Gone

♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE

© Design par Blue
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Gone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
EthylGardien(ne) d'élite - Membre du squad Oméga
Gardien(ne) d'élite - Membre du squad Oméga


Messages : 169
Date d'inscription : 22/06/2012

MessageSujet: Gone   Jeu 1 Aoû - 18:30

L'air frais était bon à vivre par moment, surtout quand il apportait dans son sillage l'apparition majestueuse d'un grand arbre perpétuellement baigné par la brume. Mais cette fois-ci, Ethyl voyait ce magnifique cliché avec beaucoup de retenue, voir même une pointe appréhension. Cette fois-ci, il apportait un capitaine des sangs-purs avec lui, un haut gradé qui allait, par sa capture, faire couleur trop de sang selon l'effraie charbon.

Nartya le suivait sans un mot, sans doute savait-elle que trop bien à quel point certains moments n'était pas celui des frivolités. Ils avaient beaucoup à faire qui les bouleverserai à tout jamais... et l'annonce de la capture du tendre à sa fille adoptive Moonye était l'un d'eux. Quand à l'explication de la blessure mortelle, la petite effraie laissait à son gigantesque ailier grand duc la possibilité de s'expliquer. Après tout, Ethyl avait bien assez à faire pour rapporter au conseil la mort d'un valeureux gardien du nom de Joy.

Pour résumer, si il l'avait pu, l'effraie charbon n'aurait pas hésité à faire demi-tour sur le champ et à ne jamais revenir. Guerrier, pour sûr qu'il l'était !!! mais on touchait là aux paperasses de gardiens qui ne le concernait pas. Alors si il devait subir les reproches d'un sauvetage fiasco, Ethyl aurait offert sa place bien volontiers à Nartya. C'était grâce à elle après tout que Fymaël avait pu être ramené !

Par chance, aucun membre du conseil ne vint les accueillir, ce qui pouvait aussi se traduire par une entrevue plus que tendu sous peu. Le petit guerrier gardien pris donc le chemin de l'infirmerie aux côtés de Nartya. A cet instant, c'était la grand duc qui avait pris les devant, elle qui était sans doute habituer à visiter l'infirmerie. Lui, c'était plutôt la forge et ses armes qui l'avait toujours attiré.

Une fois qu'ils eurent rejoint ce lieu offrant une deuxième chance aux chouettes blessées, Ethyl se tourna vers Nartya avec son regard froid si caractéristique.

« Je te laisse prévenir les soigneurs qu'une chouette a besoin de leurs remèdes. Je vais prévenir Moonye pendant ce temps. On se donne rendez-vous dans 30 minutes dans le grand réfectoire. »


Sans ajouter un mot, Ethyl parti en grande hâte, laissant Nartya avec le sang-pur à l'agonie. « C'est mieux ainsi » se dit-il alors qu'il commençait sa marche vers les creux de Moonye. Rien n'aurait garanti la survie de son ennemi si il s'était trouvé seul avec Ethyl et ça, Nartya devait bien le savoir elle aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
NartyaGardien(ne) du Grand Arbre
Gardien(ne) du Grand Arbre


Messages : 274
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 18
Localisation : Au Grand z'Arbre

Qui es-tu ?
Race: Hibou grand-duc
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Gardienne superstitieuse et amie des livres

MessageSujet: Re: Gone   Mer 1 Jan - 17:42

Une gigantesque silhouette se dessinait dans la brume matinale. Une silhouette qui était bien familière à Ethyl et à Nartya : celle du Grand Arbre de Ga'Hoole. Enfin, ils arrivaient... La grand-duc était restée silencieuse tout le long du voyage. À la fois parce qu'elle était trop bouleversée pour parler, et à la fois car elle avait honte. Honte de son geste, honte d'avoir blessé Fymaël dans son élan de rage.
Le trajet était long, et durant tout ce temps, elle dut se résoudre à ne pas penser à Moonye. Une peur énorme s'emparait du gésier de la gardienne. Plus que tout, elle redoutait deux choses. De perdre sa meilleure amie, qui serait sûrement horrifiée en apprenant ce que Nartya avait fait à Fymaël, et ne lui pardonnerait sans doute jamais. Et surtout que le tyto décède. Se savoir coupable de la mort de quelqu'un était quelque chose d'invivable, surtout pour la grand-duc. Peu importe qu'il s'agisse du meurtre d'une chouette innocente ou d'un horrible Sang-Pur. Tuer restait un acte horrible, exécrable, qu'on ne pouvait pardonner.

Pendant le voyage, elle restait très proche de Fymaël, priant pour qu'il résiste. À chaque battement d'ailes, lorsqu'ils survolaient Hoolemere, elle avait prié Glaucis, afin que le cœur du bien-aimé de Moonye continue de battre, et que la blessure ne l'achève pas. Il fallait vite arriver ! Et enfin, le Grand Arbre était là ! Fymaël pouvait survivre, il allait survivre.

Lorsqu'ils furent au niveau des branches, le petit groupe de chouettes prirent la direction de l'infirmerie. Courage, Fyfy ! pensait Nartya. Tes souffrances vont s'apaiser ! Elle le pensait d'ailleurs si fort qu'elle chuchota ces mots. La grand-duc le regretta aussitôt et espéra que l'ouïe fine des deux effraies n'aient pas détecté ce qu'elle venait de dire.

« Je te laisse prévenir les soigneurs qu'une chouette a besoin de leurs remèdes. Je vais prévenir Moonye pendant ce temps. On se donne rendez-vous dans 30 minutes dans le grand réfectoire. »

Ethyl repartit aussitôt, laissant Nartya seule avec Fymaël. Chercher les soigneurs, vite ! Rapidement, la gardienne se précipita auprès d'une harfang-infirmière qui se trouvait à l'autre bout du large creux.

« Vite, s'il vous plaît ! Nous revenons d'une mission avec un compagnon et nous avons un blessé ! »
« ... Montrez-le moi ! »

La grand-duc l'amena au chevet du tyto, qui avait peu fière allure couvert de sang, une plaie béante ouverte dans le ventre. La harfang poussa un hululement d'horreur en voyant la blessure et se mit à hurler.

« PAR GLAUCIS ! Kaô, Morris, vite, venez ! »

Deux chouettes - un moyen-duc et une effraie masquée - rejoignirent vite leur chef et eurent l même réaction qu'elle en voyant le blessé.

« J'ai jamais vu rien de tel !  hurla l'effraie dénommée Morris. Qu'a-t-il bien pu lui arriver ?! »

Nartya minoucha en entendant l'assistant poser cette question. Elle n'allait pas leur avouer que c'était de sa faute, quand même !

« I-il s'est pris un coup de serres tranchant. »

Elle se tourna vers l'infirmière et ses assistants, les larmes - qu'elle avait retenu tout le long du voyage pour ne pas se ridiculiser devant Ethyl - aux yeux.

« Je vous en prie, sauvez-le... »

Attendrie, la harfang donna un coup d'ailes chaleureux et réconfortant à la grand-duc, avant de se penchervers le blessé.

« Ne t'en fais pas, nous allons faire de notre mieux ! »

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

« T-tu as cassé ce miroir, Invité ? AH LE MALHEUR VA TE RONGER DE L'INTÉRIEUR AH ! »


J'adore c'te signa, merci mille fois Églantine !

Et ce n'est pas fini... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FymaëlSoldat chez les Sangs-Purs
Soldat chez les Sangs-Purs


Messages : 104
Date d'inscription : 17/12/2011
Age : 18
Localisation : Dans un village perdu au beau milieu du Québec

Qui es-tu ?
Race: Chouette effraie des clochers (Tyto Alba)
Santé:
45/100  (45/100)
Rang: Carotte mauve dans un jardin botanique

MessageSujet: Re: Gone   Jeu 2 Jan - 2:37

Moonye vaut mieux que ça. Elle ne mérite pas de voir son compagnon à moitié mourant, en train de se parler à lui-même, sans réellement savoir s'il est toujours en vie.
Mais en même temps, il faudrait bien que je survive pour elle.
Je me mets à sa place. J'imagine notre rencontre, l'éclosion de ses sentiments. Notre sortie cette journée-là au Grand Arbre. Elle qui attend impatiemment ma prochaine visite. À sa joie de voir mon visage. Au bonheur de mon contact. À son désespoir à ma mort.
Non, tu ne mourras pas. Fait-le pour elle.
Et comment sera-t-elle récompensée, si je survis?
Au mieux, elle n'assistera pas à mon exécution. Je sais que je n'aurais même pas besoin d'entrer au parlement pour savoir que je suis condamné.
Parce que je sais que la première chose que fera Ethyl une fois arrivé, c'est de me fourrer dans les serres de Nartya et de courir me dénoncer.
Je sens sous moi que nous ne sommes plus au-dessus de la mer. À terre ferme, dans les racines du Grand Arbre. Sans doute à l'infirmerie, même, car je suis allongé sur du duvet plus doux que mon nuage cotonneux de l'irréel. Penser que c'est celui de Moonye me réchauffe le cœur.
Et je crois que j'aura beaucoup besoin d'elle dans quelques instants. Je commence déjà entendre les bruits qui m'entoure. Les cris des infirmiers à la vue de ma plaie. La voix inquiète de Nartya qui tente vaguement de me réconforter. Je n'entends pas Ethyl, alors je crois que j'avais raison à son sujet.
J'espère rester dans l'inconscience jusqu'à la fin de la guérison de ma plaie. Lorsque tout sera propre et entouré de bandages. Sans doutes de points de sutures aussi. Beaucoup.
Mais c'est trop demander.
Je commence déjà à ressentir à nouveau ma blessure. Les infirmiers tentent de faire je ne sais trop quoi. Je les sens trifouiller dans mon ventre, nettoyer et replacer la chair et la peau qui est récupérable.
Penser à elle me procure une sorte d'anesthésiant temporaire.
Je revois mentalement ma dernière visite, il y a deux semaines. Car je ne me suis pas contenté de rester planté à St-Aegolius et d'attendre. J'allais la voir à chaque occasion, ne faisait que les missions urgentes et capitales et laissait les moins importantes à mes lieutenants.
Dès lors, je partais et volais le plus rapidement possible, sans arrêter et sans chasser. J'y arrivais au bout de plusieurs heures, affamé et épuisé, mais fou de bonheur de la voir. Elle semblait heureuse elle aussi. Toujours surprise, car je ne la prévenais jamais, parce que cela aurait été trop risqué.
Pas de faux nom et de fausse apparence. Juste moi qui avait trouvé un chemin moins dangereux que les couloirs habituels pour accéder à son nid.
Elle semblait à chaque fois presque défaillir de bonheur. Je revois nos longues étreintes. Nos embrassades. Ma promesse de revenir la revoir à chacun de mes départs.
Les émotions. Tout venait de là.
J'imagine une vie sans sentiments. Moi qui ne tombe amoureux de personne peu après ma naissance. Je tue ma mère et ma sœur sans rechigner, sans rien se demander, parce qu'Abéli me l'a ordonnée. Gravir les échelons grâce à mon indifférence de tuer. J'aperçois Moonye. La tuer comme je le voulais au départ, dans la vraie vie. Mais je ne regrette pas. Je continue ma vie mine de rien.
Au mot indifférence, je pense à Omyra. À l'accident. J'y étais, mais j'ai quand même laissé Omyra perdre ses émotions.
Quel être égoïste je fais. J'aurais dû repenser à plusieurs fois avant d'agir. Ainsi, je n'aurais pas laissé faire les choses. J'aurais toujours ma sœur et ma mère. Omyra serait elle-même. Moonye n'aurait pas souffert de notre aventure catastrophique au Grand Arbre. Et Abéli serait morte bien avant son récent décès.
Les rumeurs disaient qu'un petit Tyto noir avait achevé son règne d'arrogance. Je devrait remercier Ethyl de m'en avoir débarrassé. Mais je vois mal comment glisser un «merci» dans ma situation actuelle, alors qu'à l'heure qui l'est, il doit sûrement programmer mon exécution.

---

Les infirmiers m'ont probablement administré quelque chose de fort, car je retombe rapidement dans l'inconscience. Je me souviens d'avoir ouvert les yeux quelques fois. D'avoir vu des blessés plus ou moins graves, et des chouettes enrhumées qui paraissaient si déplacées en ma compagnie. D'apercevoir le portrait défiguré par la tristesse de Nartya. Peut-être aussi Ethyl de temps à autre, je ne suis pas sûr.
Mais pas de Moonye.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
EthylGardien(ne) d'élite - Membre du squad Oméga
Gardien(ne) d'élite - Membre du squad Oméga


Messages : 169
Date d'inscription : 22/06/2012

MessageSujet: Re: Gone   Mar 28 Jan - 15:16

Le creux était toujours aussi propre, bien ordonné, et chaleureux. Il était à l'image de sa propriétaire, à savoir Moonye et son amie de toujours, Nartya. Des petits objets divers et variés s'accumulaient sur la moindre surface de branche, comme un enchevêtrement de choses inutiles... mais si agréable au regard. Même Ethyl y était sensible, c'est dire. La plupart semblaient avoir été forgé des serres de Bubo, Silver... des artistes capable de façonner de l'art comme ils façonnent des outils mortels.

Mais malgré cet apaisement apparent, Ethyl fût rapidement frustré de constater un détail : Moonye avait profité de son absence pour filer. Bien en évidence, il y avait un détail qui ne mentait pas. La dague, ce cadeau qu'il avait offert dans le plus grand secret pour quelle puisse se protéger d'un monde trop dangereux pour elle. Cette dague, l'objet qui représentait le lien si fort envers une fille adoptive et un père qu'elle avait su gagner. Cet outil si important à ses yeux, il n'était plus là ! Elle n'en était pas à sa première aventure et apportait toujours ce précieux outil avec elle.

Cette nouvelle avait le chic de frustrer le gardien protecteur. Elle lui prouvait à nouveau qu'il était doué qu'à échouer pour protéger sa fille. Sa rencontre avec Fymaël, puis les petites virées nocturnes en bordure d'Hoolemere. C'en était de trop. Ethyl frappa avec force contre le rebord délimitant l'entrée de la cavité. Il n'y gagna absolument rien, juste une douleur à sa patte droite qui s'ajouta aux courbatures d'une mission fiasco. Finalement, c'est encore plus énervé qu'à son arrivée qu'Ethyl fit volte-face, prêt à aller à la pêche aux informations, comme toujours.

A peine s'était-il tourné que l'effraie charbon tomba bec à bec avec Luna. La jeune gardienne semblait être surprise de voir revenir Ethyl, encore plus dans cet état. En travers de son chemin, elle n'eut pas le temps de poser la moindre question, le petit gardien parla le premier.

« Tu sais où je peux trouver Moon ? J'ai des grandes nouvelles à lui annoncer. »


Ethyl était dans le vrai : de grandes nouvelles toutes fraîches de la forêt d'Ambala. Luna n'avait pas à se mêler des relations de sa fille adoptive alors il ne trouva pas nécessaire de lui en dire plus. Lui confier qu'une gardienne aussi jeune que Moonye traînait avec le capitaine des sangs purs n'était pas bon à dire au grand arbre, alors Ethyl attendit juste une réponse sans rien ajouter de plus. Son regard était appuyé et traduisait sans peine l'humeur du gardien.

Mais contrairement à ce qu'il attendait, le visage de Luna se crispa lui aussi. C'était comme si un coup de tonnerre lui était tombé sur la tête, l'empêchant de répondre avec une joie qui la définissait pourtant si bien.

« Ho... on ne t'a pas prévenu ? »


… mais prévenu de quoi ?


<...>



Il fallut à Ethyl beaucoup de temps pour accepté de venir annoncer la nouvelle à l'infirmerie. Ces gestes étaient comme mécanique, presque désespérés. Le monde était injuste et il savait qu'il avait une part de responsabilité dans ce dénouement si tragique. Il s'en voulait, il en voulait au conseil de l'avoir éloigné de sa fille... et plus que tout, il bouillonnait à l'écoute d'un nom : Sparkle.

Un fûret avait assisté au dernier souffle de sa tendre et s'était hâté de retourner l'information, une bien triste nouvelle. Un sang pur, un pervers qu'il avait décrit comme une effraie du cap, avait sauvagement poignardé la femelle alors qu'elle tentait de stopper des avances tournant au viol. Une effraie du cap solitaire ? Voilà une information qui avait achevé le gardien déjà bien anéanti. Etait-ce le même sang pur qu'ils avaient vu partir en chasse de Joy ? Le doute persistait. Ce mou du croupion avait sans doute eu des envie sadiques après s'en être pris à Joy. Ce Sparkle était le genre de chouette damnée qui méritait de finir à Hagsmire...

Ses pensées le rongeant de l'intérieur, Ethyl ne s'était pas rendu compte qu'il était déjà arrivé devant l'entrée de l'infirmerie. Ce n'est que lorsqu'il vit Fymaël avec Nartya à ses côté qu'il s'effondra en pleur.

Sa vie n'avait plus de sens... le monde s'était arrêté.



[Bon, j'ai pas pu faire mieux. Mais je suis content de la trame quand même. Pour résumer :
Sparkle, lors de son voyage retour chez les SP, croise la route de Moonye. Cette dernière était peut-être en trajet pour aller voir Fymaël et elle rodait donc pas loin des sang purs.
Sparkle là tue sous les yeux d'un Furet bien caché et qui ira rapporter l'information très rapidement.
De leurs côtés, Nartya, Ethyl et Fymaël ont pris plus de temps pour retourner au grand arbre car ils portent un blessé. Ils arrivent même pas quelques heures après l'arrivée du furet.
Ca peut faire une trame sympa sachant que Fymaël et Ethyl sont tous les 2 responsable de la mort de Moonye : si ils avaient stoppé Sprakle rien ne se serai passé comme ça]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
NartyaGardien(ne) du Grand Arbre
Gardien(ne) du Grand Arbre


Messages : 274
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 18
Localisation : Au Grand z'Arbre

Qui es-tu ?
Race: Hibou grand-duc
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Gardienne superstitieuse et amie des livres

MessageSujet: Re: Gone   Dim 9 Fév - 11:16

Le temps, le temps. Il était en train de dévorer Nartya. À chaque minute, à chaque seconde, le gésier de celle-ci se resserrait de plus en plus. L'angoisse rongeait son esprit, la peur son cœur. En cet instant précis, elle aurait préféré n'être jamais née. Quel malheur, pourquoi avait-elle brisé sa coquille ?

De temps en temps, elle se tournait vers Fymaël pour voir s'il respirait encore, et horrifiée à la vue de tout ce sang, détournait vite le regard pour se concentrer sur ses serres. Ces serres, ces assassins. Celles qui avaient déchiré la chair du Tyto et l'avaient blessé, avaient fait coulé tout ce sang. Mais qui contrôlait ces vilaines tueuses ? Nartya. Tout cela était sa faute. Ce massacre, c'était à cause d'elle. La culpabilité revint la ronger, et elle renifla pitoyablement, luttant pour ne pas retomber en larmes. Les gardiens ne pleuraient pas. Mais était-elle encore digne d'en être une ? De faire encore partie de l'ordre des Chevaliers de la Nuit ?

Alors qu'elle se battait intérieurement, elle l'aperçut. Ethyl était revenu. L'air préoccupé, mal à l'aise. Le gésier de la grand-duc se tordit, et elle en oublia totalement le blessé. Quelque chose n'allait pas, qu'était-il arrivé ? Puis soudainement, le Tyto noir s'effondra en pleurs. Nartya n'avait jamais vu Ethyl pleurer. Personne, à sa connaissance, ne l'avait jamais vu pleurer. Quelque chose de terrible était arrivé, et la grand-duc se mit à trembler. Son gésier lui soufflait qu'il était arrivé quelque chose à Moonye. Après tout, quelle autre chose qui pourrait mettre Ethyl dans un tel état ? Peut être n'était-ce qu'un mauvais pressentiment, rien de plus...
La grand-duc s'approcha de lui, et le fixa, l'air horrifiée.

« Qu... Qu'est-ce qui s'est passé ? »

La respiration de Nartya, qui attendait une réponse, se coupa net, et le silence se fit.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

« T-tu as cassé ce miroir, Invité ? AH LE MALHEUR VA TE RONGER DE L'INTÉRIEUR AH ! »


J'adore c'te signa, merci mille fois Églantine !

Et ce n'est pas fini... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
FymaëlSoldat chez les Sangs-Purs
Soldat chez les Sangs-Purs


Messages : 104
Date d'inscription : 17/12/2011
Age : 18
Localisation : Dans un village perdu au beau milieu du Québec

Qui es-tu ?
Race: Chouette effraie des clochers (Tyto Alba)
Santé:
45/100  (45/100)
Rang: Carotte mauve dans un jardin botanique

MessageSujet: Re: Gone   Dim 16 Fév - 3:29

Quand j'ouvre mes yeux, c'est seulement pour savoir qui se trouve dans le couloir. Je sais, par contre, que ce n'est pas elle. Si Ethyl lui a annoncé ma présence, elle aurait accourue, elle serait déjà dans mes bras.
Mais là, je n'entend qu'une démarche titubante, lente.
Je referme mes yeux, parce que je ne tient pas à voir un autre regard de dégoût devant ma plaie.
Mais là, au lieu que la personne en question pousse un cri surpris, elle éclate en sanglots.
Pas ce que j'avais prévu.
Je force mes paupières à ne pas se lever. J'attends juste que la personne décampe et que je puisse retourner rapidement à mon sommeil plus ou moins paisible.

«Qu... Qu'est-ce qui s'est passé?»

Malgré moi, j'ouvre mes yeux. Je le regrette aussitôt.
Nartya a l'air déconfit, inquiet, quémandant une réponse au Tyto noir qui pleure à en fendre l'âme, au sol.

«Où-est elle?, parvins-je à croasser. Qu'est-ce qui est arrivé?»

Je commence à suspecter des choses lorsque le silence devient interminable. Et au regard hagard qu'Ethyl me lance, je comprend que ces choses sont réelles.
Qu'elles sont arrivées.
Un haut le cœur me prend soudainement. Je lutte pour ne pas rendre mon dernier repas. Un boule dans ma gorge se forme, et un sang frais macule mon bandage lorsque je tente de me lever.
Elle...elle est peut-être encore en vie...elle est sans doute juste blessée, oui, oui...Ethyl dit sans doute faux...

«Menteur...Elle n'est pas morte! Elle n'est pas morte!»

Je parviens, à travers mes larmes, à miraculeusement marcher jusqu'à lui. Et le frapper. Encore et encore, pour faire sentir la douleur de son absence à une autre personne que moi. Même s'il doit sans doute la ressentir lui aussi. En double, parce que je n'arrête pas de le frapper.

«Elle n'est pas morte!!»

Je ne sais pas s'il se débat ou tente de me battre lui aussi, parce que je n'y voit absolument rien à travers mes larmes, et parce qu'à chaque coup de poing que je lui assène, mon cœur se brise de lui-même, plus douloureux que n'importe lequel de ses coups seraient.
Ma douleur me rappelle sur la terre. Ma plaie, malgré mes nombreux poings de sutures, saigne un peu plus abondamment que tantôt. Mon corps doit avoir compris la douleur qui a lieu à l'instant même dans ma tête. Une part de moi refuse catégoriquement d'admettre sa mort. Elle trouve cela irréel, impossible. Et une autre l'accepte, mais difficilement, et à chaque fois que je commence à comprendre, je tourne de l'œil.
Je m'éloigne, lentement, à reculons, d'Ethyl et m'effondre sur mon nid, et gémit, sans se soucier de mes larmes qui coulent abondamment.
Me voilà dans la même situation que lui, quelques instants plus tôt, à pleurer sans rien se soucier de ce qui ce passe autour. Je n'écoute rien d'autre que mon propre chagrin, qui empire mon cas et rend mes sanglots encore plus longs, plus intenses.

«Ce n'est pas réel, je me murmure à moi-même. C'est n'est pas réel. Elle ne peut pas être morte, elle ne peut pas...C'est impossible.»

Je ne veux pas relever les yeux. Revoir ces visages tristes qui ont compris la vérité. Mais à chaque fois que je les ferment, c'est pire. J'aperçois un petit visage blanc, aux grands yeux gris, qui me fixent intensément et reflète la lueur de mon propre chagrin.
Je suis désolé. Tellement, tellement désolé. Pardonne-moi.
Tout en ré-ouvrant lentement mes yeux, je ne sais pas honnêtement si je devrais m'excuser. Je ne suis pas coupable de sa mort, non? Peut-être.
Désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
EthylGardien(ne) d'élite - Membre du squad Oméga
Gardien(ne) d'élite - Membre du squad Oméga


Messages : 169
Date d'inscription : 22/06/2012

MessageSujet: Re: Gone   Dim 30 Mar - 23:43

Ethyl n'eut pas à souffler le moindre mot... Nartya et Fymaël avaient compris à son état que quelque chose de grave s'était produit. De toute façon, la petite effraie n'aurait pu leur annoncer la nouvelle car les mots auraient été comme des poignards traversant son gésier de part en part. Jamais il n'avait été aussi affecté par la mort d'un proche... jamais. Et pourtant, sa vie était parsemé de la disparition de ceux qui comptaient pour lui. C'était même pour cela qu'il agissait ainsi, évitant de s'attacher pour ne jamais perdre dans la douleur tant d'amis si difficilement acquis.

Sans s'en apercevoir, Fymaël s'était approché de lui avant de se mettre à le frapper avec le peu de forces qu'il lui restait. Surpris, Ethyl se laissa faire, ne trouvant ni l'envie, ni la force de s'opposer à une réaction du genre. Trop abattu par la nouvelle, il ne savait pas comment réagir. Et puis peut-être qu'il méritait ces coups...

Deux soigneurs vinrent s'interposer, comprenant sans doutes qu'un tel effort de la part de leur blessé n'était pas préconisé. Mais finalement, ce fut Fymaël qui se calma de lui même, retrouvant le chemin de son nid de soin. Il était sans doutes anéanti, se répétant des mots tel un fou sans sa démence... des mots que lui seul pouvait comprendre tellement ils étaient prononcé sans la moindre intonation.

Puis il y eu un silence comblé uniquement par les sanglots des trois chouettes en présence. Les soigneurs, comprenant que l'heure était grave, étaient partis s'occuper d'autres chouettes nécessitant leur attention. Dans son flot de larmes, Ethyl tenta d'articuler quelques explications. Il dut s'y reprendre à deux fois car ses hululement étaient comme des chants de mort que l'on réservait pourtant qu'on sa propre heure venait. Le petit gardien n'était pas loin d'être mort psychologiquement... que pouvait-il lui arriver de pire ?

« Une... c'était une effraie du cap... un sang pur solitaire... il... il a voulu profiter d'elle. Moonye... Moonye a tenté de se défendre. Alors il... le sang pur, il a... »

Ethyl ne pu en dire d'avantage. Il espérait tout de même que le message avait été transmit. Il regarda quelques secondes Nartya qui se trouvait à dans un recoin de la cavité... comme si elle tentait de s'effacer pour pleurer en paix. C'était un cœur d'artichaut de grand duc qui faisait tout pour paraître digne. Sa promesse de gardienne, celle qui faisait d'elle la guerrière courageuse avait plutôt du mal à tenir en cette heure sombre.

Ce dont Ethyl avait besoin pour ne pas craquer définitivement, c'était la présence de sa tendre Achlys. Avait-elle était mise au courant ? Il devait partager sa douleur avec elle .

« Je dois aller informer d'autres chouettes de cette nouvelles... je reviendrai. »

D'un simple hochement de tête, il salua Nartya et Fymaël avant de s'engouffrer dans le couloir par lequel il était apparu. La vue de ces blessures, tant physique que morale de Nartya et Fymaël étaient trop difficiles à supporter pour lui. Trop de malheur en une fois... des malheurs qu'ils voulaient partager auprès de sa tendre avec l'espoir qu'elle trouverai le moyen de partager ces instant où le monde s'effondrait autour de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
NartyaGardien(ne) du Grand Arbre
Gardien(ne) du Grand Arbre


Messages : 274
Date d'inscription : 09/07/2012
Age : 18
Localisation : Au Grand z'Arbre

Qui es-tu ?
Race: Hibou grand-duc
Santé:
100/100  (100/100)
Rang: Gardienne superstitieuse et amie des livres

MessageSujet: Re: Gone   Lun 10 Nov - 17:03

« Où-est elle ? demanda le Sang-PurQu'est-ce qui est arrivé ? »

Fymaël semblait aussi inquiet au sujet de Moonye que l'était la grand-duc. Non, pitié... Non... Nartya respirait bruyamment, pétrifiée.


« Menteur...Elle n'est pas morte ! Elle n'est pas morte ! »

Le blessé s'approcha d'Ethyl pour le frapper. Nartya ne réagit pas. Le monde semblait tourner autour d'elle, plus rien ne comptait. C'était impossible, c'était impensable, c'était... Ça ne pouvait pas être vrai, ça ne pouvait pas l'être. Moonye, l'une des chouettes les plus douces et les plus gentilles qui soient... Pourquoi elle, pourquoi...?
Sans qu'elle ne puisse les empêcher, les larmes coulèrent d'elles seules. Sa réputation de gardienne ne comptait plus. Elle venait de perdre sa meilleure amie. Elle ne reverrait plus jamais le sourire de la belle effraie blanche, ne l'entendrait plus jamais rire...
Un énorme vide. Juste un énorme vide. Ça faisait mal.

« Une... c'était une effraie du cap... un sang pur solitaire... il... il a voulu profiter d'elle. Moonye... Moonye a tenté de se défendre. Alors il... le sang pur, il a... »

Non. La grand-duc ne se sentait pas prête à en entendre plus, elle ne voulait pas en entendre plus. Horreur, quelle horreur. C'était juste un cauchemar, rien de plus, ça ne pouvait pas être vrai, ça ne pouvait pas...

« Je dois aller informer d'autres chouettes de cette nouvelles... je reviendrai. »

Ethyl est parti, Fymaël est effondré. Nartya reste debout, immobile au milieu, à gémir. Pourquoi. Pourquoi... Il n'y a plus rien à faire. Elle est partie.

[Encore désolée pour le retard... ^^']

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

« T-tu as cassé ce miroir, Invité ? AH LE MALHEUR VA TE RONGER DE L'INTÉRIEUR AH ! »


J'adore c'te signa, merci mille fois Églantine !

Et ce n'est pas fini... :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Gone   

Revenir en haut Aller en bas
 

Gone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE :: Ga'Hoole :: Grand Arbre :: L'infirmerie-
Sauter vers: