La fin d'un long voyage

♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE

© Design par Blue
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La fin d'un long voyage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Barrans
BarransChouette inactive


Messages : 16
Date d'inscription : 18/08/2012
Age : 25
Localisation : Dans le ciel ténébreux de la nuit tombante

Qui es-tu ?
Race: Tyto Alba
Santé:
La fin d'un long voyage Left_bar_bleue100/100La fin d'un long voyage Empty_bar_bleue  (100/100)
Rang: Chouette Solitaire

La fin d'un long voyage _
MessageSujet: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitimeDim 19 Aoû - 17:59

Arrivée de Barrans en Mer d'Hoolemere.

Une Heure plus tôt: Barrans arrive à la frontière des monts bec, juste à la cote de la Mer d’Hoolemere, après un voyage de Trois lunes il arrive enfin devant cette Mer immense.

Il se reposa un petit moment est décida de se lancer à la recherche du Grand arbre, enfuit dans ses pensées il se demanda :

« Existe-t-il vraiment, a quoi devrais-je m’attendre, on m’a toujours dit d’écouter mon gésier mais... De toute façon c’est trop tard maintenant »

Mais au fond de son cœur l’espoir restait permanent, il vola en direction de la Mer sans s’arrêter, sans même jeter un regard en arrière.

A l’instant présent: Barrans volait déjà depuis une heure sans rien voir à l’horizon, le temps commençait à se couvrir, quelques goutes tombaient déjà du ciel.

« Foutu Mer, Pensa-t-il, trop grande pour voir quoique ce soit, trop bruyante pour entendre ne serai-ce quelque battement d’aile d’une autre chouette ».

Il décida de pousser un grand cri en direction du ciel pour voir si quelqu’un allait répondre mais….

-Personne... Murmura t-il... il y a personne, aucun arbre, que de l’eau a perte de vue et du brouillard pour arranger tout ça !

L’espoir de trouver un groupe, un refuge, l’espoir l’abandonnait, personne pour l’accueillir ou l’aider, il volait toujours et commencait à fatiguer, le vent était contre lui, le brouillard cachait sa vue, et l’eau froide lui glacer les rémiges, aucun moyen de s’orienter. Il connaissait pas les constellations, en forêt il jetait sont regard en direction du sol et non des étoiles, les seules indications qu’il avait était celles des aigle qui l’on sauvé, et encore traverser la Foret de Tyto et les Monts Bec a était simple, ici en mer rien pour se nourrir ou même pour se reposer, quelqu’un du grand arbre trouvera-t-il Barrans ?

[Je fais ce petit RP pour lancer mon personnage dans l’aventure et commencer à ce qu’il fasse des connaissances, j’espère avoir trouvé assez d’inspi]



Dernière édition par Barrans le Jeu 23 Aoû - 16:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



La fin d'un long voyage _
MessageSujet: Re: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitimeMer 22 Aoû - 22:20

Sulken arrangea une dernière fois son creux. Réarrangeant son nid de mousse en le garnissant de duvet et de petites plumes qu'elle s’arrachait sur le ventre. Puis, tranquillement, elle sorti de son creux. La jeune métisse avait eu de la chance de posséder un creux pour elle toute seule. Même si elle savait que cela ne durerait pas, elle profitait à fond de son indépendance. A l'époque où elle était arrivée au Grand Arbre, il y a bien longtemps, de nouveau creux avaient été percé dans les épaisses branches du Grand Arbre qui poussait sur l'île de Hoole, à cause de la population croissante des gardiens y ayant élu domicile. Après le passage obligatoire au Parlement que devait exécuter chaque nouveau venu sur l'île, Sulken s'était un attribué l'un de ces nouveaux creux, et, par chance, y fut affecté sans voisin de nid.

Enfin, pour elle, c'était une chance. Même si elle était une chouette avenante et sympathique, Sulken préférait la solitude. Disons qu'elle ne se retrouvait pas dans les autres femelles de l'île. C'était plutôt la compagnie des mâles qu'elle appréciait d'avantage, bien qu'elle n'eut jamais pensé que ces relations pouvaient aller plus loin que l'amitié. A deux creux du sien, Sulken croisa Loki, le co-ryb de Navigation. Encore plus taciturne et solitaire qu'elle, le moyen duc au plumage argenté la dominait d'une bonne tête de chouette. L'effraie grise dut lever la tête pour apercevoir les incroyables yeux verts du hibou.
- Bonsoir, M'seur Loki ! Bonne soirée, n'est-ce pas ?

Loki sembla hésiter. Il n'aimait pas trop parler avec les autres, mais possédait une relation particulière avec Sulken. Pour l'Amazone, comme on la surnommait ici, Loki représentait le père qu'elle n'avait jamais eut. Bien qu'il ne soit qu'un jeune adulte, il était extrêmement prudent et mature, ce qui, à tord, le vieillissait. Sa sagesse lui avait valu une place au Parlement des douze. Le moyen duc s'ébroua avant de répondre:
- Fraîchement. Mais nous avons des conditions de vol idéales.
- L'occasion d'une sortie pour le squad ?
-Oui, sans doute. Je dois justement aller voir Stix pour lui en parler.
- Je pourrais venir ? demanda Sulken, excitée
- Tu m'as rendu ta cartographie du ciel, que j'avais demandé la lune dernière ?
- Oui M'seur ! elle est sur votre bureau depuis deux nuits !
- Hum. Je vais y réfléchir. Mais comme on est en période d'examen pour le squad, je ne suis pas sûr que tu puisses assister au cours de navigation cette nuit.

Sulken, de part sa proximité avec Loki, pouvait, à l'occasion, squatter les cours du squad de navigation. Toujours fascinée par cette matière, l'effraie avait été choisie par le squad de sauvetage, avant de devenir une gardienne accomplie. Naturellement douée en navigation, elle suivait avec plaisir les cours dispensés par la ryb et le coryb de cette matière, comme des cours supplémentaires à son entraînement quotidien.
- Hum, tant pis. Une autre fois, sans doute ?
- Oui, j'imagine. Bon, je dois y aller, maintenant. Bonne soirée à toi, jeune guerrière !
- Bonsoir !

L'effraie grise sourit, avant de s'envoler vers le creux d'entraînement, son endroit préféré dans tout le Grand Arbre. Une immense cave grosse d'une douzaine de fois la taille d'un creux normal.En tant que spécialiste des armes, et de tout types d'armes, elle passait des heures à s’entraîner tous les soirs. Elle était la meilleure au maniement de toutes les armes disponibles, et la plus polyvalente. Mais sa grosse lacune, le combats sans arme, lui posait toujours problème. Bon, d'accord, avec des serres de combat, elle se débrouillait plutôt bien.... Mais sans ses armes, elle se sentait vulnérable.Tout, dans ses serres, devenait une arme terrible; une pierre, un bâton, ou même une poêle.

Sulken rejoignit le stand de tir, décrocha son arc, son arme favorite, et exécuta une dizaine de volées de flèches. Souple, léger et puissant, son arc avait été créé par Silver, l'effraie forgeron de l'île, la seconde de Bubo. D'après un livre sur les armes qu'utilisaient les Autres, Silver arriva à adapter cette arme redoutable. Pas très compliquée au premier abord, elle était tout de fois précise et mortelle si l'on savait s'en servir.
Après l'arc, Sulken s'entraîna avec d'autres armes. D'un naturel précis, rapide et agile, Sulken prenait plaisir à manier les armes.

Deux heures passèrent, avant qu'elle ne ressorte du creux d'entrainement, ravie. Sentant la douce brise de cette fin d'été sur les plumes de son disque facial, elle eut envie de faire une ballade au dessus de la mer d'Hoolemere. Elle ferma les yeux et inspira à fond, avant de se diriger vers l'armurerie. Elle s'attacha un poignard le long de la patte, et dissimula sous son plumage une dizaine de shuriken. Sulken, même pour une simple petite balade, ne sortait jamais sans être armée. Elle, parano ? Non.... Mais elle sait ce qu'elle vaut sans ses précieuses armes : pas grand chose.

Poussant avec ses longues ailes grises, l'Amazone prit son envol.

La mer était calme, et très silencieuse. La petite brise, au large, lui amenait les délicates effluves de l'océan. Cette odeur d'humidité, de sel et de chaleur. Sulken sourit, radieuse. Les étoiles perlaient, au dessus de sa tête. Au bout de son pendentif, la petite pierre Aigue-marine que lui avait donné sa mère se balançait tranquillement, reflétant tantôt la mer, tantôt les étoiles. Le doux cliquetis de la chaine se fondait le le sac et le ressac des vagues que l'on pouvait entendre au loin. L’Amazone savoura sa tranquillité.

Tout était parfait.

Aussi, lorsqu'elle vit une ombre se profiler à l'horizon, Sulken se tendit. Quelqu'un venait à sa rencontre, filant droit vers elle. Il ne venait pas du Grand Arbre. C'était donc potentiellement un ennemi. Sulken fit glisser son poignard dans l'une de ses serres. C'était une belle lame pointue, légèrement crantée pour plus d'efficacité, d'une belle couleur argentée, pour se fondre dans son plumage. Le manche, recouvert d'une manière agrippante était agréable au toucher. Une minuscule plume de geai bleu, sa signature, pendait au bout. C'était son poignard.

L'inconnu s'était rapproché. C'était une effraie, un mâle, semblait-il. Lorsqu'il fut assez près, Sulken pu sentir son angoisse, sa fatigue et son excitation. Plissant les yeux, sans jamais penser faire une erreur de jugement, elle plongea sur lui. Ils atterrirent sur un petit groupe de roches qui sortaient de la mer, qui était juste en dessous d'eux. Sulken se remit très vite sur ses pattes, et plaqua son adversaire contre un rocher, son poignard juste à côté de la gorge de ce dernier.
- Qui es-tu ? siffla-t-elle, menaçante. Tu es une effraie... Un Sang-pur, peut-être ? Ton nom ! Donnes-moi ton nom, ta provenance et ta destination ! Et tu as intérêt à être convainquant !

[J'étais inspirée, là XD
Bref, rencontre musclée, hein ? J'aime les femmes fatales XD ]
Revenir en haut Aller en bas
Barrans
BarransChouette inactive


Messages : 16
Date d'inscription : 18/08/2012
Age : 25
Localisation : Dans le ciel ténébreux de la nuit tombante

Qui es-tu ?
Race: Tyto Alba
Santé:
La fin d'un long voyage Left_bar_bleue100/100La fin d'un long voyage Empty_bar_bleue  (100/100)
Rang: Chouette Solitaire

La fin d'un long voyage _
MessageSujet: Re: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitimeJeu 23 Aoû - 9:52

Barrans volait déjà depuis des heures, la fatigue se ressentait de plus en plus, angoissé de ce qu’il pourrait trouver… Ou ne pas trouver, le vent sifflait entre ses plumes, il n’en pouvait presque plus, cette recherche de l’arbre était interminable maintenant la seule chose qu'il cherchait c’était quelques rochers sortant de la mer pour se reposer, si il n’en trouve pas Glaucis seul sais ce qui adviendrait de lui, l’espoir avait beau l’abandonner, il resté pour autant déterminé.

Durant le vol, en recherchant toujours un endroit où se poser, Barrans cru voir durant un laps de temps une… Ombre au loin, mais n’y fit pas mine de s’y intéresser :

-« Comme si quelqu’un serrait la, en plein milieu de la mer… profonde est froide… » Pensa-t-il d’un air de désespoir.

Jetant le regard de droite à gauche cherchant un lieu de repos, enfui dans ses pensées, en se souvenant les moments passés avec sa compagne qui lui a était arracher par ce Grand-Duc… Une larme lui était sorti du coin de l’œil, il sentit comme une présence proche de lui mais …

« Ce n’est que le vent » se dit-il.

Il vu enfin des rochers, finalement ce n’est pas son jour, après avoir atterri il se fit percuter et plaquer contre la roche, il ne put voir son adversaire venir, et même aurait-il eu la chance d’esquiver un coup, ce dernier ne connaissait pas de technique de combat, il avait jamais combattu de sa vie, est son expérience dans la chasse ne pouvait pas l’aider contre une autre chouette.

Barrans entendit une voix d’une femelle menaçante lui dire:

"-Qui es-tu ? Tu es une effraie... Un Sang-pur, peut-être ? Ton nom ! Donnes-moi ton nom, ta provenance et ta destination ! Et tu as intérêt à être convainquant !"

Barrans écouta la femelle se prononçant, et senti ensuite quelque chose de froid et pointu sur sa gorge, un poignard surement, il ne bougeait plus ne voulant pas mourir… Du moins sans avoir accomplie sont objectif.

D’un air sec est inquiet il répondit :

-Toi qui es-tu… Un Sang-pur ? Je ne sais même pas ce que c’est un Sang-pur, je viens de la forêt de tyto et je suis à la recherche d’un mythe perdu ! Mon nom est Barrans.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



La fin d'un long voyage _
MessageSujet: Re: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitimeJeu 23 Aoû - 12:47

Sulken n'avait pas eut le temps d'observer son adversaire. Celui-ci n'offrait aucune résistance. Elle entendait le coeur de ce dernier battra à tout rompre. En attendant sa réponse, l'Amazone étudia de plus près l'inconnu. Le jeune mâle avait à peu près sa taille adulte, et la dominait de quelques malheureux centimètres. Le regard affollé et perdu, on aurait dit un oisillon qui sortait de son creux pour la première fois de sa vie.
Il était d'un plumage plutôt sombre, le disque facila teinté d'un léger chocolat. Des yeux noirs, paniqués. Un ventre blanc, tout comme son bec, qui tranchait avec la noirceur de ses serres, plus sombres que le charbon. Le bout de ses plumes, tant ses rémiges que ses rectrices, finissaient par une pointe de noir, comme si elle avaient roussies lors d'un incendie.

Enfin, le jeune mâle se décida à parler.
-Toi qui es-tu… Un Sang-pur ? Je ne sais même pas ce que c’est un Sang-pur, je viens de la forêt de tyto et je suis à la recherche d’un mythe perdu ! Mon nom est Barrans.

Sulken plissa les yeux. Et dû se retenir pour ne pas l'égorger, là, tout de suite, sur ce petit rocher perdu au millieu de l'océan. Il n'y avait pas de témoins, ou autre éléments gênant.
- Moi, un Sang-Pur ? Mais tu t'es regardé ?

Elle se dégagea et réprima un frisson de dégout. Bon, alors, celui-là ne savait rien des Sang-Purs ? Etait-il aussi naif qu'il voulait le laisser croire ? Sulken pesa le pour et le contre, en se tortillant. Le regard perdu et hagard du jeune mâle lui revint à l'esprit. Peut-être en effet, ne savait-il pas grand-chose des evénements extérieurs à ceux de la forêt de Tyto. Les habitants y étaient particulièrement bornés, dans cette région.
- Hé bien.... Barrans ? C'est ça ? Je t'accorde le bénéfice du doute. De toute manière tu ne m'as pas l'air bien dangereux...

Elle marcha tranquillement devant lui, sans toute fois lui tourner le dos, ou le quitter du regard.Son poignard était à nouveau dissimulé sous les plumes de sa patte gauche (Sulken était gauchère), invisible, mais prêt à être à nouveau dégaingé si le besoin s'en faisait sentir.
- Je m'appelle Sulken, poursuivit-elle, d'un ton posé et assuré. Et je suis une gardienne du Grand Arbre. Et toi ? qu'est-tu venu chercher dans ces eaux brumeuses ?

Sulken se redressa de toute sa taille, et lui lança un regard dur, prête à déceler dans ses prochaines paroles d'éventuels mensonges.
Revenir en haut Aller en bas
Barrans
BarransChouette inactive


Messages : 16
Date d'inscription : 18/08/2012
Age : 25
Localisation : Dans le ciel ténébreux de la nuit tombante

Qui es-tu ?
Race: Tyto Alba
Santé:
La fin d'un long voyage Left_bar_bleue100/100La fin d'un long voyage Empty_bar_bleue  (100/100)
Rang: Chouette Solitaire

La fin d'un long voyage _
MessageSujet: Re: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitimeJeu 23 Aoû - 15:02

Barrans avait le regard agité, il ne put s’empêcher de regarder les yeux de l’autre chouette qui étaient d’un bleu turquoise profond, il était fasciné de voir une chouette comme celle-là, une chouette grise est blanche, avec une sorte de griffure bleu sur son visage et un pendentif à son cou, il la trouva menaçante sur le coup et ensuite charmante malgré le regard qu’elle lui lançait, néanmoins cela ne veut pas dire qu’elle est inoffensive, si elle l’attaque comme cela ca doit être pour une raison, et se faire qualifier de Sang-Pur mais qu’est-ce que c’est un Sang-pur ?

En attente de la réponse, il observait comment se postait la chouette, si il y avait pas moyen de la faire trébucher sans se faire égorger, cependant sans avoir eu d’entrainement au combat difficile de tenter d’entreprendre une riposte avec un si grand risque, le vent bâtait fort et pourrait l’aider, vu qu’elle le regardait dans les yeux il pourrait tenter de la pousser au moment ou une rafale de vent se présenterait et ainsi pouvoir s’échapper. Que faire? Attendre ou riposter d’une quelle conque manière? Barrans avait beau ne pas connaitre les situations de combat, il savait analyser une situation.

Au moment ou il alleait poussait la chouette grise d’un coup de serre dans son poitrail, il vue cette dernière plisser les yeux est ce détendre un peu, cela voulait peut être dire qu’elle allait le lâcher. Il décida a ses risques et périls de ne pas entreprendre sa fuite et d'écouter la chouette parler:

- « Moi, un Sang-Pur ? Mais tu t'es regardé ? »

Après s’être dégagée elle lui dit:

- « Hé bien.... Barrans ? C'est ça ? Je t'accorde le bénéfice du doute. De toute manière tu ne m'as pas l'air bien dangereux... »

Tout en fixant Barrans dans le regard, elle rangea son poignard et marcha tranquillement vers lui, d’un ton posé et assuré elle poursuivit ses paroles:

- « Je m'appelle Sulken. Et je suis une gardienne du Grand Arbre. Et toi ? Qu'est-tu venu chercher dans ces eaux brumeuses ? »

En répondant d’un ton sec il lui dit:

-Je ne t'ai jamais traitée de Sang-Pur, je ne sais même pas ce que c’est !


Plus tranquillement il continua:

-Tu me sous-estime on dirait, tu as beau avoir l'air de savoir te battre, sous-estimer quelqu’un pourrait causer ta perte. Donc Sulken tu es une gardienne ? Je les cherche depuis des heures sans aucun résultat.

Barrans était méfiant après cette rencontre assez… Musclée, plus confiant en lui il se permit de donner un petit conseil, qui pour ne pas mentir le fit se sentir un peu fier, en continuant sa réponse d’un air plus confiant et un peu amical il dit :

-C’est comme ça que tu rencontres les personnes Sulken? Un bonsoir aurait suffi, mais bon comment pourrait-je te croire, toi qui est certainement une gardienne ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



La fin d'un long voyage _
MessageSujet: Re: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitimeVen 24 Aoû - 16:39

Sulken senti un imperceptible mouvement venant de Barrans, et se tendit, s'encrant légèrement dans le sol à l'aide de ses puissantes serres. Bien qu'elle lui accorde une légère confiance à ses dires, il n'en demeurait pas moins suspect, et Sulken se méfiait encore un peu de lui. De toute manière... Qu'avait-elle à y gagner, de lui faire confiance tout de suite, là, après une minute de conversation ? Elle ne le connaissait même pas !
Le jeune mâle se tendit également, semblait-il. Avait-il peur d'une nouvelle attaque de sa part ? Sulken ricana un peu. Se redressant, Barrans prit à nouveau la parole.
- Je ne t'ai jamais traitée de Sang-Pur, je ne sais même pas ce que c’est !


L'Amazone plissa légèrement les yeux. Le ton sec employé par Barrans ne lui plaisait pas, mais alors pas du tout. Elle resta attentive à ses moindres paroles et gestes. Cependant, le jeune mâle voyageur sembla à nouveau se détendre, puisqu'il continua d'une voix plus posée et tranquille :
-Tu me sous-estime on dirait, tu as beau avoir l'air de savoir te battre, sous-estimer quelqu’un pourrait causer ta perte. Donc Sulken tu es une gardienne ? Je les cherche depuis des heures sans aucun résultat.C’est comme ça que tu rencontres les personnes Sulken? Un bonsoir aurait suffi, mais bon comment pourrait-je te croire, toi qui est certainement une gardienne.


Sulken sourit. Ne releva pas sa remarque de comment elle accueillait les inconnus. Elle lâcha doucement :
- Je ne sous-estime jamais mes adversaire. Ni qui que soit d'autre. Il y a tout un monde entre ce que l'on pense, et ce que l'on dit....


Elle regarda un instant les étoiles, et soupira, avant de poursuivre, plus sereine :
- C'est une technique de combat comme une autre. Faut croire à ton ennemi que tu le vois faible, et peu dangereux. Enragé, il foncera sans réfléchir, pour prouver sa valeur et te montrer à quel point tu le sous-estimes. Et commettra forcément des erreurs. C'est à cette occasion là qu'il faut attaquer.


l'effraie grise regarda Barrans dans les yeux. Elle ne prenait plus le vagabond comme un ennemi, ni comme un inconnu, mais plutôt comme quelqu'un à aider. Elle s'approcha doucement de lui.
- Mais toi, tu ne n'est pas offusqué, et tu ne t'es pas jeté sur moi. Non, tu t'es servi de ta tête, en te demandant à quel moment tu pourrais me charger et t'enfuir... Oui, ton regard, tout à l'heure, t'as trahit. Quand tu projettes une attaque, il ne faut jamais donner d'indication à ton adversaire... Sinon, tu lui donnes une possibilité de contre attaque ou d'esquive.


Elle sauta sur un rocher, un peu plus en hauteur, se retrouvant au dessus, presque, de Barrans.
- Tu sembles vif et alerte. Réfléchi et calme, plein de volonté d'apprendre... Mais... Tu ne sembles pas avoir beaucoup d'expérience, ou de vécu derrière toi.


Sulken changea de sujet, je voulant pas pousser une analyse freudienne trop loin. Ils n'avaient pas le temps.
- Alors, Barrans ? On est à la recherche des gardiens ?

Revenir en haut Aller en bas
Barrans
BarransChouette inactive


Messages : 16
Date d'inscription : 18/08/2012
Age : 25
Localisation : Dans le ciel ténébreux de la nuit tombante

Qui es-tu ?
Race: Tyto Alba
Santé:
La fin d'un long voyage Left_bar_bleue100/100La fin d'un long voyage Empty_bar_bleue  (100/100)
Rang: Chouette Solitaire

La fin d'un long voyage _
MessageSujet: Re: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitimeVen 24 Aoû - 19:15

Après la remarque employée d’un ton sec par Barrans, Sulken sembla ne pas apprécier du tout mais cela était normal de répondre d’une telle façon, il a failli se faire égorger !

Heureusement pour lui il réussi a rattrapé le coup en continuant ses paroles d’un ton détendu est amical, car un combat entre ces deux chouettes aurait était rapide, est le vainqueur n’aurait en aucun cas été Barrans.

Après le conseil donné à Sulken, celui-ci se sentit un peu fier, il n’a jamais combattu de sa vie est se permet de faire un conseil constructif a un chouette armée et entrainée, apparemment Sulken ne s’énervât pas et répliqua par des paroles non dénouées de sens:

- Je ne sous-estime jamais mes adversaires. Ni qui que soit d'autre. Il y a tout un monde entre ce que l'on pense, et ce que l'on dit....

En regardant sereinement les étoiles elle continua:

- C'est une technique de combat comme une autre. Fait croire à ton ennemi que tu le vois faible, et peu dangereux. Enragé, il foncera sans réfléchir, pour prouver sa valeur et te montrer à quel point tu le sous-estimes. Et commettra forcément des erreurs. C'est à cette occasion là qu'il faut attaquer.

Barrans l’écoutait attentivement et la regardait se déplacer doucement vers lui les yeux dans les yeux, sans rien dire il attendit qu’elle finisse de parler:

- Mais toi, tu ne n'est pas offusqué, et tu ne t'es pas jeté sur moi. Non, tu t'es servi de ta tête, en te demandant à quel moment tu pourrais me charger et t'enfuir... Oui, ton regard, tout à l'heure, t'as trahit. Quand tu projettes une attaque, il ne faut jamais donner d'indication à ton adversaire... Sinon, tu lui donnes une possibilité de contre-attaque ou d'esquive.

Elle avait compris le coup qu’il voulait lui faire si elle aurait continuer à se montrer hostile, ce qui fait sourire Barrans, il continuait de la regarder tout en l’écoutant, en sautant sur un rocher elle poursuivit:

- Tu sembles vif et alerte. Réfléchi et calme, plein de volonté d'apprendre... Mais... Tu ne sembles pas avoir beaucoup d'expérience, ou de vécu derrière toi. Alors, Barrans ? On est à la recherche des gardiens ?

A croire qu’elle analysait les situations comme lui voir mieux, ce dernier c’était tromper sur son cas.
Après ces paroles, Barrans décida de répondre toujours d’un air amical mais aussi impressionné, à croire qu’il était hypnotisé par son intelligence:

-Je me suis trompé sur toi… J’ai cru que tu me sous-estimait mais… Comme tu la deviner je n’ai aucune expérience dans le combat, mes yeux m'ont trahi.

En souriant il regarda Sulken dans les yeux et continua:

-Oui je recherche les Gardiens, cela fait trois lunes que je voyage et bientôt deux heures que je vole dans cette mer, je ne m’attendais pas à voir quelqu’un arriver et encore… Me plaquer mais si tu dis que tu es une gardienne, et si tu es prête à m’aider je veux bien te faire confiance.

En marquant une pause pour se frotter le cou ou cette dernière avait mis le poignard, il dit:

-Sulken la chouette aux yeux couleur turquoise, est-tu prête à m’aider ? Je souhaite rejoindre les gardiens, en apprendre plus sur les technique de combat, ma cause est juste… Du moins pour moi… Dit-il en regardant le sol d’un air triste.

Barrans était triste rien qu’en disant cela, le moindre mot qui lui faisait souvenir sa compagne morte le rendait triste, et il ne cachait pas sa tristesse.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



La fin d'un long voyage _
MessageSujet: Re: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitimeVen 24 Aoû - 21:00

Sulken, ne se fit pas attendre longtemps pour avoir une réponse de la part du jeune mâle. Tranquillement, sans aucune trace d'animosité ou de méfiance, il lui répondit d'un ton amical :
-Je me suis trompé sur toi… J’ai cru que tu me sous-estimait mais… Comme tu la deviner je n’ai aucune expérience dans le combat, mes yeux m'ont trahi.


Sulken acquiesça en silence, un petit sourire naissant sur son bec anthracite. Barrans reconnaissait ses erreurs. Le jeune voyageur remonta dans son estime. Il la regarda dans les yeux, avant de continuer, sur le même ton amical :
- Oui je recherche les Gardiens, cela fait trois lunes que je voyage et bientôt deux heures que je vole dans cette mer, je ne m’attendais pas à voir quelqu’un arriver et encore… Me plaquer mais si tu dis que tu es une gardienne, et si tu es prête à m’aider je veux bien te faire confiance.


La jeune femelle le vit se masser le cou, à l'endroit où elle l'avait menacé de son arme. Le poignard, qui était toujours sur elle, prêt à la protéger si le besoin s'en faisait sentir. Mais Sulken n'en n'avait pas besoin, là maintenant. Elle sentait que le gésier de Barrans était noble, et pur. Cette chouette, qu'elle avait prit pour un Sang-Pur au début, voulait rejoindre les gardiens. Il avait tellement de chose à apprendre, mais semblait tellement enthousiaste... Par moment, il lui rappelait un peu Soren... Effraie vaillante, au gésier puissant et indéfectible.


Barrans ajouta, d'un a solennel :
-Sulken la chouette aux yeux couleur turquoise, est-tu prête à m’aider ? Je souhaite rejoindre les gardiens, en apprendre plus sur les technique de combat, ma cause est juste… Du moins pour moi… Dit-il en regardant le sol d’un air triste.



L'Amazone pencha la tête sur le côté. Barrans semblait... Ailleurs. Comme si l'évocation de sa cause lui donnait des réminiscences douloureuses sur un quelque événement antérieur à leur rencontre. L'Amazone, de sa voix la plus douce, répondit :
- Barrans... Quoi qu'il en ai été dans le passé... Ta cause est juste, et honorable....


Elle descendit de son rocher, pour se tenir juste en face de Barrans. Inclinant encore une fois la tête sur le côté, elle fit un petit sourire triste :
- Tu sais... On a tous eut des moments douloureux, dans notre vie. Beaucoup de gardiens ont vécu la perte de leur proche... D'autres ne sont même plus là pour en parler...

Elle soupira, avant de se redresser. Il fallait changer de sujet, ce n'était pas sain, de parler de tout cela maintenant, et surtout ici.
- Barrans... Tout à l'heure, tu as reconnu tes erreurs. C'est bien. Même très bien, car même les plus grand guerriers n'avaient pas l'humilité de reconnaitre leur tords. Reconnaitre ses erreurs, c'est accepter un échec, et tout faire pour qu'il ne se reproduise plus. C'est comprendre d'où il vient, pour éviter de faire la même erreur deux fois. C'est la première étape pour progresser.

L'effraie grise lui sourit, avant d'ajouter
- Tu feras un excellent gardien, j'en suis sûre. Je suis prête à t'emmener au Grand Arbre, sur l'île de Hoole. Je suis également prête, si tu le veux, à être ta mentor, là bas. J'ai achevé ma formation il y a des lunes, et prendre un apprenti ne me poserait aucun problème... Enfin, il faudra voir ça avec le Parlement. Alors, Barrans... Prêt à terminer ta quête de l'Arbre ?

Sulken s'envola, et fit quelques battement d'ailes sur place, attendant le réponse du jeune mâle. Après tout, s'il prenait peur, ou changeait d'avis, elle ne lui en tiendrait pas rigueur, et retournerait seule au Grand Arbre. Cela ne lui posait aucun problème.
Revenir en haut Aller en bas
Barrans
BarransChouette inactive


Messages : 16
Date d'inscription : 18/08/2012
Age : 25
Localisation : Dans le ciel ténébreux de la nuit tombante

Qui es-tu ?
Race: Tyto Alba
Santé:
La fin d'un long voyage Left_bar_bleue100/100La fin d'un long voyage Empty_bar_bleue  (100/100)
Rang: Chouette Solitaire

La fin d'un long voyage _
MessageSujet: Re: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitimeSam 25 Aoû - 15:50

La tristesse envahissait Barrans, il ne pouvait pas la cacher tellement et il baissa la tête pour éviter que Sulken vois un début de larme sortir de son œil droit. Il ne pouvait pas penser à cela surtout devant une autre chouette. En effet, pour assouvir sa vengeance, Barrans se devrait d'être fort et l’aide de Sulken lui serrait bien utile. Mais pour le moment Barrans ne pouvait s'empêcher de penser a sa compagne. Quand Sulken descendit de son rocher et répondit a Barrans de sa voix la plus douce:

- Barrans... Quoi qu'il en ai été dans le passé... Ta cause est juste, et honorable....
- Tu sais... On a tous eut des moments douloureux, dans notre vie. Beaucoup de gardiens ont vécu la perte de leur proche... D'autres ne sont même plus là pour en parler..


Ce geste d’attention rappela à Barrans son ancienne compagne, il n’avait jamais eu un geste d’attention comme celui-ci de la part d’une autre chouette, ce qui lui mit du baume aux gésiers.

Les paroles de Sulken le réconforta profondément, ne pensant pas trouver une chouette attentionnée comme celle-là, si les gardiens sont de cette valeur la, Barrans allait se sentir bien avec eux, il releva la tête en direction de Sulken et lâcha un sourire amical.

Tout en se redressant, Sulken changea de sujet, peut-être avait-elle compris que ce n’était pas le bon moment pour parler du passé de Barrans:

- Barrans... Tout à l'heure, tu as reconnu tes erreurs. C'est bien. Même très bien, car même les plus grand guerriers n'avaient pas l'humilité de reconnaitre leur tords. Reconnaitre ses erreurs, c'est accepter un échec, et tout faire pour qu'il ne se reproduise plus. C'est comprendre d'où il vient, pour éviter de faire la même erreur deux fois. C'est la première étape pour progresser.
- Tu feras un excellent gardien, j'en suis sûre. Je suis prête à t'emmener au Grand Arbre, sur l'île de Hoole. Je suis également prête, si tu le veux, à être ta mentor, là bas. J'ai achevé ma formation il y a des lunes, et prendre un apprenti ne me poserait aucun problème... Enfin, il faudra voir ça avec le Parlement. Alors, Barrans... Prêt à terminer ta quête de l'Arbre ?


Cette chouette Grise avait l’air de vouloir venir en aide à Barrans, il ne s’attendait pas à ce que au final elle lui propose son aide, évidemment Barrans accepta avec joie. Il n’avait pas fait tous ce chemin pour se décourager ! De plus, maintenant qu'il avait un Mentor pour l’aider, une chose plus qu'inespérée, il était encore plus décidé à mener à bien sa quette.

En voyant Sulken s’envoler pour battre des ailes sur place, il fit de même et se propulsa en avant. Il utilisa la force du vent et fit un Roulis-Boulis pour montrer sa joie et le réconfort que Sulken lui avait donné:

-Je te remercie Sulken, grâce à toi l’espoir revient en moi ! J’accepte avec grand plaisir ton aide, je souhaite devenir ton apprenti et te suivrai jusqu’à l’Arbre de Ga’hoole ! Dit-il avec grande joie.

Les deux chouettes s’envolent à présent en direction du Grand arbre…

[Prochaine réponse Ethyl :) ]
Revenir en haut Aller en bas
Ethyl
EthylGardien(ne) d'élite - Membre du squad Oméga
Gardien(ne) d'élite - Membre du squad Oméga


Messages : 169
Date d'inscription : 22/06/2012

La fin d'un long voyage _
MessageSujet: Re: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitimeDim 26 Aoû - 4:05

Ethyl faisait maintenant vol vers sa maison, le grand arbre de Gahoole, qui était aussi celui de sa tendre Achlys. Jamais il n'avait osé l'espérer, mais une chouette comptait pour lui plus que tout, et il voulait lui rendre la pareille, pour lui prouver son amour. C'était une sensation étrange que de partager un amour mutuel, un lien nouveau pour Ethyl qui n'avait appris qu'à vivre dans la plus profonde des solitude.

C'était pour cette raison que la petite effraie avait vu d'un très mauvais oeil cette mission, ce chantage pour ainsi dire. En effet, l'annonce des membres du conseil avait été claire et l'avait choquée au plus profond de son être. C'était presque répugnant de leur part, presque comme une nouvelle façon de rabaisser Ethyl à la place d'un simple pantin qu'on envoi se faire tuer pour un oui ou pour un non. Car la liberté d'Achlys dans l'arbre ne dépendait maintenant que de lui, elle ne dépendait que de la réussite de cette mission...

La petite effraie noire n'en était plus qu'à une journée de vol du grand arbre de Gahoole, la journée qui allait sûrement être la plus longue de toute sa vie. Et dire que Achlys l'attendait de l'autre côté de la mer d'Hoolemere, rendant son périple presque indispensable. Il devait tenir bon, et faire face à une tempête qu'il craignait par dessus tout. Ces phénomènes météos n'étaient que de la perfidie pure : se formant aussi rapidement qu'ils disparaissaient, étant le siège même du chaos venteux...

Pourtant, avait-il le choix ? Résister, il se devait de résister ! Le vent ne faisait que lui arracher les plumes une à une, rendant sa portance de plus en plus faible. Chaque battement d'aile qu'il entreprenait lui demandait une force incroyable mais ne compensait en rien sa perte d'altitude. Un fois encore, Ethyl confondait action et précipitation, mais cette erreur allait sans doute être sa dernière. Il n'y arrivait plus, il n'avait plus la force... et sa taille ridicule transformait la moindre bourrasque en un mur venteux infranchissable.

Ses ailes lui faisait mal, mais il refusait d'écouter... Il y avait une chouette qui comptait sur lui au grand arbre... et sa liberté dépendait de la réussite d'Ethyl. Ce n'était pas vraiment sa mort qui lui faisait peur, mais plutôt l'avenir qu'il allait offrir à Achlys. Personne d'autre que lui avait cru en sa métamorphose et il s'était fallut de peu pour qu'elle finisse sa vie dans la prison du grand arbre. Il s'était donc juré de la protéger coute que coute !

Soudain, un énorme trou d'air s'engouffra dans les ailles d'Ethyl et le fit plonger comme une pierre. La situation était maintenant critique et aucun de ses battements d'aile ne lui permettait de controler sa chute inexorable. Il allait se crasher dans la mer d'hoolemere !!!
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



La fin d'un long voyage _
MessageSujet: Re: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitimeDim 26 Aoû - 18:33

Sulken attendit la réaction du jeune Barrans. Celui-ci sauta dans les airs, enthousiaste, et cria, remplit d'une joie nouvelle :
- Je te remercie Sulken, grâce à toi l’espoir revient en moi ! J’accepte avec grand plaisir ton aide, je souhaite devenir ton apprenti et te suivrai jusqu’à l’Arbre de Ga’hoole !
- Alors allons-y ! ria la femelle grise, elle-même aussi radieuse que Barrans l'était.

Barrans effectua une très joli figure de vol, avant de la suivre.
Les deux jeune chouettes effraies s’envolèrent donc au dessus de la mer. L'Amazone prit la tête de l'expédition, montrant le chemin au voyageur. En dépit du vent et de la brume, ils filaient de bon train, Sulken donnant des astuces de vol au jeune mâle, lui montrant comment adopter une position plus aérodynamique, ou comment offrir le moins de résistance au vent :
- Barrans !

Sulken criait pour couvrir le vent qui se faisait de plus en plus fort, de manière que ce que le concerné puisse l'entendre
- Bien, écoutes-moi ! Le vent vient de l'avant. Il faut lui donner le moins de surface possible pour ne pas ralentir. C'est un exercice difficile, mais essentiel. Tu vois tes ailes ? Mal positionnées, elle te ralentissent. Pire, l'air peur s'y engouffrer, et te faire décrocher en un rien de temps ! te faire tomber comme une pierre ! Il faut les mettre le plus horizontal possible... Comme ça !

Sulken adopta un vol ample, et soigna ses battements d'ailes, pour que ses plumes, et le reste de son corps, offrent le moins de surface au vent. Elle ne pouvait que tourner très peu la tête, mais suffisamment pour voir Barrans qui la suivait toujours.
- Mets toute ton énergie dans chaque battement d'aile ! Celui que tu fais doit être plus puissant que le précédent !

Sulken, qui s’essoufflait à se faire entendre en criant, concentra ses interventions en encouragements pour le jeune mâle. Il avait un gésier et ne manquait pas de s'en servir, et réussirait cette épreuve que leur imposait le climat local. Sulken était depuis déjà longtemps rodée à ce genre d'intempéries, ne peinait pas trop. Sa grosse difficulté était de ne pas aller trop vite pour ne pas que Barrans ne la perde de vue. Or, elle constituait son seul ticket d'entrée au Grand Arbre, à présent. Seul perdu par un temps pareil, un voyageur ne ferait pas long feu, même avec une intuition, un instinct, ou un gésier exceptionnels. Sauf s'il savait se servir de ce dernier, peut-être. le jeune femelle grise n'avait jamais été forte pour les statistiques. Et encore moins avec les suppositions. à chaque fois que quelqu'un exposait sa thèse en commençant pas "Si..." elle répondait toujours :
"Avec des "Si" et des "Mais" on mettrait Ga'Hoole en bouteille !

Et elle regardait, amusée, la mine dépitée de son interlocuteur. Pour elle, si un raisonnement n'avait pas des bases solides et fondées, il ne valait rien. Oh, elle l’écoutait sans doute -elle adorait ça. Mais l'effraie grise adorait chercher des failles dans les thèses des autres, et ne se gênait pas pour les partager. Elle-même défendait son point de vue Bec et serres (ou "bec et ongles, dirons-nous chez nous), et ne se laissait jamais marcher dessus.
...

Un cri la ramena à la réalité. Elle se tourna vers Barrans, interloquée :
- C'est toi qui a crié comme ça ?

Le cri, un hululement lointain, recommença. Ce n'était pas son compagnon de voyage. l'Amazone plissa les yeux, tentant de distinguer l'origine de ce bruit. Son poignard avait déjà glissé dans sa patte, prêt à l'usage. Enfin, elle le vit.

Une ombre, d'une petite, toute petite chouette, vers sa droite.
- Barrans ! Par là ! à Tribord !

Sulken décrocha, avant de se lancer à la rencontre de l'inconnue. Elle manqua de piquer dans les orties, lorsqu'elle vit que la petite chouette sombre, petite de deux fois moins sa taille, était une effraie. Noire. l'effraie grise plissa les yeux... Elle avait déjà croisé une effraie de cette couleur au Grand Arbre... Mais cela ne voulait rien dire, il pouvait aussi bien s'agir d'un ennemi. Sulken avait toujours été très méfiante là dessus.

Soudain, l'effraie noire, emportée par une bourrasque de vent, perdit le contrôle de son vol. L'Amazone le vit chuter à la vertical, comme inerte. Sans réfléchit d'avantage, elle plongea sur lui. Dans un même mouvement, elle rangea son arme, et attrapa l'effraie en vol, avant de remonter rejoindre Barrans. L'effraie tressaillit ; la chouette inconnue portait des serres de combat. C'était un guerrier, donc.
Le vent à nouveau dans le disque facial, Sulken, eut du mal à garder le cap. Se contentant de voler sur place, elle lança à l'inconnu :
- Alors ? On a des petits problèmes de logistique ?



Revenir en haut Aller en bas
Barrans
BarransChouette inactive


Messages : 16
Date d'inscription : 18/08/2012
Age : 25
Localisation : Dans le ciel ténébreux de la nuit tombante

Qui es-tu ?
Race: Tyto Alba
Santé:
La fin d'un long voyage Left_bar_bleue100/100La fin d'un long voyage Empty_bar_bleue  (100/100)
Rang: Chouette Solitaire

La fin d'un long voyage _
MessageSujet: Re: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitimeDim 26 Aoû - 19:50

Les deux chouettes volent à présent en direction du Grand Arbre.

Pendant le voyage Sulken commença à donner des conseils de vol à Barrans, en criant pour que celui-ci l’entende à travers le vent, le vent soufflait fort et le long voyage de Barrans l’avait fatigué du coup Sulken avait surement crue qu’il avait besoin d’aide en technique de vol.

Bien, écoutes-moi ! Le vent vient de l'avant. Il faut lui donner le moins de surface possible pour ne pas ralentir. C'est un exercice difficile, mais essentiel. Tu vois tes ailes ? Mal positionnées, elle te ralentissent. Pire, l'air peur s'y engouffrer, et te faire décrocher en un rien de temps ! te faire tomber comme une pierre ! Il faut les mettre le plus horizontal possible... Comme ça !
Mets toute ton énergie dans chaque battement d'aile ! Celui que tu fais doit être plus puissant que le précédent !


Barrans vue Sulken sa nouvelle mentor s’essouffler à force de crier pour lui donner des conseils.

Barrans souri un instant en se disant qu’elle croit lui apprendre certaine chose sur le vol, mais ne disait rien et écouta quand même, il comptait lui en mettre plein la vue sur sa façon de voler au lieu de parler et faire croire qu’il était têtu.

Le vent frappait fort, Barrans était fatigué mais le voyage se terminera bientôt, il suivait Sulken qui lui montrait le chemin.

Quelle chance d’avoir trouvé une chouette qui souhaite aider Barrans, il était heureux, grâce a elle il va pouvoir accomplir de grande chose.

Tout à coup Sulken s’adressa à Barrans :

- C'est toi qui a crié comme ça ?

Un crie ? Mais quel crie ? Barrans ce demanda la raison de cette question, sans même avoir le temps de répondre :

- Barrans ! Par là ! à Tribord !

Il vue Sulken foncer en direction d’une ombre qui tombait dans la mer, en ce rapprochant il vue que c’était une chouette, un Tyto tout petit et noir qui c’était pris surement une bourrasque et dégringola, pas étonnant vue sa petite taille celui-ci perdit le contrôle.

Sulken eu le temps de le rattraper, heureusement d’ailleurs car il aurait perdu la vie dans ce cas-là, en se rapprochant vers Sulken et l’inconnue pour voir ce qu’il s’y passait.

D’un sourire moqueur il dit à cette chouette :

-Alors petite chouette, on pique dans les orties ? Tu portes des serres de combat à ce que je vois, tu n’es pas un peu… jeune pour ça ?

Après avoir regardé plus attentivement cette chouette il vue que finalement ce n’était pas de la jeunesse mais juste sa taille qui le trompait.

-Non je corrige mes paroles, tu n’es pas jeune mais juste d’une taille… qualifions la de… correcte.

Barrans n’avais pas dans son habitude de se moquer, mais pour le coup il ne pouvait pas s’en empêcher.

La petite chouette avait l’air énerver, à croire que Barrans avait mal parlé et que sa chute devant eux l’avait humilié, il avait des serres de combat peut être mais si il voulait tenter quelque chose contre Sulken et Barrans, c’était impossible car il retombera nette dans la mer après une bousculade.

- Que fais-tu ici ? En pleine tempête ? Frôler la mort est une activité quelque peu étrange, tu aurais s’en aucun doute rencontré Glausis si on ne serait pas passer par la !
Revenir en haut Aller en bas
Ethyl
EthylGardien(ne) d'élite - Membre du squad Oméga
Gardien(ne) d'élite - Membre du squad Oméga


Messages : 169
Date d'inscription : 22/06/2012

La fin d'un long voyage _
MessageSujet: Re: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitimeVen 14 Sep - 22:50

Pour la première fois de sa courte vie, Ethyl abandonnait. Que pouvait-il faire face à une tempête plus forte que lui ? Les quelques secondes de sa chute avait un air de durer éternellement sans qu'il puisse contrôler quoique ce soit. On disait que juste avant la mort, on voyait sa vie défiler en un instant, mais les on disait n'avait jamais eu de place dans les pensées d'Ethyl. Non, ce qu'il voyait, c'était un ciel désespérément gris. Les gouttes venaient lui taper violemment le disque facial, l'obligeant à fermer les yeux.

Un bref instant, Ethyl tenta de reprendre le contrôle sur cette chute mais sans aucun point de repère sur où se trouvait l'horizon, ses quelques coups d'aile ne faisait qu'empirer une situation qui était plus que désespérée. Pourtant, en un éclair, il se senti comme tiré par les serres. Il entrouvrit alors les yeux et vit une ombre de presque deux fois sa taille qui agrippait avec force. Sulken, il là reconnaissait à son pendentif, c'était elle !!! Jamais il n'aurait cru ressentir un tel soulagement à voir une chouette qu'il avait pourtant du mal à côtoyer au grand arbre. Elle lui avait toujours semblé très indépendante dans sa façon de penser et toute discussion qu'il avait eu avec elle avait fini en un au revoir aussi sec que irrespectueux. Mais après tout, peut-être était elle comme lui, et que leur force d'esprit mutuelle transformait leur relation en une confrontation inéluctable. Peut-être que le problème venait simplement de sa façon d'être... son passé lui ayant prouvé qu'il n'avait jamais réussit à montrer tout le respect qu'il devait aux autres.

Une fois qu'ils reprirent suffisamment d'altitude, et que la bourrasque sournoise dont il avait réchappé de justesse était terminée, Sulken lâcha sont remprise sur ses serres. En un éclair, elle lui fit face grâce à un vol stationnaire aussi périlleux qu'incroyable. Jamais Ethyl aurait été capable de réaliser une telle prouesse dans une telle tempête, encore moins dans l'état où il était. Son plumage ne lui donnait pas fière allure et l'eau qui avait imbibé les quelques plumes encore en état de fonctionnement faisait un sifflement désagréable à chacun de ses battements d'aile.

- Alors ? On a des petits problèmes de logistique ?


Ethyl n'était pas certain si le ton employé était plutôt moqueur, comme Sulken l'avait si souvent habitué ou simplement un moyen d'introduire une bride de conversation après le choc qu'il venait de vivre. Après tout, il lui devait la vie. Sans elle, il n'aurait jamais pu revoir sa bien aimée, avec tous les risques qui étaient liés au sursit que le conseil lui avait apporté.

« Sulken !!! » s'exclama-t-il avec un ton mélangeant joie et rudesse. « Tu es bien la dernière chouette à qui je m'attendait mais merci pour ton aide... » ajouta-t-il avec beaucoup plus de calme. « Drôle de temps pour se dégourdir les ailes, hein ? »

La petite effraie avait bien du mal à tenir son vol et préféra se tourner face au vent dans grace à un battement d'aile bien incertain. En se tournant, il se trouva face à une chouette qu'il n'avait jusqu'à lors jamais rencontré. Cette chouette avait l'air bien jeune, un large sourire au bec qui contrastait avec la situation désastreuse qu'il venait de vivre. Etait-il un nouveau gardien qui avait intégré l'arbre depuis son départ ? Et si oui, que faisait-il serres nues dans un lieu aussi inhospitalier ? Le vent soufflait à grandes rafales. Il sifflait dans ses canaux auditifs au point de rentre Ethyl presque

-Alors petite chouette, on pique dans les orties ?

Quel croupion !!! Voilà que ce mou du croupion lui faisait des remarques. Ethyl était à deux doigts de perdre son calme mais la situation actuelle ne lui permettait simplement pas de rétorquer quoique ce soit. Lui ? Piquer dans les orties ? Jamais ! Savait-il au moins ce que c'était d'être emporté par le vent comme une vulgaire feuille morte.

Tu portes des serres de combat à ce que je vois, tu n’es pas un peu… jeune pour ça ?


La jeune effraie qu'il avait en face de lui ne sembla même pas prêter attention au regard noir qu'Ethyl lui lançait. Pourtant, il suffisait dans bien des situations à clouer le bec aux chouettes trop bavardes. Quand Ethyl n'était pas d'humeur, il ne fallait pas en rajouter. Une fois qu'il avait trouvé une victime pour libérer sa colère, elle finissait toujours avec un bon lot de plumes en moins. Ce n'était pas parce qu’il avait réchappé à la mort qu'il se laisserai insulter de la sorte.

-Non je corrige mes paroles, tu n’es pas jeune mais juste d’une taille… qualifions la de… correcte.

Critiquer une chouette de par sa taille... même lui n'y avait pas pensé. Quelle idée stupide ! Cela lui remémorait les douloureuses épreuves qui avaient fait de lui un solitaire... un rejeté. Alors une grande colère monta en lui. Il était prêt à fondre sur lui à la seconde, prêt à couper la tête à cette demi portion rien que pour entretenir sa légende. PERSONNE n'avait encore osé l'insulter de la sorte sans en sortir indemne et ça n'allait pas changer de la nuit au lendemain. Il observa la réaction de Sulken face aux mots de l'effraie blanche mais rien ne semblait là surprendre. Son regard avait toujours été difficile à lire et c'est ce qui avait rendu leur conversations si froides.

- Que fais-tu ici ? En pleine tempête ? Frôler la mort est une activité quelque peu étrange, tu aurais s’en aucun doute rencontré Glausis si on ne serait pas passer par la !

A la seconde où Barrans fini sa phrase, Ethyl n'hésita pas et fondit sur lui comme un éclair en l'agrippant par le cou. Il avait retrouvé toute sa force en même temps que la rage était montée en lui et bloqua une aile de la jeune effraie blanche par son autre serre. Il allait apprendre à cette chouette ce qu'était les bonnes manières quand on se trouvait face à un tueur. Il eu bien du mal à tenir la position si bien que les deux chouettes commencèrent à perdre de l'altitude dangereusement. Pourtant, la colère était telle qu'Ethyl n'y prêtât pas attention. Impulsif, lui ? Pour sûr qu'il l'était. C'est à peine si il étira ses ailes pour stabiliser leur chute. Sans lâcher son emprise sur le cou de sa victime, Ethyl lui dit d'une voix calme, un petit sourire mesquin au bec.

« Non, je ne suis pas trop jeune pour porter des serres de combat... mais si tu veux y goutter, tu me le fais savoir !!! »

Le vent continuait de les bousculer dans leur descente inéluctable vers les eaux tumultueuses d'Hoolemere. Pourtant, Ethyl ne lâcha toujours pas sa prise. Il voulait que cet oiseau moqueur comprenne à qui il avait à faire. En quelques coups d'ailes pour contrôler leur chute, Ethyl repris

« Et si tu veux savoir ce qu'on ressent en étant pris de haut par les autres à cause de sa taille, je peux te proposer une méthode très efficace pour le comprendre »
lui dit-il en resserrant son emprise sur le cou de Barrans. Si Sulken n'avait pas été là, il n'aurait pas hésité à couper en deux cet inconnu. Pour l'instant, il espérait que la chouette blanche avait compris la leçon et qu'elle réfléchirai à deux fois pour ses prochaines tirades moqueuses. C'est alors qu'il projeta Barrans dans les airs, le libérant enfin de son emprise. Peu importe si sa victime n'arrivait pas à retrouver son vol avant de percuter la mer d'Hoolemere. Pour lui, son honneur était sauf, il s'était fait faire respecter.

En quelques coups d'aile vigoureux, il stabilisa donc son vol et observa tout de même du coin de l'oeil quelle manœuvre Barrans allait user pour se sortir d'une chute aussi affreuse.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



La fin d'un long voyage _
MessageSujet: Re: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitimeMar 2 Oct - 22:51

Sulken, reconnu Ethyl, le gardien noir du Grand Arbre. C’’était vraiment un gardien de la nuit, puisqu’il était la nuit. D’un beau noir d’encre, comme elle. Et, à l’instar de cette dernière, quelques étoiles semblaient briller sur l’épaisse toile noire de ses plumes, résultats de délicats reflets de la lumière. C’était une petite chouette, qui faisait la moitié de la taille d’une effraie commune.

L’Amazone le relâcha, après s’être assuré qu’il était toujours apte à voler de lui-même. Au fond d’elle, la jeune femelle se demandait ce qui avait pu lui arriver pour qu’il se soit mit dans un pareil pétrin.
- Sulken !!! Tu es bien la dernière chouette à qui je m’attendais mais merci pour ton aide… Drôle de temps pour se dégourdir les ailes, hein ?
- Contente d’avoir pu t'aider… Ethyl…

Sulken sourit, mais le vent sembla emporter ses paroles au loin. Elle ne su jamais si Ethyl l’avait entendu ou non. D’un mouvement d’aile court et instable, il décida de lutter, face au vent. Sulken restait attentive, au cas où il soit encore emporté par une bourrasque. Du coin de l’œil, elle surveillait également Barrans, vérifiant régulièrement si le jeune nouveau les suivant toujours. Après tout, un novice n’était pas aussi entraîné, et donc pas aussi endurant que des gardiens, qui eux, avaient des années d’expérience.

Elle connaissait mal Ethyl, mais connaissait deux, trois trucs sur lui. Aussi, lorsque Barrans, avec une franchise et une naïveté à toute épreuve l’aborda d’un ton plaisantin, Sulken serra le bec, et se tendit, en prévision de la réaction de la petite effraie noire.

-Alors petite chouette, on pique dans les orties ?Tu portes des serres de combat à ce que je vois, tu n’es pas un peu… jeune pour ça ?


L’Amazone regarda tour à tour Ethyl et Barrans. Le premier était incroyablement calme. Mais la jeune femelle savait qu’il ne fallait pas s’y fier. Intérieurement, le mâle noir bouillait. Il était de ces chouettes qui gardaient toutes vos paroles en mémoire, et qui, d’un seul coup, étaient capables de vous les resservir comme des armes, et ce même plusieurs années plus tard.
Bref, Barrans venait de signer son arrêt de mort.

Celui-ci du sentir sa bourde, car il se corrigea. Mais, au lieu de rectifier le tir, comme dirait la jeune femelle, il s’enfonça encore plus dans les méandres de la gaffe royale. Elle leva les yeux au ciel, consternée. Même avec la meilleure volonté du monde, elle ne pourrait pas lui venir en aide, surtout si c’est Ethyl qui le prend en chasse… Paix à son âme…
-Non je corrige mes paroles, tu n’es pas jeune mais juste d’une taille… qualifions la de… correcte.

Elle tomba des nues en entendant cette excuse… Encore plus nulle que l’argumentation elle-même. Elle siffla, méprisante… Elle ne savait rien de cette grande chouette marron, mais elle ne s’attendait vraiment pas à ce qu’il critique… quelque chose d’aussi discriminatoire que la taille d’une chouette ! Même Ethyl sembla tout étonné.

La femelle le vit plisser les yeux, la rage et la colère s’infiltrant à lui. Elle aurait aimé crier à Barrans de s’enfuir, mais quelque chose l’en empêchait. Il voulait devenir un guerrier, livrer des batailles, et se battre… Très bien, qu’il commence à connaitre ses allier, et à savoir se défendre.


Pire, Barrans continua sur la lancée
- Que fais-tu ici ? En pleine tempête ? Frôler la mort est une activité quelque peu étrange, tu aurais s’en aucun doute rencontré Glausis si on ne serait pas passé par là !

Et Sulken eut envie de le baffer.

….

Ethyl semblait avoir eut la même idée, puisqu’il se jeta sur Barrans, plus vif que l’éclair. En une fraction de seconde, il avait réussi à lui bloquer une aile, tout en l’étranglant à moitié.
La taille ne fait pas tout... pensa Sulken, moqueuse.

Connaissant bien les sautes d’humeur de l’effraie noire, l’Amazone savait qu’il fallait rester à l’écart… Ce qui ne l’empêchait pas de partager l’avis du jeune mâle au plumage sombre.

Les deux mâles perdaient de l’altitude. Sulken s’était arrêtée pour suivre la scène, haussant un sourcil, et attendant l’issue de la leçon de respect imposée par Ethyl. Il parla finalement, d’une vois calme et froide :
- Non, je ne suis pas trop jeune pour porter des serres de combat... mais si tu veux y goutter, tu me le fais savoir !!! Et si tu veux savoir ce qu'on ressent en étant pris de haut par les autres à cause de sa taille, je peux te proposer une méthode très efficace pour le comprendre
Et si tu veux savoir ce qu'on ressent en étant pris de haut par les autres à cause de sa taille, je peux te proposer une méthode très efficace pour le comprendre.


Puis il le relâcha. Mais Sulken savait qu’il n’aurait pas hésité à le tuer. Elle croisa le regard de l’effraie noire, et hocha simplement la tête. Ethyl s’envola, et vint à sa rencontre, avant de se tourner vers Barrans qui chutait. En silence, les deux gardiens regardèrent comment le novice allait se sortir de cette mauvaise passe. Sulken, pour passer le temps, meubla la conversation :
- Tu l’as gâté, avec cette chute-là… Une de tes plus réussies, je trouve… Nouvelle technique ?

Elle n’irait pas le chercher. C’était un test, et il fallait qu’il le réussisse tout seul. Soit il survit, et ils continuèrent leur route en direction de l’île de Hoole et du Grand Arbre ; Soit il échoue, et meurt. Et le Grand Arbre n’entendra jamais parler de lui. S’il était assez fort, ou malin, ou même s’il avait assez la rage de vaincre et de réussir, alors peut-être serait-il de l’étoffe des gardiens. Après tout, on ne prenait pas n’importe qui chez les Gardiens.

Revenir en haut Aller en bas
Barrans
BarransChouette inactive


Messages : 16
Date d'inscription : 18/08/2012
Age : 25
Localisation : Dans le ciel ténébreux de la nuit tombante

Qui es-tu ?
Race: Tyto Alba
Santé:
La fin d'un long voyage Left_bar_bleue100/100La fin d'un long voyage Empty_bar_bleue  (100/100)
Rang: Chouette Solitaire

La fin d'un long voyage _
MessageSujet: Re: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitimeMar 12 Mar - 23:20

La peur... la peur... quel sensation que cela, ressentir l’approche de la mort, ressentir la crainte envers un autres.... la peur... sans la peur que somme nous, qu'est le monde sans cette sensation, autant une contrainte qu'une aide, sans cela nous accomplissons beaucoup de chose, mais avec, nous pouvons accomplir encore plus, la peur...

Les quelque mots de moquerie de Barrans envers Ethyl lui fit comprendre ce que c'était de craindre quelqu'un, ces quelque mots aussi futile qu'il pouvait être fit montait une colère noir a cette chouette, c'était une question d'honneur pour lui.

Barrans ne put rien faire, après s'être moquer d'Ethyl, après avoir sorti sa dernier phrase, son dernier mot Ethyl fondit sur Barrans, l'attrapa par le cou et bloqua une de ces ailes, Barrans immobiliser et Ethyl tentant de garder son emprise sur lui, les deux chouette commencèrent a piquer en direction de la mer.

Tendit que les deux chouette tomber a toute vitesse dans les profondeur de la mer, Ethyl regarda Barrans d'un regard noir et lui dit d'un air très calme.

« Non, je ne suis pas trop jeune pour porter des serres de combat... mais si tu veux y goutter, tu me le fais savoir !!! »
« Et si tu veux savoir ce qu'on ressent en étant pris de haut par les autres à cause de sa taille, je peux te proposer une méthode très efficace pour le comprendre »


Effectivement il n'avait pas tord, Barrans le pris de haut et le sous-estima a cause de sa petite taille, il n'aurait pas du car cette chouette noir était apparemment un grand guerrier, surtout pour Barrans qui lui ne connaissait encore rien au combat, donc pour ainsi dire, toute chouette qui connaissent l'art du combat était de grand guerrier pour lui.

Au bout d'un moment Ethyl finit par lâcher Barrans pour rejoindre Sulken qui regarder la scène avec attention, aucune des deux n'allait l'aider.

Au fond de ces pensait Barrans n'était pas trop surpris que personne ne lui vienne en aide, après tous il était nouveau et avait était au-dieu, ces deux chouette avait déjà tuer et voir quelqu'un mourir comme cela n'était rien pour eux mais malgré tous Sulken lui proposa sont aide et le fait de ne pas l'aider était peut être un test pour voir ces capacité.

Malgré les compétence de combat d'Ethyl et de l'emprise qu'il avait soumis a Barrans, il était extrêmement doué en vol, peut être même plus qu'Ethyl et Sulken, la chute qu'il était en train de faire n'était rien pour lui et n'aurait aucun de mal a en échapper.

Barrans attendit le moment ou une bourrasque de vent allé frapper, il attendit tel qu'il lui restait que quelque mettre entre lui et la mer, au moment ou la bourrasque frappa Barrans déploya ces ailes et repris de l'altitude en un éclair, il monta en direction des deux chouettes et passa entre eux deux pour disparaître dans les nuage, Ethyl et Sulken le suivir du regard jusqu'à le perdre de vue.

Après un petit moment d'attente il réapparu derrière Ethyl et commença a faire un vol circulaire autour de lui, Barrans le fixer du regard, la cause pour la-quel Barrans voulait se battre était plus forte qu'autre chose pour lui, rien n'allait l’arrêter, il en laisserai la vie, Ethyl avait beau l'avoir fait frôler la mort il n'hésitera pas a l'affronter, toutefois il en perdis pas la notion de la peur.

Barrans continuer son vole circulaire autour d'Ethyl et d'un coup sec il prit de la hauteur pour commencer a charger Ethyl serre sortie, tête baisser, Barrans avait conscience qu'il perdrait se combat si Ethyl avait l'idée de se défendre, et bien-sur qu'il l'aurait néanmoins il voulait prouver aux deux chouettes ici présente qu'il ne se laisserait pas faire.

[Désoler pour le long moment d'absence :( . ]
[Et désoler pour les quelque faute aussi ^^ .]
Revenir en haut Aller en bas
Ethyl
EthylGardien(ne) d'élite - Membre du squad Oméga
Gardien(ne) d'élite - Membre du squad Oméga


Messages : 169
Date d'inscription : 22/06/2012

La fin d'un long voyage _
MessageSujet: Re: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitimeJeu 13 Juin - 23:08

Sulken devait connaître assez bien l'Effraie aux plumes de nuit pour comprendre cette réaction un brin hors des coutumes du grand arbre. Tant pis pour ce jeune Barrans surtout si il s'attendait à un accueil tout autre. Si sa légèreté d'esprit ne lui coûtait la vie à cet instant, le petit gardien allait lui apprendre rapidement à se méfier de l'impact de ses belles paroles. Bien qu'il n'avait jamais vraiment montré de bonne tenue à l'égard de Barrans, Ethyl voulait surtout que ce dernier garde un minimum de respect face à une tête brûlée comme lui. C'était ainsi, on lui avait suffisamment marché sur les serres pour qu'il garde un goût amer à chaque mauvaise remarque.

Tu l’as gâté, avec cette chute-là… Une de tes plus réussies, je trouve… Nouvelle technique ?

Toujours le mot pour rire cette Sulken ! Enfin, derrière cette petite pique bien sympathique se cachait en fait une parole d'une grande vérité. Oui, Ethyl n'en était pas à son premier coup d'essai face à ces gardiens moqueurs incapables de juger autrement que par les apparences. Sulken et lui, bien que rien ne semblait les rapprocher, avaient liés une relations mêlant amitié et respect. Sans jamais lui avoir adressé la parole, Ethyl avait beaucoup appris de cette effraie amazone. Elle était vive et combattante, en un mot : une guerrière... un caractère qu'ils auraient sûrement pu partager plus si leurs rencontres avaient été plus régulières.

Merci bien mais rien ne remplace les classiques.[/font]

Bien qu'il n'était en rien calmé de cette drôle de rencontre, Ethyl garda un ton serein montrant à quel point l'apparente frustration l'avait déjà quitté. Puis, le sourire au bec, il ajouta :

Tu côtoies de drôles de recrues dis-moi, ta patience face aux têtes à claques te joueras des tours.

Cette phrase pouvait être mal prise pour quiconque ne connaissait pas Loki, le compagnon de creux de Sulken. Ethyl n'avait jamais été capable de le piffer et de toute façon, il y avait largement assez de place dans l'arbre pour qu'ils évitent toutes sortes de confrontations. Puis, en fixant Barrans s'enfoncer encore un peu plus vers un amerrissage raté, il continua :

Qui est-ce ? Un gardien ? Tu le connais ?

Sans qu'aucun signe annonce un rattrapage in extremis, Ethyl fut plus qu'étonné de voir la jeune effraie déployer ses ailes avec une vivacité rare. Il repris de l'altitude rapidement avant de le contourner une première fois, puis une seconde. Ce n'était définitivement pas une chouette comme les autres... car presque aucune n'auraient réussit à garder son calme et à ne pas piquer dans les orties. Pour tout dire, Ethyl n'arrivait presque pas à tenir sa position avec ce vent si sournois et rafaleux alors il fut étonné de voir qu'il en était tout autrement pour Barrans.

Puis, soit dans un élan d'assurance, ou plus certainement, une envie de se venger, l'inconnu le percuta de toute sa force. Sans aucun doute, Ethyl devait être la première chouette à le reprendre sévèrement sur sa façon de juger les autres, et ça, ça ne plaisait à personne. La seconde confrontation se déroula si vite que la petite effraie ne su réellement se qui se passa. Elle réagit dans un élan d'instinct pour se libérer de l'emprise de Barrans à coups de becs et par de grands mouvements d'ailes. Ethyl n'avait pas l'envie, ni la force actuelle pour tenir tête à un tel assaut dans la tempête, surtout quand on parle d'une attaque dont il ne maîtrisait pas parfaitement chaque paramètre. Il se contenta donc de repousser Barrans avant de s'exclamer :

Assez !!!

Ethyl n'était pas fier de stopper un combat sans avoir mis à mort son adversaire, mais avec de telles bourrasques, l'issue du combat était tout de suite vue : ils allaient périr tous les deux.

Si tu veux qu'on en finisse ici, maintenant, je me ferai un plaisir de te voir offrir ton dernier souffle. Mais ce n'est clairement pas le lieu, ni même le moment de régler nos comptes, dit-il pointant du regard Sulken. Nous avons une connaissance commune qui risque de ne pas apprécier pour tout dire.

Décidément, Ethyl n'était pas dans son état normal. Etait-ce le fait d'avoir frôlé la mort qui lui donnait cette petite étincelle de lucidité et de bon sens ? Il n'en avait lui même aucune idée, mais était certain que c'était mieux ainsi. Sans s'étendre d'avantage avec de belles paroles sans fond, il attendit de voir si sa pseudo-diplomatie avait portée ses fruits.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



La fin d'un long voyage _
MessageSujet: Re: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitimeVen 12 Juil - 0:28


    Un léger sourire étira le bec de la petite effraie noire charbon. Sulken avait reporté son attention sur le gardien de la nuit, oubliant momentanément Barrans qui luttait contre la gravit é et la tempête. Elle n’en avait strictement rien à faire, puisqu’elle ne le connaissait à peine. Qu’il survive, c’était tout ce qui lui importait. Sinon, tant pis pour lui. L’arrivée au Grand Arbre constituait une sacrée étape en soi. Ceux qui y arrivaient avaient l’étoffe d’aventuriers, et de guerriers. Aider Barrans n’était finalement pas la meilleure solution pour que ce dernier réussisse cette première épreuve. Dans quoi s’était-elle encore fourrée ?

    Ethyl, à côté d’elle, prit la parole d’un air léger, presque joyeux :
    - Merci bien mais rien ne remplace les classiques.

    Ah, les indémodables classiques… Rien ne remplaçait les valeurs sûres, en effet. Sulken comprenait tout à fait le point de vue d’Ethyl. D’un autre côté, une innovation ou deux de temps en temps permettait de créer la surprise et le doute dans l’esprit d’un adversaire, habitué justement à nos dits Classiques. Le tout était de savoir doser le mélange.
    -Tu côtoies de drôles de recrues dis-moi, ta patience face aux têtes à claques te joueras des tours.


    Oh, ne m’en parle pas ! Pensa Sulken, effarée. Pourquoi avait-elle accepté d’accompagner Barrans à l’Arbre, déjà ? Oh, évidemment… Par soucis du nombre de Gardiens… Plus ils étaient, plus ils auraient de chance face aux Sang-Pur. En espérant ce celui-là ne tombe pas du côté obscur des effraies…
    Ne m’en parles pas… soupira-t-elle.

    Ethyl ajouta autre chose, mais une bourrasque de vent rendit ses paroles inaudibles, comme emportées par le vent. Mais il était clair qu’il parlait de Barrans. Reportant son regard sur le nouveau venu, elle le vit plonger, avant de se servir du vent pour remonter en altitude. Barrans, impulsé par l’énergie libérée par sa manœuvre, les dépassa, et monta encore plus haut dans le ciel. Puis, les prenant tous les deux par surprise, Ethyl et elle, la jeune effraie brune fonça sur son ami, l’attaquant vivement. Plus que déconcerté par tant d’impulsivité, Sulken regardait celui qui osait défier Ethyl en combat singulier. Et en pleine tempête, en plus.

    La petite chouette noire, qui devait déjà lutter contre le vent toujours plus fort et mesquin, se voyait attribuer un tout autre adversaire. L’Amazone s’apprêta à intervenir, lorsque le petit Gardien réussit à repousser Barrans, et eut le temps de se rééquilibrer. La jeune femelle grise ralenti sa vitesse pour retourner à leur hauteur.
    - Assez ! Si tu veux qu'on en finisse ici, maintenant, je me ferai un plaisir de te voir offrir ton dernier souffle. Mais ce n'est clairement pas le lieu, ni même le moment de régler nos comptes. Nous avons une connaissance commune qui risque de ne pas apprécier pour tout dire.

    Il l’avait désigné, et Sulken décida de hocher la tête. Le vent dans les oreilles, ils avaient néanmoins l’avantage d’être tous des chouettes effraies, à l’ouïe plus développée. Ils pouvaient tout de même communiquer dans cette tempête.

    Pour cesser toute possible dispute entre les deux mâles, la jeune gardienne haussa le ton, et décide de couper net à toute querelle possible.
    - Bon, les garçons, nous y sommes presque. Une fois arrivés à l’Arbre, continuez votre combat si bon vous semble…

    Sulken vrilla son regard bleu turquoise dans celui de leur nouvelle recrue, lui lançant un regard sombre et sévère. Elle n’était pas du tout, mais du tout contente de l’attitude de Barrans. Quelqu’un qui réagissait au quart de tour comme ça, et bien rancunier pour rendre du coup par coup. Sa voix se fit encore plus dure :
    - Et toi, Barrans, sache que je reporterai ton attitude au Parlement des Douze. Même si tu n’es pas encore officiellement l’un des notes, je veillerai à ce que tu écopes d’un Mortilex. S’attaquer ainsi à un Gardien qui remet en place un Effronté n’est pas sans conséquence.

    Néanmoins, au fond d’elle, Sulken ne pouvait qu’admirer la vitesse de récupération du concerné, et son temps d’adaptation à un milieu difficile. Une fois remis sur les rails, il pourrait très bien faire un solide gardien.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



La fin d'un long voyage _
MessageSujet: Re: La fin d'un long voyage   La fin d'un long voyage Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

La fin d'un long voyage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE :: Ga'Hoole :: Mer de Hoolemere-
Sauter vers: