Deux soeurs d'Armes

♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE

© Design par Blue
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Deux soeurs d'Armes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
InvitéInvité



MessageSujet: Deux soeurs d'Armes   Sam 13 Juil - 17:22

    C’était un petit vent d’été qui ébouriffait les plumes de Sergi, Omyra en était désormais certaine. Quelle autre explication donner, sinon ? L’angle du mouvement, la vitesse de l’ondulation, ainsi que de fréquence et son amplification régulière… Oui, la jeune femelle et n’était tragiquement sûre. Le vieux Sergi n’avait pas de mini-hags cachés sous son plumage, comme le voulaient les légendes urbaines qu’avaient répandues bon nombres de soldats sceptiques. Le petit vieux n’avait que des plumes fragiles et légères, qui s’envolaient au moindre coup de vent. Point.

    Et un nouveau mystère résolu pour Sherlock Omy !
    Bref. Satisfaite de ses observations, la jeune effraie chocolat s’envola en dehors des canyons, histoire de respirer un peu et de profiter du bon air frai de l’été. Il faisait chaud, certes, mais la petite brise rendait le soleil plus facile à supporter. La jeune espionne alla se percher sur un rocher au dessus d’une falaise, culminant le site. Elle poussa un grand soupire, alors que son gésier éteint avait déjà oublié la satisfaction d’avoir élucidé un mystère de siii haute importance.

    Oh, quoique. S’il s’était avéré que Sergi possédait bien des mini-Hags, Bec d’Acier l’aurait fait convoqué, et passé sous interrogatoire. S’il trempait bien avec les hagsmons, là, l’affaire aurait été importante. Comme quoi.

    Une ombre passa au dessus d’Omyra. La jeune espionne se retourna, et vit Asymay arriver. Ne pouvant s’empêcher de sourire pour accueillir la nouvelle venue, la tyto chocolat salua respectueusement la compagne d’Aegis d’un signe de la tête, sans dépatir de son sourire.

    Hop !:
     
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AsymayChouette inactive


Messages : 190
Date d'inscription : 10/04/2013

Qui es-tu ?
Race: Tyto Longimembris
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Lieutenante des Sangs-Purs

MessageSujet: Re: Deux soeurs d'Armes   Lun 15 Juil - 14:52


Asymay se tenait au bords d'une haute corniche, les yeux perdus dans le vague. Il ne reviendrait pas. elle avait du mal à se faire à cette idée. Aegis était parti. Il l'avait abandonnée. Il l'avait laissée. Seule. La Tyto, si séduisante autrefois, n'était plus que l'ombre d'elle même. Pourtant, elle ne laissait rien paraître, se montrant toujours aussi impitoyable. Mais ses proches s'en rendaient bien compte. Elle n'était plus la même.

Ses proches ? Qui était proche d'elle ? Qui avait déjà osé faire connaissance avec elle ? Peu de chouettes. Soudain, une lueur se raviva dans le regard de la Lieutenante. Et si... ? Non, non, ça n'était pas possible. Et pourtant, quel heureux hasard : Aegis et Nyra étaient partis en mission ensemble, laissant deux chouettes seules sans compagnon, ni compagne. Asymay secoua la tête. Comment pouvait-elle songer que elle et le Grand Tyto... ? Non. Ho que oui, elle l'aurai voulu. L'ambition qui brulait en elle était bien plus dévastatrice que le plus brulant des feus de forêt. Mais était-ce possible ? Le doute voguait dans son esprit, tel un navire égaré dans les ténèbres les plus obscures de l'océan.

Décidant d'aller se changer les idées, elle se laissa tomber et déploya ses ailes au moment où elle allait s'écraser au sol. Elle ris intérieurement. Toujours aussi avide d'acrobaties. Elle survola tout l'orphelinat.

Bientôt, elle arriva non loin des dortoirs, où se reposaient de nombreuses chouettes. Que des Tytos, évidemment. Les impurs n'avait pas droit à ce privilège. Non loin de là se trouvait Omyra, cette qui n'était pas non plus une Alba, mais qui, comme Asymay, avait su se faire une place parmi les Sangs-Purs. Désireuse de faire connaissance avec elle, la belle Tyto Longimembris se posa près de la chouette couleur chocolat et lui sourit.

-"Salutations, Omyra." dit-elle de sa voix obscure et froide. "Tout va comme tu le souhaite ?" ajouta-t-elle, un sourire machiavélique sur le bec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
InvitéInvité



MessageSujet: Re: Deux soeurs d'Armes   Mar 13 Aoû - 1:10

    Asymay, car c’était bien elle, se posa à côté d’elle et lui sourit, le bec fendu d’un air sombre et mystérieux. Bien qu’Omyra ne sache pas bien sur quelle patte danser avec l’humeur de la femelle en face d’elle, la jeune espionne restait sûre d’elle et à l’aise. Elle n’avait pas peur. A vrai dire, elle n’avait plus aucun sentiment, alors autant avoir quelques avantages aussi. Oh, elle avait bien quelques pics qui lui animaient le gésier, de temps à autre. Elle détestait ça. Elle se sentait certes vivre, mais cette dépendance aux affects était quelque chose qu’elle ne voyait pas d’un bon œil. Les sentiments rendent faibles, et sont source de distraction. Quoique certains soient forts agréables… Non, elle devait se focaliser sur autre chose pour ne pas en souffrir. Chut.

    La tyto Longimembris s’adressa finalement à elle d’un air courtois et froid :
    -"Salutations, Omyra…Tout va comme tu le souhaites ? "

    Comme un prédateur, pensa Omyra. La jeune chouette brune réfléchit un instant, préparant sa réponse. Asymay avait à peu près l’âge d’Aegis. Lui-même n’était déjà plus un tout jeune adulte. La lieutenante avait donc l’âge de sa mère. Ou peut-être un peu plus jeune, sans doute.


    Faisant attention à ses paroles, Omyra répondit avec enthousiasme, de sa voix creuse et dénuée de tout sentiment :
    - " Bonsoir à toi, Asymay ! Très heureuse de te revoir parmi nous, ça manquait de têtes féminines dans le coin ! "

Revenir en haut Aller en bas
avatar
AsymayChouette inactive


Messages : 190
Date d'inscription : 10/04/2013

Qui es-tu ?
Race: Tyto Longimembris
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Lieutenante des Sangs-Purs

MessageSujet: Re: Deux soeurs d'Armes   Lun 19 Aoû - 16:50

Omyra, la belle et jeune chouette couleur chocolat laissa son regard se perdre dans le vague. Comme Asymay se sentait vieille en la voyant. Elle avait presque l'age de sa mère. La fière espionne lui rappelait elle même lorsqu'elle était plus jeune. Froide, sûre d'elle, ambitieuse, et promise à un destin sans pareille. Pourtant, la belle Longimembris ne comptait pas mourir d'ici de longues années. Pas avant d'avoir revu le regard d'Aegis se poser sur elle. De plus... elle comptait monter encore un peu en Grade. Oh, pas beaucoup, juste le temps d'atteindre la place de Capitaine. Ou peut-être qu'elle n'y parviendrait pas. Dans ce cas là, elle mourait près d'Aegis, le seul à vraiment la comprendre.

La voix froide d'Omyra interrompis ses pensées :


- " Bonsoir à toi, Asymay ! Très heureuse de te revoir parmi nous, ça manquait de têtes féminines dans le coin ! "


Pour toute réponse, Asymay éclata d'un rire léger et démoniaque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
InvitéInvité



MessageSujet: Re: Deux soeurs d'Armes   Mar 1 Oct - 21:10



    La jeune femelle sur un sursaut de surprise lorsqu’elle entendit Asymay éclater d’un rire sinistre, juste en face d’elle. Non pas que quelque sentiment ait à ce moment là secoué le gésier éteint de l’effraie brune, loin de là. Mais la jeune espionne ne s’y attendait tout simplement pas du tout.  Elle arqua un sourcil, soulignant ainsi son étonnement, et le signifiant par la même occasion à la compagne d’Aegis au plumage presque aussi sombre que le sien.

    Mais Asymay n’ajouta rien. Elle s’était contentée de rire, et désormais le silence planait entre les deux Sang-Purs. Omyra ne trouvait rien à ajouter, et observa un silence quasi religieux, alors que son regard caramel, légèrement ambré,  se perdait dans l’immensité des larges cavités creusées dans les canyons, trouant ça et là l’impétueuse roche rouge qui composait le sanctuaire des Sang-Purs.


    Après un bref soupir, alors que la femelle aux plumes chocolat avait trouvé quelque chose à lui dire, un cri perçant retenti, et Omyra ne dut son salut qu’à ses réflexes incroyablement rapide qu’un long entraînement drastique d’espion d’élite avait développé chez elle. Arquant son dos, bandant à l’extrême ses muscles, elle roula sur le côté, alors que l’assaillant, emporté dans son élan, atterri à quelques mètres devant elle. Il fit volte face, et l’espionne brune tressaillit en reconnaissant Sergi, le vieux soldat qu’elle avait étudier sans se cacher tout à l’heure. Le regard perçant de l’effraie chocolat fut attirée par les redoutables serres de combat qu’il avait aux pattes, attirail qu’il ne possédait pas quelques minutes plus tôt, Omyra s’en souvenait très bien, pour avoir quelques temps réfléchit sur les multiples cicatrices qui zébraient ses serres mutilées par le temps et les batailles.

    Lui semblait ne pas avoir vu Asymay, dont le plumage sombre la camouflait alors qu’elle était à l’ombre d’un revers de corniche qui longeait dans les ténèbres cette partie de la petite plateforme en hauteur sur laquelle ils étaient tous les trois. Etait-ce pour cela qu’Asymay avait ricané tout à l’heure ? Sergi était –il son complice, et était-ce pour cela qu’il l’ignorait superbement ? Mais alors… Ils étaient de mêche…Et voulaient la tuer ? Elle, l’aile droite de Ginger ? Mais pourquoi ? Asymay n’était pas en reste, avec son grade et sa double responsabilité de chef de Brigade.

    Non, Omyra avait un esprit rationnel. Sergi ne l’avait pas vu parce que sa vision était déplorable, c’était tout. Et puis, l’intervalle entre le rire d’Asymay et l’attaque fulgurante du vétéran était trop long pour que la femelle Longimembris puisse de réjouir de quoique ce soit. Et puis, elle avait montré à maintes et maintes fois sa loyauté, et sa sagesse n’était plus à démontrer. C’était celle qui poussait le plus les quelques rares femelles de l’armée à sortir de l’ombre et oser s’affirmer devant les mâles pour monter en grade et obtenir des postes à responsabilité. Elle était un peu la tutrice de ces femelles, et c’était grâce à elle que des chouettes comme Léna avaient trouvé une place plus que significative dans l’armée.

    Ces pensées passèrent dans la tête de l’espionne en quelques secondes, le temps qu’il fallu à Sergi pour se remettre d’aplomb, et réitérer son attaque en hurlant :
    - Petite peste !  Je t’ai vu tout à l’heure, et peu importe ce que tu as appris sur mon sujet, tu vas mourir de mes serres maintenant, avant que tu n’aies le temps de raconter ce que tu as vu au Grand Tyto !

    L’effraie brune eut un mouvement de recul, alors qu’elle faisait preuve de son éternel sang froid à toute épreuve, analysant la situation avec urgence, et nota avec horreur l’étincelle jaune pissenlit qui grandissait dans les yeux presque fous du vieux soldat, déjà repartit à l’attaque.

    Hum hum...:
     

Revenir en haut Aller en bas
avatar
(Barrane)Chouette inactive


Messages : 34
Date d'inscription : 24/05/2013

Qui es-tu ?
Race:
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Chouette abandonnée

MessageSujet: Re: Deux soeurs d'Armes   Mer 2 Oct - 17:10

{Oki, je te fais ça bientôt :)}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
AsymayChouette inactive


Messages : 190
Date d'inscription : 10/04/2013

Qui es-tu ?
Race: Tyto Longimembris
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Lieutenante des Sangs-Purs

MessageSujet: Re: Deux soeurs d'Armes   Mer 2 Oct - 18:30

Alors que le rire sinistre d'Asymay résonnait encore dans la cavité creuse de St-Aegolius, un cri perçant se fit entendre. Le vent qui sifflait entre des plumes, le visage malsain d'une effraie était étiré par un sourire démoniaque, et ses serres étaient bien orientées vers l'avant. Une fraction de seconde plus tard, Omyra était en position de combat, prête à riposter. Cependant, Asymay ne réagit pas. Non pas que le vieux mâle fusse trop rapide pour elle, non, bien au contraire. La belle Tyto Longimembris s'était, il y a quelques minutes de cela, lorsqu'elle avait rejoint l'espionne au plumage chocolat, posée dans une zone recouverte par l'ombre de la corniche. Ce qui permit à la Lieutenante de demeurer cachée dans l'ombre, lorsque Omyra (dont les muscles puissants roulaient sous ses épaules) fut horrifiée d'entendre le vieux mâle à moitié fou crier :

- Petite peste ! Je t’ai vu tout à l’heure, et peu importe ce que tu as appris sur mon sujet, tu vas mourir de mes serres maintenant, avant que tu n’aies le temps de raconter ce que tu as vu au Grand Tyto !

Ha, ainsi ce vieux soldat rouillé avait quelque chose à se reprocher ? Excellent, Asymay commençait justement à s'ennuyer. Alors que Sergi -car c'était le nom de la vieille chouette déplumée- se jetait sur Omyra, celle -ci sortit rapidement de sa torpeur. Ses ailes brunes étaient prêtes à permettre à l'espionne chocolat de s'envoler le plus rapidement possible. Les plumes de sa queue se déployèrent instinctivement, et les plumes de sa nuque se dressèrent comme une seule chouette. Asymay sourit démoniaquement. Bon, il était temps de faire son entrée en scène.


-"Ha, intéressant, ça, mon cher Sergi... Et, pourrions-nous savoir ce que tu aurais à te reprocher, toi qui t'es battu pendant si longtemps au service de sa Pureté ?"


La Longimembris ne voulait pas attaquer maintenant. Elle lança un regard à Omyra qui signifiait : "Montre-moi ce que tu vaut. Montre-moi ce que sais faire une espionne." et la gratifia d'e son plus beau sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
InvitéInvité



MessageSujet: Re: Deux soeurs d'Armes   Jeu 3 Oct - 0:08

Elle réussi à tenir l’autre à distance, et repoussa sans mal son attaque. Pendant ce temps, Asymay n’avait esquissé aucun mouvement de soutient dans sa direction. La belle tyto Longimembris voulait-elle rester en dehors du combat ? Ce n’était pourtant pas son genre, à rechigner devant une occasion de tuer, de faire mal, et de défendre leur cause devant les traîtres et les impurs. Peut-être voulait-elle tout simplement la mettre à l’épreuve ? Dans tous les cas, Omyra ne devait espérer aucune aide de la part de la Lieutenante des Sang-Purs, actuellement seule femelle de Saint Aegolius, et de toute l’armée, à avoir un grade aussi élevé, excluant les squads spéciaux, qui étaient un peu classés à part.

Mais la jeune femelles aux plumes chocolat n’en avait cure. Elle avait toujours été entraînée pour être digne d’un poste de soldat d’élite, d’espion à part entière, et aile droite de Ginger, fille illégitime du couple royal. Depuis qu’elle avait trois mois, elle s’était battue pour être reconnue, et pour être considérée comme une tyto abla comme les autres, une soldate à part entière, et non pas une impure, et ce malgré son mélanisme qui faisait d’elle l’une des effraies les plus sombres de l’armée.
Et elle en avait battu, des fripouilles, croyez le ! Alors ce n’était pas ce vieux vétéran à l’œil empli de folie qui allait lui faire peur, ou lui faire mentir sur sa réputation qu’elle avait eu tant de mal à mettre en place au sein de l’armée même de Bec d’Acier.

Alors que Sergi chargeait de nouveau, Omyra ne bougea pas, laissant l’ennemi approcher. Au dernier moment, juste avant le contact, elle se propulsa dans les airs d’un vif coup d’ailes, puissant et extrêmement rapide, avant de cesser toute pression sur ces dernières. Elle retomba sur le dos de l’assaillant, qui se vautra au sol sous son poids. Mais il en avait vu d’autres, et malgré son vieil age, Sergi avait plus d’expérience que la jeune espionne brune. Il se cambra pour la faire tomber, et se mit à plonger de nouveau sur elle. Mais Omyra avait prévu que le vieillard ne se laisserait pas si facilement abattre, et était restée sur ses gardes. D’un mouvement rapide et souple, elle vit volte face dans les airs, et cloua Sergi au mur ambré des canyons. La serre sur la jugulaire, elle l’étranglait de moitié, prête à le tuer à tout instant. Mais elle devait le laisser en vie, pour l’emmener à Bec d’Acier, elle le savait.
Le plumage de Sergi froufrouta soudain. Il la regardait à présent avec un air perfide et moqueur, alors qu’il n’esquissait aucun mouvement pour tenter de se dégager. Incrédule, Omyra vit les plumes fines, d’un gris presque diaphane, onduler, comme grouillant de millions de petites bêtes. Une à une, des petites tâches noire apparurent. L’espionne tressaillit ; Elle n’avait que très peu été entraînée à se battre, et surtout à se défendre contre des mini-hags, surtout lorsqu’ils sortaient d’aussi près.

Luttant pour ne pas lâcher Sergi pour s’éloigner de l’essaim en formation, Omyra jeta un regard au sol, balayant la corniche du regard. Tout se fit en simultanée. De son autre serre, elle agrippa une pierre tranchant qu’elle avait repéré un peu auparavant. Elle batti des ailes pour se maintenir en équilibre, son autre patte neutralisant déjà Sergi. Puis, elle lui zébra le ventre. Un, puis deux, puis trois sillons rouge écarlates apparurent sur son ventre. Omyra ne voulait pas le tuer. Juste l’affaiblir assez pour le traîner en justice.

Au lieu de quoi, les mini-hags, insurgés de voir leur hôte dans une si mauvaise posture, se jetèrent sur Omyra. Elle lâcha sa pierre, alors qu’elle senti quelques piqûres sur sa nuque. Il y en avait trop pour fuir, et se débattre n’aurait servit qu’à les attiser encore plus. Doucement, elle se senti comme pétrifiée. Son gésier déjà glacé d’émotion se serra, comme paralysé lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
AsymayChouette inactive


Messages : 190
Date d'inscription : 10/04/2013

Qui es-tu ?
Race: Tyto Longimembris
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Lieutenante des Sangs-Purs

MessageSujet: Re: Deux soeurs d'Armes   Ven 1 Nov - 21:51

Lorsque les plumes du Hag frémirent et formèrent une masse sombre et criante. Chaque plume se changea en mini-hag, petite boule de plume poussant d'affreux gémissements. Asymay plissa ses yeux d'un bleu glacé, perplexe. Omyra, espionne de génie n'était pas formée à la défense, et encore moins contre les Hagsmongs. Tandis que la vieille Tyto au plumage noir et roux, si. Un sourire malsain au bec, cette dernière s'envola rapidement et rejoignit la belle effraie couleur chocolat. Celle ci avait un visage froid et dur, eprunt d'un vide inexpliquable, comme d'une tristesse infine.

Face aux mini-hags, Asymay donna un grand coup de serre au millieu de la nuée sombre, envoyant ainsi la moitié vers Omyra. Faisant volte-face, elle contra Sergi qui tenta de la oignarder dans le dos.

-"Sergi ! J'aurais ta peau, sale corbac souillé !"

Oubliant toute sa tristesse, Asymay fondit sur "sa" horde de mini-hags, et tournoyant comme une toupie, elle en achevait un, puis deux, trois, et encore des tas d'autres. Mais à chaque fois, ils revenaient, toujours plus nombreux.

-"Omyra ! Neutralisons Sergi, il est la source de ces bestioles !

Poussant un affreux hurlement, Asymay se jeta sur le grand mâle sombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
InvitéInvité



MessageSujet: Re: Deux soeurs d'Armes   Ven 27 Déc - 17:39

Impuissante, toujours immobilisée par le poison des mini-hags qui se répendait dans ses veines comme un torrent glacial à l’arrière-gout de mort, Omyra regardait son amie se battre comme une lionne contre l’essaim de ces moucherons démoniaques. Elle les évitait, en tuait en masse. On aurait dit une danse, une danse macabre où Asyma de donnait à cœur joie d’aministrer la sentance de mort sur ces petites créatures insignifiantes.

Elle parra le coup de Sergi, qui vil et fourbe, avait tenté de la poignerader par derrière, avec une grâce et une expérience déconcertantes. Dans sa manœuvre, elle avait réussi à séparer la horde de mini-hags en deux –une moitié pour chacune d’elles. Alors qu’Asymay se battait férocement, Omyra jouait des articulations pour faire accélérer son rythme cardiaque, et avec, la vitesse de sa circulation sanguine. Le poison devait être éliminé le plus rapidement possible. Elle se devait d’aider la belle effraie qui se battait à ses côtés. Même en étant chef de la Brigade, ce fameux groupe d’élite de l’armée entrainé par elle en personne, Asymay ne pouvait pas lutter contre un hagsmon aussi éxpérimenté que Sergi.
-"Sergi ! J'aurais ta peau, sale corbac souillé !"

Le cri de haine qu’elle venait de pousser était tellement épique et plein de rage que même Omyra frémit. Non pas qu’elle avait peur, mais sa respiration se faisait plus rapide, encore. La jeune espionne brune senti le poison dans ses veines de délayer plus rapidement. Mais elle ne pouvait toujours pas être en état de combattre. C’en était… frustrant.

Asymay se mit alors à tournoyer, telle une toupie meurtière, tandis que les mini-hags se faisaient toujours plus nombreux. La femelle était prise d’une frénésie de tuer un maximum de ces petites bêtes.
-"Omyra ! Neutralisons Sergi, il est la source de ces bestioles !”

L’appel de la Sang-Pur draina les dernières traces de poison d’un seul coup. Omyra pouvait de nouveau bouger, et plus important encore, se battre. Son gésier gelé éprouva un élan de haine immense à l’égard du mâle en face d’elle. Elle n’éprouvait qu’une seule envie, le tuer. Jamais n’avait-elle été confronté à une telle pulsion, et poutant, ce jour-là, une poussée d’adrénaline lui irradait les veines, et le venim des mini-hags ne pouvaient rien faire pour calmer cette frénésie qui avait également gagné la femelle brune.
“- Asymay ! J’arrive !”

Et, avec l’aide congugué de son amie, elle se jeta au cœur de la bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Deux soeurs d'Armes   

Revenir en haut Aller en bas
 

Deux soeurs d'Armes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE :: St Aegolius - Le Repaire du Mal :: Promontoire - Grottes Communes-
Sauter vers: