérait néanmoins, pour lui du moins, que cela s'améliorerait avec l'âge car en tant que forgeron, il était bien capable de s'écraser les serres avec son marteau ou se brûler le bec en s'approchant trop prêt des flammes qu'il scruterait. Non vraiment, elle serait incapable de lui infliger de moxilex face à ça, pourtant, en sortant des flammes, elle était presque prête à lui coller ses serres au croupion tellement elle avait eu peur pour lui. Mais à cet instant, la ryb n'en était plus capable.

Soufflant profondément pour se reprendre, Arald secoua sa tête pour chasser la suie qui restait, laissant apparaître sa cicatrice en forme de V à l'envers. Ayant retrouvé son sérieux, elle se décida finalement à annoncer le verdict à la pauvre Chouette des Terriers qui semblait ne plus savoir où se mettre sur la branche.

-Ne t'en fais pas, la tension est redescendue. J'ai eu extrêmement peur que tu périsse dans les flammes. C'était la pire des situations pour une ryb de Charbonnage crois moi. Mais je sais que ton action ne partait pas d'une mauvaise intention. Disons que tu n'a pas trop réfléchis aux conséquences, d'ailleurs, une fois dans l'incendie, c'est toujours difficile de réfléchir clairement. J'espère que, tout comme moi il y a quelques années, cette péripétie te servira de leçon.


La jeune ryb se saisie du seau et le plaça de façon à ce que Gorol puisse voir à l'intérieur. Elle comptait bien terminer sa leçon avant de rentrer au Grand Arbre.

-Bon, nous nous sommes assez reposés pour l'instant. Regarde le charbon. Je pense que tu n'a pas plongé au hasard sur le premier charbon venu pendant ton escape, tu sais donc que celui-ci est spécial et qu'il s'agit d'un flagadant. Tu a due en voir quelques uns en compagnie de Bubo à la forge, nous lui en ramenons régulièrement. Comme tu peux le voir, les flagadants possèdent une flammes avec des reflets verts. Comme les autres catégories de charbons, ceux-ci sont classés par calibre, plus le calibre est grand et plus le charbon est gros. Bien entendu, les calibres sont définis par échelle sinon on ne s'en sortirait plus. A vue de bec je dirais que celui-ci doit être un calibre 8, ce qui n'est pas mal du tout, mais Bubo nous le dira mieux avec son matériel de mesure.


Arald reposa délicatement le charbon, qu'elle avait tenue du bout des serres durant son exposé, au fond du seau parmi les cendres. Heureusement, lors de son premier vol d'exemple, elle en avait ramassée une bonne becquée, mais il allait en falloir encore une autre afin que le charbon ne s'éteigne pas pendant le vol de retour. Il ne manquait pas grand chose, il n'empêche qu'il fallait retourner en chercher, en un sens, ce n'était pas plus mal. Gorol pourrait ainsi se rattraper sur ce coup-ci.

-Et bien Gorol, ta petite désobéissance restera entre nous. Mais je veux quand même que tu retourne dans les flammes me chercher une becquée de cendre comme je t'ai montrée tout à l'heure. Il est capital que tu y arrive cette fois car si nous n'avons pas assez de cendres dans le seau, le charbon s'éteindra au dessus de Hoolemer, bien avant notre arrivée au Grand Arbre. Te sens tu capable de le faire ? En charbonnage, quand on fait une erreur ou qu'on ne réussit pas un exercice, il faut tout de suite retourner dans les flammes, sinon on ne reprends jamais confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asio-arald.deviantart.com/
avatar
GorolChouette inactive


Messages : 48
Date d'inscription : 10/03/2013

Qui es-tu ?
Race: Chevêche des terriers
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Maladroit apprenti

MessageSujet: Re: On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...   Jeu 25 Avr - 12:36

C'était donc bon ? Gorol ne risquait rien de la colère de la ryb ? À la voir, elle semblait même souriante, peut-être était-elle contente qu'il trouve un flagadant et que ça le pardonnait de sa bêtise, ou bien c'était parce qu'il était encore vivant, d'après ce qu'elle disait. Mais lui, il était certain que c'était grâce au charbon qu'elle avait dégoté, les charbonniers ne doivent pas toujours avoir cette chance. Cela raviva la joie de la chouette des terriers qui se redressa vivement, gonflant le poitrail de son estime personnelle grandissante. Oui bon, peut-être n'avait-il pas réfléchi aux conséquences, il l'admettait, cependant, ce n'était pas la peine d'en faire toute un plat. Il était encore là, les deux chouettes ont pu ramener le flagadant, tout allait pour le mieux ! Pendant qu'Arald discutait du charbon en partant en explications et en détails, l'apprenti forgeron se voyait déjà congratuler par son ryb préféré. Peut-être même que le hibou grand-duc lui offrira une récompense ! Cette pensée le fit frémir de plaisir. Qu'est-ce que ce sera ? Se demandait-il sans cesse dans sa tête. Il fut tiré de sa rêverie quand la ryb de charbonnage parla des cendres qu'il devra encore aller ramasser. C'est vrai que... Il s'était focalisé sur le charbon plutôt que sur les cendres, et il leur en manquait à peine pour couvrir leur butin. C'était une magnifique prise, et il fallait la conserver des intempéries jusqu'à arriver au Grand Arbre. Acquiesçant de bonne foi, la chouette des terriers s'envola au-dessus de l'incendie.

Au-dessus des flamme, il eut tout le loisir d'observer le feu dévorer les arbres là où il s'était tenu avant qu'on ne vienne le sauver de cet enfer. Cependant, ce qui rend Gorol particulier, c'est qu'il ne fait pas quelque chose parce que c'est utile ou facile, mais parce que c'est marrant. Un sourire au bec, il s'enfonça dans ce fourneau de nouveau. Il ne parviendrait plus à retourner au tas de cendre qu'il convoitait, il allait devoir en trouver un autre. Étouffé par la chaleur, c'était loin d'être aisé, pourtant, cela ne décourageait pas l'apprenti forgeron, bien au contraire. La chaleur du foyer d'une forge, c'était ce qui l'avait le plus captivé pendant son apprentissage, le fer qui en ressortait rouge ou blanc avant que Bubo ne le batte à l'aide de son marteau, faisant voler des étincelles et résonner le tintement grave et répétitif de son outil de travail. C'était quelque chose qu'il adorait observer, mais également pratiquer quand il en avait l'occasion, jamais dans le dos de son ryb cependant, même si parfois c'était tentant. Ses ailes se faisant emporter par les courants d'air chauds, la chouette des terriers fouillait l'incendie en quête de cendres pour remplir leur seau. Il avait vu Arald faire, il suffisait d'en prendre une becquée. Ça risquait d'être écoeurant, et son gésier allait se retourner trois fois sur lui-même pour le coup, mais c'était ça, la vie de charbonnier. Quand il trouva enfin ce qu'il cherchait, son visage s'illumina de bonheur. Il aimait le feu, mais celui des forges. Il avait goûté aux feux de forêt, c'était un peu trop... Encombrant.

Fonçant sur ce qu'il cherchait, il en prit donc une becquée avant de remonter le plus vite possible et de sortir de cet endroit pour rejoindre la ryb qui l'attendait sur la branche, à côté du seau. Là, il s'accrocha hâtivement à la branche et cracha dans le seau sa becquée de cendre. Il toussa grossièrement, comme s'il venait d'être étranglé, ce qui était plus ou moins le cas puisque les cendres s'étaient infiltrées dans gorge jusqu'au gésier. Quand il les avait ramassé, il dut retenir sa respiration pour ne pas vomir, quand il put déposer son butin, ce fut le plus grand soulagement de sa vie. Il passa même pas un mais deux coups de serres sur sa langue pour se débarrasser des restes qui restaient collés. Le plus tôt possible, il prendra une grande gorgée d'eau bien fraîche pour son plus grand bien, quitte à devoir digérer les cendres pour s'en débarrasser pour de bon. Maintenant que le charbon était bien mieux couvert, Gorol leva ses yeux vers la ryb et annonça fièrement, sur un ton lessivé.
-Becquée de cendres... Déposée, woohoo !...

Il toussa encore une dernière fois, heureusement qu'il était devenu forgeron, parce que être charbonnier, il fallait avoir le gésier solide pour résister au goût âcre et dégoûtant des cendres. Au moins, à la forge, on ne mettait pas n'importe quoi dans son bec, on avait des outils, un feu, une enclume et du métal à battre et à modeler. Il prit une autre inspiration, manquant de tousser méchamment à nouveau, avant d'ajouter un mot.
-Vous faites cela souvent, prendre des cendres dans le bec ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
AraldChouette inactive


Messages : 1113
Date d'inscription : 25/02/2011
Age : 25
Localisation : en vol

Qui es-tu ?
Race: Hibou Moyen Duc (Asio otus)
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Ryb de Charbonnage

MessageSujet: Re: On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...   Ven 17 Mai - 17:12

La candeur de Gorol avait l'avantage de bien faire rire Arald. Jamais une mission, pourtant si simple, n'avait été si compliquée. Il était bien la première recrue, et de loin, à lui désobéir ainsi, mais il était surtout le premier à la faire rire autant. Pour son deuxième passage, le jeune mâle avait correctement suivit les consignes, au grand soulagement de la jeune ryb, qui avait craint lors de sa descente que Gorol se mette de nouveau à jouer le kamikaze. La Chouette des Terriers avait plané à la perfection, descendant en spirale jusqu'au sol grâce au courant d'air chaud qui valsaient dans l'air. Il avait doucement frôlé le sol pour attraper une becquée de cendres, puis il était remonté très vite, déposant son butin dans le seau et se perchant fièrement aux côtés de la Moyen Duc. Gorol avait l'air si fier de lui que cela ravie Arald. Comme chaque élève après la première becquée de cendres, il avait le visage et les plumes noires de suif, mais la fierté rayonnait de tout son être. Sa question sur les cendres termina d'achever la ryb qui ne pu s'empêcher de chuinter de nouveau.

-Tu sais Gorol, si nous n'attrapions pas de cendres, il nous seraient impossible de ramener à Bubo et au Grand Arbre des charbons assez gros pour alimenter les feux indispensables à notre vie. Certes le goût n'est absolument pas agréable au gésier, je te l'accorde et de très bon cœur mais il faut bien s'en accommoder. Mais tu verra, la sensation s'en va très vite.


Après réflexion, elle ajouta avec un clin d’œil en direction du mâle.

-Toi aussi tu sais il va bien falloir que tu t'habitue au goût des cendres Gorol. Tu crois que Bubo conserve les charbons comment à la forge ? Il les enterres dans un trou de cendres pour qu'ils ne s'éteignent pas. Être forgeron se n'est pas juste taper avec un marteau sur du métal en fusion pour créer des armes, Bubo nous à forger de nombreux accessoires qui sont tout autres que des serres de combats ou des dagues.


La ryb se tut un instant pour réfléchir un peu, allait-elle rentrer avec le jeune forgeron ou bien allaient-il faire une nouvelle activité ? Regardant la lune, elle constata qu'ils avaient largement le temps de faire autre chose avant de rentrer au Grand Arbre, mais quelque chose la retenait quelques peu. Arald aurait aimé envoyer Gorol chercher un charbon, non flagadant bien entendu, pour qu'il comprenne la manœuvre, mais était-il assez mature ? Après la peur qu'il lui avait donné pour les cendres, elle hésitait énormément à le renvoyer dans la fournaise pour un charbon. Après mure réflexion, elle choisit finalement de lui faire confiance. La Chouette des Terriers s'était rattrapé pour sa deuxième manœuvre et la peur qu'il avait eu lorsqu'il a été prit dans la couronne de feu lui avait certainement servit de leçon.

-Gorol, il nous reste du temps pour une autre manœuvre si cela t’intéresse. Tu n'es pas charbonnier, aussi ne te forcerais-je pas à retourner dans l'incendie si tu ne le veux pas. Tu es libre de ton choix. Veux tu aller récupérer un charbon ? Je ne te parle pas d'un flagadant bien sûr, mais d'un charbon de ton choix quand même. Je pense que le fait d'en attraper un pourra t'aider à les manipuler une fois de retour à la forge, et puis n'a tu pas envie de rapporter Ton charbon à Bubo ? En attendant que tu y réfléchisse, je vais te montrer la manœuvre à faire pour attraper un charbon.


Et sans plus attendre, elle déploya ses ailes pour, de nouveau, entrer dans le feu. Ses pattes musclées se plièrent pour la propulser vers le sol en planant gracieusement. La chaleur s'empara de nouveau d'elle, décidément, Arald ne se lasserait jamais de plonger dans les flammes pour y dénicher des trésors. Les sensations provoqués pendant les manœuvres n'avaient leur pareil nul part ailleurs. Elle devait bien avouer que si elle avait proposé à Gorol de retenter l'expérience des flammes, c'était également pour qu'elle puisse profiter un peu plus du bonheur de voler parmi elles. La ryb patrouilla un moment dans le feu, son plumage se mêlant à lui, avant de repérer le charbon qu'elle voulait. Loin d'être un flagadant c'était tout de même une belle prise. Il virevoltait à côté d'un tronc calciné et Arald réussis à l'attraper grâce à un looping très serré. Se redressant en bandant les muscles de ses ailes, elle finit, après un dernier tour pour le plaisir, par regagner la branche où Gorol patientait.

Après avoir délicatement déposé le charbon auprès du flagadant, la jeune ryb au plumage flamboyant secoua ses plumes pour chasser un peu les cendres.

-Regarde Gorol, on peut aisément voir la différence entre les deux types de charbons. Les flagadants ont toujours un liseré vert autour de la flamme qu'ils émettent. Le vert provient de la chaleur dégagée, cela prouve qu'il vaut mieux pour toi ne pas mettre une aile au dessus et qu'il faut le manipuler avec précaution. Mais je suppose que Bubo a déjà due te parler de ça. A tu décidé de retourner dans les flammes ou veux tu rentrer au Grand Arbre ? Si jamais tu souhaite aller attraper un charbon surtout, n'ai les yeux plus gros que le gésier, tu es une Chouette des Terriers, par conséquence tu doit te contenter d'un charbon adapter à la taille de ton bec sinon tu aura du mal à la ramener. De toutes façons nous n'aurions pas assez de cendres pour un troisième gros charbon. Alors Gorol quelle est ta décision ?


Arald le regardait, se demandant ce que le jeune forgeron choisirait. Allait-il se montrer téméraire ou préférerait-il rentrer au Grand Arbre rejoindre le Grand Creux pour manger ?

[Vraiment désolée pour le retard j'espère que cette réponse te convient ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://asio-arald.deviantart.com/
avatar
GorolChouette inactive


Messages : 48
Date d'inscription : 10/03/2013

Qui es-tu ?
Race: Chevêche des terriers
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Maladroit apprenti

MessageSujet: Re: On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...   Sam 29 Juin - 19:41

Même en regardant avec quelle aisance la ryb du charbonnage gérait la situation en ramassant sans problèmes le charbon qu'elle ramena de suite dans le seau rempli de cendres pour le déposer à côté du flagadant. La différence était flagrante, entre un charbon standard et un flagadant, et Arald ne s'empêcha pas de le lui faire remarquer au travers d'une petite leçon sur le sujet, décrivant le phénomène de la flamme verte et de sa dangerosité. Cependant, cela n'effrayait pas Gorol, le danger, il venait tout juste d'en sortir. L'incendie était un souvenir lointain maintenant, même si ça s'était déroulé il y a cinq minutes pourtant, désormais, toute son attention était fixée sur le butin flamboyant qu'il avait sous ses deux yeux ronds et brillants de bonheur. Mais quand Arald lui posa la question qui tue, l'apprenti forgeron sentit un frisson lui parcourir le dos. Il jeta un coup d'oeil à la ryb avec un visage... Comment dire... Qui exprimait le désir d'accomplir quelque chose sans froisser une personne à laquelle on fait face.
-Euh... Et bien... Vous voyez... C'est super et tout... Mais un peu dangereux... C'est super tout ça, hein, je dis pas le contraire, par contre, c'est un peu risqué pour quelqu'un comme moi, vous comprenez... C'est pas que j'ai pas envie d'y aller, mais je pense qu'il se fait un peu tard pour y retourner et qu'on devrait plutôt rentrer et tout ça... N'allez pas croire que j'ai peur d'y retourner et que ça me fait peur cet incendie, mais je pense que c'est mieux si... Si on rentrait...

Pendant sa petite tirade, la jeune chouette des terriers se dandinait sur place, plus par timidité d'avouer un secret et de la peur d'être traité de trouillard qu'autre chose. Pendant sa petite tirade, Gorol se sentait en même temps idiot de parler comme ça à une chouette respectable, et il n'arrivait ou n'osait pas la regarder droit dans les yeux. Au fond, tout ce qui importait pour lui, c'était qu'il se repose dans un trou bien douillet, confortable et pas trop chaud, mais assez pour qu'il se sente bien. Une forge, par exemple, ça lui conviendrait bien. Ça sera toujours mieux que l'incendie qui grondait juste à côté d'eux. En jetant un seul regard vers les flammes infernales qu'il avait traversé, sa langue ne fit qu'un tour dans son bec.
-Non, vraiment, on peut rentrer s'il-vous-plaît ? Demanda-t-il d'une voix exprimant la crainte qu'il ressentait en se remémorant sa terrible erreur sur le terrain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...   

Revenir en haut Aller en bas
 

On ne joue pas avec le feu, au risque d'y perdre des plumes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE :: Forêt de Tyto :: Le Sol-
Sauter vers: