Un jour pas comme les autres [PV Kludd]

♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE

© Design par Blue
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -41%
Carte Mémoire microSD XC SanDisk Extreme 64 Go ...
Voir le deal
15.95 €

Partagez | 
 

 Un jour pas comme les autres [PV Kludd]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
InvitéInvité



Un jour pas comme les autres [PV Kludd] _
MessageSujet: Un jour pas comme les autres [PV Kludd]   Un jour pas comme les autres [PV Kludd] Icon_minitimeVen 8 Juil - 21:28

    La lune brillait sur le Royaume du Mal, enveloppant de sa douceur laiteuse les jeunes chouettes déboulunées, les attirant vers leur propre mort. C'était une nouvelle fournée d'oisillons prétendus orphelins. Certains étaient tombés du nid, d'autres avaient été volés directement dans le creux en l'absence des parents. Il était rare de croiser de véritables orphelins ; et dans certains cas, les brutes sanguinaires de St-Aegolius n'y étaient pas pour rien. Touts ces oisillons avaient été conduits ici pour être déboulunés. Il n'y avait aucun Tyto Alba cette nuit-là. C'était, comme les nommait Mononoké, "une nuit pauvre". Aucun poussin n'était prometteur. Ils geignaint tous en appelant leur parents. La leader des armées n'avait pas à surveiller ces oisillons, mais cette atmosphère de pleurs et de misère l'enchantait. Et puis après tout, qui surveillait les surveillants ? Des rumeurs circulaient. Ont chuchotait dans les rangs de nobles que certaines chouettes n'étaient pas assez attentive, et qu'il y avait des oisillons non déboulunés qui traînaient dans l'orphelinat. Non seulement les débusquer était une tâche ardue, car il y avait de très bons acteurs, mais plus que tout c'était le fait qu'on doute des chouettes sous ses ordres qui mettait Mononoké en rage.

    Elle prit son envol, survola la salle entière en observant chaque oisillon. Elle nota minutieusement dans un coin de sa tête ceux qui partaissaient réticent, et les plus âgés qui réfléchissaient trop. Le son sortit de sa gorge et fusa dans l'air, sec et cruel. Un ordre impérial qu'il aurait été dangereux de contester. Les oisillons s'exécutèrent et se mirent tous à somnoler. Aussitôt la surveillance de Mononoké s'accrut. Elle observa longuement un petit duc, qui, après quelques hésitations, mis sa tête sous son aile. Aussitôt Mononoké partit en flèche et le gifla si violement qu'il décolla du sol et attérit plus loin. Nuls besoin de mots pour qu'il comprenne sa faute et la corrige.

    L'exemple donné, Mononoké alla se percher un peu plus loin et se cacha. Elle ne guétait pas les surveillés mais les surveillants. C'était toujours Casius et Belli. Les deux affreux ne comettaient pour l'instant pas d'erreur. Mononoké attendit patiemment. Puis Casius, rassuré que sa chef soit partie, alla se percher et... s'endormit ! Belli le houspihait, mais son frère était déjà au pays des songes. Folle de rage, Mononoké poussa un cri perçant et fonça sur Casius. Elle le gratifia d'un grand coup de serre sur l'aile, ce qui eu pour effet de le surprendre et de lui faire pousser un hulululement de douleur. Il se remit en place, presque incapable de voler. Les oisillons ne s'étaient même pas agités. Ils dormaient tous profondément.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



Un jour pas comme les autres [PV Kludd] _
MessageSujet: Re: Un jour pas comme les autres [PV Kludd]   Un jour pas comme les autres [PV Kludd] Icon_minitimeLun 11 Juil - 6:12

    Encore une pleine lune. Nombre d’entre elles étaient passées depuis l’arrivée du jeune rapace à l’orphelinat, et il avait cessé de les compter : rien ne servait de numéroter les temps passés, alors que seule comptait l’idée qu’il ne quitterait plus jamais sa nouvelle famille : Kludd était chez lui à Saint-Aegolius, et les souvenirs d’autres parents qu’il aurait pu avoir autrefois se dissipait de nuit en nuit. Mais malgré tout, c’était par des nuits de pleine lune comme celle-ci qu’il réalisait pleinement à quel point le temps s’était écoulé. Était-il vraiment aussi petit, aussi expérimenté que ces jeunes oiseaux tremblants de peur sous les regards effarouchés de Casius et de Belli lorsqu’on l’avait présenté à Nyra? Avait-il déjà été aussi pitoyable qu’eux?

    Plongé dans ses pensées, Kludd dévisageait les nouvelles recrues depuis un moment déjà, mais il ne les voyait point, car son esprit était ailleurs. Aussi, en revenant à la réalité, il réalisa soudainement que l’un des jeunes tytos l’observait fixement, droit dans les yeux. Ni une, ni deux, l’oiseau nocturne s’arracha à son perchoir de pierre pour plonger droit vers l’oisillon, ses ailes serrées contre son corps. Il les déplia à bonne distance de sa cible et se contenta de le sermonner d’un œil noir, ses serres précieusement entretenues cliquetant tranquillement dans l’air en guise d’avertissement. Il n’en fallut pas plus pour que l’oisillon s’écrase parmi ses plumes ébouriffées et se mette à fixer sagement son regard sur la lune. Alors qu’il reprenait de l’altitude, le fils de Noctus se demanda vaguement ce qu’avait pu faire un jeune tyto alba prometteur pour être rabaissé au rang de trieur. Ces ailes, ces serres auraient pu leur être utiles…
    Cette réflexion lui fit inévitablement penser à Soren. Ses ailes à lui aussi auraient pu leur être utiles, pourtant Kludd était plus qu’heureux que son frère ait refusé de se joindre à leur cause. Ça faisait plus de place pour lui.

    Ses serres s’ouvraient dans le but d’enserrer un nouveau perchoir, lorsqu’un vacarme indistinct s’éleva derrière lui : sortie de l’ombre, une chouette au plumage d’un blanc exemplaire venait de fondre sur Casius, lequel se tenait à présent prostré et hérissé, une large blessure marquant son aile et l’articulation qui reliait cette dernière au dos. Intrigué, Kludd ne chercha pourtant pas à savoir ce qui avait poussé la dite princesse à punir ainsi l’un de ses soldats : si ce dernier ne protestait pas grossièrement, c’est que la peine était méritée. Sans quoi, les deux frères auraient au moins piaillé à l’injustice. La calme retomba bientôt, et Kludd se lassa rapidement de la vision des jeunes chouettes en processus de déboulunage. Tout en ouvrant ses ailes, il s’avoua heureux de ne pas être forcé d’assister à la scène toute la nuit durant, au contraire des gardes. Il profita pleinement de l’air qui faisait gonfler les plumes claires de ses ailes alors qu’il s’élevait dans les airs, tout en prenant garde à contourner les oisillons, pour ne pas leur obstruer la vue.
    La nuit était douce, et le ciel plein d’étoiles ne comptait aucun nuage. La chasse serait facile, trop facile, même, à son sens, mais il profiterait au moins de l’occasion de se dégourdir les ailes. C’est donc sans plus de scrupules que le jeune oiseau abandonna derrière lui les oisillons, les gardes, et, bien sur, Mononoké. Enfin, croyait-il ..
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



Un jour pas comme les autres [PV Kludd] _
MessageSujet: Re: Un jour pas comme les autres [PV Kludd]   Un jour pas comme les autres [PV Kludd] Icon_minitimeJeu 14 Juil - 17:41

    M... mais qu'est-ce qu'il fichait, cet énergumène-là ? S'il continuait à voler comme ça, il allait finir par cacher la lune aux nouveaux ! D'ailleurs, certains s'étaient réveillés. Ils observaient, fascinés, le jeu des airs et la danse morbide d'un tyto cruel... Noké était furieuse. Elle le regardait, de ses yeux noirs ardents, mais il ne semblait pas en avoir conscience. Si c'est comme ça qu'il désirait monter dans la hierarchie, sa promotion, il pouvait se la mettre au croupion ! Il était de garde cette nuit, et à défault de respecter leur vie, il pouvait au moins respecter le sommeil des oisi:llons !

    "Kludd ! On n'a pas amené ces oisillons ici pour que tu les perturbe avec ton vol !"

    Noké n'avait pas forcé la voix. Il restait des oisillons qui dormaient encore profondément, le cerveau en plein déboulunage. La chef des armées jeta un regard aux éveillés, signifiant très clairement que s'ils ne se rendormaient pas tous très vite, leur espérance de vie allait dramatiquement diminuer. Les petits replongèrent aussitôt dans le royaume des rêves. Avec tout ça, peut-être que Kludd ne l'avait pas entendue ? Oui, c'était forcément ça, puisqu'il était parti. Parti ! pendant son tour de garde ! Quoique... Casius et Belli étaient là, eux. Kludd, qi venait surveiller de son plein gré les chouettes débou;unés au lieu de s'entraîner ou de cirer les serres de combat de Bec d'Acier ? ça dépassait l'entendement ! Et ça méritait que Noké aille y jeter un oeuil. Après tout, peut-être qu'un jour, il serait son supérieur...

    Noké prit son envol, toujours gracieuse. Les oisillons n'osèrent pas la regarder, mais Casius et Belli ne s'en privèrent pas. C'était ainsi : Noké était belle, mais inaccessible. Elle était réputée pour être cruelle et sanguinaire. Les deux gardes le savaient, et ne se faisaient pas d'illusion. Quoi qu'il arrive, Noké était persuadée que tous ce qu'on pouvait admirer chez ellen'était que physique. Et elle avait raison. Ou pas ? Toutes ces pensées, assez tristes, la firent dériver jusqu'à Pellimore. Elle se posait beaucoup de questions depuis le départ de celle qu'elle considérait comme son amie : était-elle toujours en vie ? bien sûr, c'était une robuste guerrière. Heureuse ? oh oui, sans aucun doute. Gardienne ? Pourquoi pas.

    Noké arrêta le flot de ses pensées. Déjà, parce qu'elle avait trop de questions qui l'assayait, ensuite parce qu'elle avait rattrapé Kludd avec une aisance frisant l'insolence. Elle l'observa. Il était solide. Contrairement à elle, qui avait un plumage presque blanc, il en possédait un très sombre. Il était promis à de hautes places, mais il avait un ennemi, et tout le monde le savait : son frère Soren. Cependant, il n'hésiterait pas à le tuer, Noké en était sûre.

    "On fait un concours ? Celui ou celle qui chope la plus grosse proie ?"
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



Un jour pas comme les autres [PV Kludd] _
MessageSujet: Re: Un jour pas comme les autres [PV Kludd]   Un jour pas comme les autres [PV Kludd] Icon_minitimeVen 15 Juil - 5:03

    À l’inverse de ce qu’avait pensé Mononoké, Kludd avait bel et bien perçu la réprimande de ladite princesse du mal : son ouie aurait dû être extrêmement sous-développée, pour qu’il ne l’entende pas. Il n’avait tout simplement pas cru bon de relever, car il jugeait qu’elle se plaignait pour des broutilles : ses ailes silencieuses n’avaient certainement pas réveillé toute la nichée, et si l’ombre de sa silhouette passant devant la lune en avait fait sursauté certains, c’était probablement parce qu’ils avaient été préalablement tirés de leur sommeil profond par les puissants chuintements de douleur de Casius… Bref, les accusations de la princesse ne le tiendraient pas éveillé toute la journée durant, loin de là.

    Kludd avait donc quitté son perchoir avec l’esprit tranquille : il ne doutait pas que les oisillons se rendormiraient bien assez vite, et il ne doutait pas non plus que Casius passerait le reste de la nuit à examiner son aile plutôt qu’à surveiller les petits. Bah, ce n’était pas son problème : ni Nyra, ni Bec d’Acier ne lui avaient demandé de surveiller les jeunes oiseaux, et il ne comptait pas faire cette tâche ingrate par charité! Il entendit Mononoké alors qu’elle approchait, non pas faute d’une plume froissée ni d’une aile trop lourde, mais simplement grâce aux battements de son cœur. Silencieusement, il soupira, croyant qu’elle l’avait poursuivi pour approfondir ses réprimandes, mais non, elle se contenta de le rejoindre et de voler un moment à ses côtés. Le jeune prodige la salua vaguement de la tête, mais ne s’alourdit pas de fausses politesses, et il attendit qu’elle parle en premier, ce qui ne tarda pas.

    "On fait un concours ? Celui ou celle qui chope la plus grosse proie ?"

    La proposition l’étonna, de un car il ne s’attendait pas à ce que la princesse qu’on disait si froide et hautaine – mais qu’il connaissait très peu, à vrai dire – ait de tels passe-temps, mais aussi, car il ne voyait pas l’utilité de ce genre de concours. Pourquoi tuer une proie si grosse qu’il risquait de ne pas pouvoir la manger au grand complet? Malgré tout, il ne refusa pas d’emblée la proposition : l’idée lui paraissait étrange, mais il ne s’y opposait pas forcément. Au bout d’un moment, il finit même par hocher prudemment de la tête :

    - D’accord, pourquoi pas.

    Sur ce, il laissa son corps glisser légèrement à droite, vers le bas, afin de s’écarter de Mononoké et de se mettre en chasse. Les lézards et les oiseaux de nuit exceptés, le désert de Kunir ne grouillait pas de proies : les rongeurs et les petits mammifères n’y vivaient pas, car le climat était trop aride, et les autres animaux qui peuplaient l’endroit étaient beaucoup plus gros… mais c’était bien ce qui faisait le charme du défi. Il réfléchit un moment au genre de proie qu’il pourrait attraper, conscient que si il se contentait de voler par-ci par-là, il ne trouverait guère plus que quelques maigres chauves-souris au goût douteux. S’il voulait réellement attraper une belle proie, il faudrait d’abord qu’il choisisse laquelle. La décision fut vite prise, et Kludd prit alors le chemin d’un oasis dont il connaissait l’emplacement. Une fois arrivé sur place, il commença à effectuer des cercles prudents et silencieux. Au bout d’un moment, la proie tant espérée arriva : il s’agissait d’un ganga mâle, bien gras et rondelet. Par expérience, Kludd savait que les gangas s’établissaient loin des points d’eau, et que les mâles venaient souvent s’abreuver durant la nuit pour ramener de l’eau à leur compagne et leurs petits qui restaient en sécurité. Il attendit que l’oiseau se retrouve tête baissée, buvant allègrement, pour replier ses ailes contre son corps. Silencieux comme une flèche, il fondit sur sa proie, les serres devant la tête. Kludd s’écrasa sur le ganga de tout le poids conféré par la vitesse de sa chute, et le volatile mourut sur le coup, sans souffrir. Tout en reprenant son équilibre, le rapace nocturne affermit sa prise en enfonçant ses serres dans la chair encore chaude.

    - Il était pour moi.

    Vivement, Kludd tourna la tête vers un petit fennec qui s’approchait prudemment, l’air revêche.

    - Viens le chercher!

    Sur ces mots, Kludd décolla violemment du sol : ses muscles tendus usèrent de toute leur puissance, alors que ses ailes battaient bruyamment l’air. Il s’arracha du sol tout en soulevant l’excès de poids qu’il devait à présent traîner avec lui. Lorsqu’il eut pris assez d’altitude, il se lança à la recherche d’un courant ascendant, avant de se laisser porter par lui, retrouvant son vol silencieux qui lui avait manqué, pendant un moment. C’est tranquille et satisfait de sa prise qu’il reprit le chemin de St-Aegolius : il avait déjà attrapé plus gros qu’il ne pourrait en manger, si Mononoké ramenait plus grosse proie que lui, il ne serait pas en reste pour autant. Malgré tout, il fallait avouer que le désir de gagner était tout de même très présent ..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Un jour pas comme les autres [PV Kludd] _
MessageSujet: Re: Un jour pas comme les autres [PV Kludd]   Un jour pas comme les autres [PV Kludd] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Un jour pas comme les autres [PV Kludd]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE :: Corbeille :: Archives des RPs-
Sauter vers: