Cauchemar, un matin d'été [GORE]

♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE

© Design par Blue
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cauchemar, un matin d'été [GORE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shawn
ShawnMembre de Squad au Grand Arbre
Membre de Squad au Grand Arbre


Messages : 856
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 20

Qui es-tu ?
Race: Chouette Effraie
Santé:
Cauchemar, un matin d'été [GORE] Left_bar_bleue100/100Cauchemar, un matin d'été [GORE] Empty_bar_bleue  (100/100)
Rang: Membre de squad

Cauchemar, un matin d'été [GORE] _
MessageSujet: Cauchemar, un matin d'été [GORE]   Cauchemar, un matin d'été [GORE] Icon_minitimeLun 8 Juil - 20:57

~ CAUCHEMAR UN MATIN D'ETE ~


Salut, je suis Zoé et lorsque tu verras ces mots, je ne préfère pas savoir comment je serais. Et je ne pourrais certainement même pas m’en rendre compte moi-même. Je n’aurais jamais voulu que sa se finisse comme ça, et si je l’avais su avant, je n’y aurais pas cru.
Enfin bref, trêve de discussion.

Tout a commencé un matin d’été. Une journée comme les autres, chaude, et calme. Une journée d’ennuis avais-je pensé une énième fois depuis le début des vacances. Cela faisait deux semaines, et même si j’avais été heureuse de quitter ce collège que je détestais, je ne pouvais m’empêcher de m’ennuyer. Je trouvais cela bien bête tout de même, pendant la période scolaire, je trouvais n’importe quoi à faire pour pas travailler. Et voila que pendant les vacances, rien de rien. Cela en été décevant, rien de plus, rien de moins.

Peut-être que tu voudrais en savoir un peu plus sur moi. Si tu n’en a pas envie saute ce paragraphe, il ne sert franchement à pas grand-chose. J’ai déjà dis mon prénom, cela ne sert à rien de le redire franchement, j’ai 14 ans et je viens juste de finir mon année de 4ème. Ce fut une année charnière pour moi, pas de liens dans ma classe, même pas un seul ami dans tout le collège, et j’avais droit aux éternelles moqueries de ceux qui voulaient s’en prendre aux plus faibles. En plus mon caractère n’arrangeait rien, je suis incapable de me défendre, j’en ai bien trop peur. Je sais c’est idiot, mais c’est vraiment au dessus de mes forces. Je passe mes journées seules, mes parents ont autre chose à faire au lieu de s’occuper de moi j’imagine. Et je m’y suis habituée, c’est toujours comme ça avec eux, mais bref, je m’étale, et il me reste si peu de temps avant que…

Comme je n’ai rien à faire de mes journées, je passe mon temps sur le web. Et comme je n’ai rien à faire sur le web, bah je ne fais rien. Passer son temps à trainasser sur google, pas beaucoup d’intérêt mais bon. Etre seule chez soit non plus. Et aujourd’hui je regardais des fific’s sur diverses choses, et je suis tombé sur un autre site, avec trois niveaux, niveau débutant, intermédiaire, et avancé. Classique, non ? Mais j’aurais du faire plus attention je me rencontre. Ayant déjà épluché toute les choses intéressantes, je voulus chercher bien plus loin. Il y avait un nombre incalculable de pages dans le moteur de recherche, je pris une page au hasard. C’était la page 13. J’étais déjà allée assez loin dans tous ces sites, et j’avais la flemme de continuer. Le site était plutôt vide franchement, et toutes les histoires étaient… comment dire… plate si vous voyez ce que je voulais dire. Le fond était blanc, totalement blanc, avec comme des taches d’encre d’un noir de jais, qui me donnait presque l’impression de faire des trous dans mon ordi’. L’écriture était rouge sang, à première vue ce site me fit frissonner. Mais je me ressaisis, en repensant à toutes les insultes sur mes peurs par les autres. En parcourant un peu toutes les pages, je m’étais rendu compte que c’était des histoires sans fin, qui ne font ni rire ni peur, mais quand même bien sinistre. Je me suis rendu compte que la page ou j’étais était dans le menu débutant. Bien étrange tout cela quand même… Des niveaux de lectures ? Ben voyons… Mais j’étais quand même un peu sur les nerfs. Désolé mais je suis toujours sur les nerfs pour un oui ou pour un non, pour un truc de bien ou un truc de pas bien. Je me décidai quand même à vérifier le bouton de mon antivirus. L’était vide le bouton, curieux, très curieux même. Mais étant habitué aux bugs de mon ordi’ je ne me suis pas arrêter sur cela, même si j’avais un peu peur. Mais je voulais montrer que je n’étais pas une peureuse, pleurnicharde, et tout ce que vous voulez. Donc j’ai continué à explorer ce site bizarre avec des histoires pourris sans aucun sens.

J’ai vu ensuite qu’il y avait le menu intermédiaire, j’ai cliqué dans l’onglet fan fics de cette section. Encore des histoires, mais le fond était noir maintenant, avec l’écriture blanche. Je me souviens avoir longuement soupiré, je n’avais pas envie de continuer, mais j’en avais tellement assez d’être traité comme une moins que rien que j’ai insisté. Pour me détendre, je suis allé chercher un verre d’eau bien fraiche dans la cuisine, mais je me suis soudainement rendu compte que le temps était couvert, qu’il y avait même du vent, alors que cinq minutes plus tôt,  il faisait très chaud avec un beau et grand soleil. Je ne pus m’empêcher de trembler un peu, tout en me répétant en boucle : "Ce n’est qu’un hasard, ce n’est qu’un hasard, un petit rien du tout…". Je mourrais d’envie de d’arrêter de regarder, mais je n’y arrivais pas, ma main se… bloquait je pense, tellement que j’étais crispée dès que je plaçais le curseur près de la croix. Pas le choix, j’ai continué ma lecture. C’était des textes d’une tristesse infinie selon moi… J’en avais assez maintenant. Mais je devais continuer, et je le regrettais de tout mon cœur. J’avais besoin de musique, d’un truc pour me détendre, n’importe quoi.

Dans ma maison, c’était le grand silence, et même mon chat s’était évaporé, comme s’il avait sentis une présence maléfique avant moi. Mais peut-être encore que j’en faisais trop, après tout on m’avait maintes et maintes fois que je n’étais qu’une parano donc bon… J’ai voulu aller sur youtube pour prendre une musique, mais lorsque j’ai cliqué sur le bouton nouvel onglet, l’écran est devenu noir trois secondes exactement, puis quand l’ordi s’est rallumé, le site était en grand écran, plus de barre de tache, plus la section recherche et nouvel onglet. Cela en était trop pour moi. Et alors le son s’est mis en marche. C’était un son horrible… On entendait des gémissements, de douleur, de tristesse… c’était à en devenir fou.

Je voulus éteindre le son, ça marchait pas, j’ai envoyé un coup de poing sur le clavier d’énervement, je sentais que j’allais craquer, et mon ordi’ à biper, étrange, normalement il aurait du se casser mais non. "Et mer…" me dis-je. J’étais rarement sujette aux jurons, mais là je m’en foutais complètement. Puis j’ai senti une vive douleur à mon poing gauche, celui avec lequel je tenais la souris et j’avais envoyé un coup au clavier. Ma paume fumait, brûlée pratiquement, et le dessus de ma main était en sang. "Put… Ce que ça faisait mal !!" pensais-je encore une fois. J’avais envie de prendre je ne sais quoi pour envelopper ma main, mais j’avais trop peur pour bouger. J’ai donc laisser comme ça, cela faisait mal, oui, mais je me faisais souvent frapper, donc j’avais l’habitude quand même.

Ce qui me gênais encore plus, c’était la musique, je n’arrivais pas à l’arrêter, mais j’en pouvais plus d’entendre ces gémissements. Je détestais voir ou entendre des personnes souffrir, et ensuite je sentais le poids de leur malheur sur mes propres épaules. Des larmes coulèrent de mes yeux, je ne m’en suis même pas rendu compte tout de suite, et à l’instant même où elles touchèrent mon ordi’, il se mit à vrombir, pendant trois secondes, oui encore. Tout de suite je me suis arrêté, en manquant de m’étouffer en passant. N’empêche que… cela ne m’aurait pas gênée de mourir de suite, je n’ai rien à perdre, des parents jamais là et toujours énervés lorsqu’ils sont présents, aucuns amis… Donc ben voila quoi. Je disais… euh… ah oui… donc mon ordi’ a eut l’écran qui s’est éteint encore une fois, pendant le même temps, soient ces  foutus trois secondes de mer… Et put… ce que je n’arrêtais pas de me répéter les pires trucs dans ma tête. Terrifiant même… L’ordi’ s’est remis en marche, j’ai voulu reprendre la souris, de la main droite cette fois-ci même si je ne suis pas habile avec. Mais sous ma main, la souris s’est complètement désintégrée, et ma main a failli subir le même sort. Enfin bref… Je vous épargne les détails, vaut mieux… Donc ma souris étant inutilisable, j’ai voulu utiliser le pavé tactile, mais mes mains étaient tellement amochées qu’il ne les reconnaissait même plus. Et je tremblais trop en plus.

Je ne voulais pas voir encore l’écran, j’avais vu que du coin de l’œil, le curseur étais allé sur la phase terminale, le dernier niveau selon moi. Pour rien au monde je ne voulais voir cela, plutôt mourir ! J’ai entendu un "clac" sonore après trois secondes, c’était mis en marche. J’entendis l’ordinateur émettre encore un vrombissement, trois secondes encore plus tard. J’ai vu un couteau sur mon étagère, je ne savais pas ce que j’allais en faire, mais je le voulais absolument. J’ai réussis à me lever, mais je me suis direct écroulé, une bourrasque violente m’ayant jeté à terre. Je me suis trainé jusqu’à ce couteau de mer… et à l’instant où je l’ai touché, j’ai eu un flash aveuglant, de trois secondes encore. C’était à se demander si mon ordi s’était carrément relier à mon esprit. Puis encore un autre flash aveuglant de trois secondes. Mais ce que je vous ai pas encore dis, c’était que entre les deux, une vision terrifiante, qui me fit vaciller (je vous rappelle que j’étais déjà assise sans aucune force, tenant le couteau dans ma main droite, la moins abimée). Cette vision  était dans un fond rouge, avec des couteaux qui me fonçaient dessus. J’ai hurlé, terrorisée, et j’ai jeté le mien au loin avec le si peu de force qu’il me restait. Bon ben, tentative échouée… Et cet ordi de mer… et ce site de mer… n’y était pas pour rien en plus.

J’ai fermé les yeux, me sentant soudainement bizarre, prise d’étourdissement. Je me suis senti bouger, mais je n’arrivais plus à marcher, comme si j’étais paralysée. J’étais tellement choqué que je ne ressentais plus rien. J’ai ouvert les yeux, j’étais devant mon ordi, sur ma chaise, attachée. Une seconde… Comment pouvais-je être attachée ?! J’ai baissé les yeux, mais rien, c’était comme un blocage invisible. Bon ok je ne pouvais pas marcher, mais j’aurais pu me cacher en me traînant, ou m’enfuir par la fenêtre. En parlant de fenêtre… J’ai été soudainement forcée à regarder l’écran. Comme si des mains de béton me serraient la tête. J’ai manqué de hurler de douleur, mais aucun son ne sortit de ma bouche.

Enfin bref… Revenons à cet écran… C’était un décor très… spécial… Oui en effet, le fond clignotait, il changeait de couleurs toutes les trois secondes encore, c’était un coup blanc, un coup noir. Avec encore les mêmes lettres, de la même couleur. La musique des gémissements s’interrompit, laissant place à un silence pas naturel du tout. Des mots se sont mis à défiler à toute vitesse, je ne parvenais pas à tous les lire, trop étourdis, mais en gros, cela parlait de mort atroce, de souffrance, de torture. Tous les trucs de ce genre quoi. Puis ensuite, un long message défila sous mes yeux : "Tu n’aurais pas du… Le piège s’est refermé sur toi jeune imprudente… Tu seras la 13ème personne piégée pour le moment… Jamais plus tu t’en remettras… Ce ne sera même plus une vie que tu auras…". Message horrible, oui. Ensuite défilait des images de scènes macabres, que je ne décrierais bien sûr pas, accompagnée d’un long rire très effrayant. Je n’en pouvais tellement plus, j’ai réussi à lever mon poing lacéré, et à frapper l’écran de toutes mes forces, la pression disparut alors, tout redevint alors calme. J’écris ces mots juste après que ce soit passé, je ne veux pas que quelqu’un finisse comme ça.


Ce fut la lettre que retrouvèrent les parents de la jeune fille, après l’avoir trouvé mortellement blessée. La lettre était tachée de son sang, et était presque illisible à cause des mutilations qu’elle avait subies. Zoé fut hospitalisée, mais fut à jamais traumatisée par ce qu’elle avait vécu cet après midi là…

Une note qu’a écris Zoé, après son très long séjour à l’hôpital, écris maladroitement à cause de ses blessures :
"Ne vous laissez JAMAIS piéger par ce site. Il y a des choses qu’il ne faudrait JAMAIS voir."
Après cela, plus personne n’a eu de nouvelles d’elle, comme si tout ses proches s’était évanoui on ne sait où…


~FIN~

Notes :
Je n'aurais jamais pensé que j'arriverais à faire une histoire de ce genre... Les faits sont inspirés de cauchemars, et de sombres pensées de quelqu'un. J'espère que c'est correct comme histoire. Je ne suis pas très douée pour des histoires comme ça qui me font très facilement peur... *fuit*

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

♥️ Tarōmaru ♥️

Que ça date... Mais toujours aussi beaux !:
 


Cauchemar, un matin d'été [GORE] Fawt10

Merci encore Blue' pour cette superbe signature !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Cauchemar, un matin d'été [GORE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE :: Technique :: Hululatoire - Flood :: La galerie des horreurs-
Sauter vers: