Alors que les autres dorment ..

♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE

© Design par Blue
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -50%
Friteuse à air chaud (sans huile)
Voir le deal
75.04 €

Partagez | 
 

 Alors que les autres dorment ..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
InvitéInvité



Alors que les autres dorment .. _
MessageSujet: Alors que les autres dorment ..   Alors que les autres dorment .. Icon_minitimeLun 7 Fév - 3:35

    Le soleil perçait encore l’horizon, pourtant la jeune chouette était déjà éveillée, et ce, depuis longtemps. Il était tôt, et rare étaient ceux qui, à cette heure, étaient déjà éveillées. Les créatures diurne elles-mêmes ne dormaient pas encore! Ce n’était pas peu dire. Ses serres aiguisées bien encrées au roc qui entourait les grottes communes, Kludd s’affairait à lisser ses plumes avant de prendre son envol. La tâche n’était pas ardue, et elle tenait davantage de la routine que de la nécessité. Pas le moindre bruit ne venait troubler sa solitude, et il profita de ce moment de paix pour se détendre. Le respect, la valeur qu’on lui accordait à ce jour valait toutes les morts du monde, même les plus horribles, car à ses yeux, rien n’importait davantage que de se sentir enfin apprécié, valorisé – et peut-être même admiré? – par les autres. Toutefois, il ne pouvait nier que les constants efforts qu’il fournissait afin de dépasser les attentes de Nyra et de Bec d’Acier le laissaient plus souvent qu’autrement épuisé. La performance était une affaire de chaque seconde : la pression le gardait sur adrénaline à chaque instant. Il le fallait, car autrement les autres jeunes aspirants s’empresseraient de le surpasser.
    Son ouvrage terminé, Kludd lança un regard en direction des grottes communes, cherchant à voir si d’autres commençaient à s’éveiller. Il savait pourtant que la plupart des chouettes – et même celles de St-Aegolius – n’ouvraient pas l’œil avant que le soleil soit complètement couché. En quelques sautillements précis, il s’approcha de la crevasse qui délimitait les grottes et le vide du ciel. Ses ailes s’ouvrirent à moitié, il laissa le vent frais de fin de soirée s’infiltrer dans son plumage. Puis, finalement, il s’élança dans le vide. Il prit un moment pour sentir l’air contre son corps, puis il déploya entièrement ses ailes aux larges plumes et se laissa bercer par les courants thermiques qui émanaient de la terre et montaient vers le ciel pour commencer son ascension. Alors qu’il volait en harmonie avec le ciel, il se souvint de ses premiers vols : lorsque ses muscles brûlaient encore comme mille étoiles sous l’effort, lorsque le vent s’engouffrait entre chaque plume, créant une forte opposition contre laquelle il ne pouvait lutter. L’allégresse envahit la moindre parcelle de son corps, et il se conforta dans le choix qu’il avait fait : St-Aegolius lui avait permis de progresser, de devenir fort. Il avait fait le bon choix! Ses ailes frémirent, et il concentra son attention sur le sol, à la recherche d’une proie à se mettre sous le bec.

    Le vent caressait doucement ses plumes, sans faire obstacle à son vol. Le courant thermique par lequel il s’était laissé porter lui avait permis de s’élever sans trop d’efforts à une plus haute altitude, et il se contentait à présent d’amorcer une descente extrêmement lente et contrôlée en laissant l’air opposer une résistance à ses immenses ailes étendues. Lorsqu’il se sentait perdre plus rapidement de l’altitude, il se contentait d’un battement d’aile silencieux pour retrouver son rythme, alors que ses yeux, aussi perçants de nuit que ceux des aigles en plein jour, cherchaient avidement une proie qui pourrait combler sa faim. L’obscurité était complètement tombée, à présent, et dans le ciel, la lune était pleine. Il ne savait que trop bien ce que cela signifiait : cette nuit même, de nouveaux jeunes rapaces seraient ramenés l’orphelinat. Certains d’entre eux, comme lui, seraient sélectionnés pour joindre l’armée de Nyra et de Bec d’Acier. D’autres, par contre, seraient jugés faibles et seraient alors déboulunés. Dans la mesure ou cela lui était possible, il préférait éviter d’assister à cette cérémonie, qui malgré tout ne manquait pas de lui rappeler sa traîtrise. Il préférait se conforter dans l’appréciation de sa nouvelle vie en évitant tout ce qui pourrait lui rappeler Soren et, du même coup, lui faire douter de son choix. Il perçut, beaucoup plus haut au dessus de sa tête, le vol d’un grand duc portant avec lui une jeune chouette enlevée à sa famille. Il leva les yeux un instant, observant le grand oiseau qui, solitaire, transportait sa proie en se dirigeant vers St-Aegolus. Lorsqu’il l’eut dépassé, son attention se tourna de nouveau vers le sol. Il aperçut alors, des mètres plus bas, le mouvement burlesque et précipité d’une petite chauve-souris battant vigoureusement des ailes en chassant le frelon. Kludd ne pouvait s’empêcher de vouer à ces créatures un dégoût et une haine démesurés, et ce, même si ces dernières participaient à la cause de Bec d’Acier. Il comprenait leur utilité dans la récolte des paillettes, mais il les détestait tout de même. Comment accepter ainsi d’œuvrer près de créatures qui normalement devraient leur servir de repas sans être ne serais-ce qu’un peu rebuté?

    Cette chauve-souris là, à tout le moins, ne servait pas leur cause. Pauvre petite. Lentement, Kludd calqua son vol sur celui de sa proie, ralentissant son vol pour mesurer sa vitesse. Comme il la dépassait progressivement, il balança légèrement les ailes, tourna le gouvernail de sa queue et fit un cercle en plein vol, sans lâcher l’animal du regard. Il revint ainsi se positionner derrière la chauve-souris, toujours plus haut, et alors qu’il considérait avoir suffisamment bien analysé la distance qui les séparait et la vitesse de sa proie, il replia les ailes contre son corps et, tête première, se laissa chuter presque en ligne droite vers le sol. Lorsqu’il arriva près de sa proie, il étendit les pattes, redressa légèrement tête et queue, et déploya grand ses ailes au moment où ses serres se refermaient sur le corps fragile de la chauve-souris. Elle mourut sur le coup, les os rompus par la force de l’impact, et sans même battre des ailes, le jeune tyto se contenta de laisser ses longues plumes ralentir sa descente, avant de se poser sur un rocher surélevé qu’il avait enligné précédemment.


[J'avais vraiment pas le temps d'écrire deux topics en ligne ce soir ... donc j'ai repris le début de mon topic avec Moonlight, puisqu'il a été annulé. Quelle grosse flemmarde je fais, désolée Alors que les autres dorment .. 58013110.
Je ferai mieux à l'avenir!]
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



Alors que les autres dorment .. _
MessageSujet: Re: Alors que les autres dorment ..   Alors que les autres dorment .. Icon_minitimeSam 12 Fév - 11:49

[Tu pourrais commencer 100 fois avec ce début, ça ne me dérangerait pas du tout ! :D]

    Le ciel grouillait de rapaces nocturnes, l'éclat de leurs serres de combat rutilantes concurrençait celui de la Lune et des étoiles qui se reflétaient sur la surface de la Mer d'Hoolemere. Elle aussi semblait avoir connaissance du combat qui allait se jouer : sa surface, assez calme d'habitude, était devenue houleuse, semblant déterminée à engloutir quiconque s'approcherait trop de sa surface. Au loin, à l'horizon, on pouvait distinguer la silhouette majestueuse du Grand Arbre de Ga'Hoole, elle en impressionnait même les Sang-Purs venus conquérir ce lieu d'une grande beauté, non pas pour l'aspect esthétique mais prendre possession du Grand Arbre signifierait la fin des Gardiens, la fin de leurs ennemis. Que ce serait facile ! Les Gardiens n'étaient qu'un ramassis de chouettes plus impures et faibles les unes que les autres.

    Les premières serres s'entrechoquèrent en un bruit métallique unique. Ce bruit fut suivi par d'autres du même genre : le combat venait de commencer. Des gémissements retentirent, et des corps inertes tombèrent, troublant la surface de l'eau miroitante. Parmi les combattants, on distinguait une effraie femelle à la blancheur presque égale à celle de Nyra, elle se battait aussi vigoureusement que l'élite des Sang-Purs. C'était aussi facile qu'elle l'avait espéré, elle enchaînait les attaques et les esquives à une vitesse surprenante. Soudain, elle se rendit compte qu'ils n'étaient plus que deux Sang-Purs sur le champ de bataille : elle et Raven, une effraie masquée. Les Gardiens avaient perdu très peu de leurs membres ... Pourtant ... Pourtant elle avait tué des dizaines de chouettes ! Comment était-ce possible ? En fait ... Elle s'était trompé ... Elle avait tué les membres de son propre clan. Son regard se porta à la surface de l'eau constellée de cadavres ... D'effraies. "Comment est-ce possible ? Non ! Non, je n'ai pas tué les plus Purs !"

    Soudain, elle ressentit un choc, incapable de continuer à voler, elle commença à tomber. Dans le ciel, elle vit Raven ... C'était lui qui venait de la précipiter vers le fond ... La vison de l'effraie se voila petit à petit : elle était en train de mourir ... Mourir de la serre même d'un ami ...


    Oméni ouvrit brusquement ses yeux noir d'encre et regarda autour d'elle : juste les parois asséchées d'une grotte creusée dans la roche, dans les cañons de l'Orphelinat St Ægolius. Quel rêve étrange ! Et si réel ... Mais ce n'était qu'un mauvais tour de son subconscient, rien de moins grave qu'un mauvais rêve ! Il n'y a que les faibles qui en ont peur. L'effraie se secoua les ailes, peut être pour être bien sûre d'être revenue à la réalité, et passa la tête dehors : le Soleil se couchait à peine et la chaleur était pourtant écrasante, bien qu'on était en plein hiver. Mais Oméni savait bien qu'elle était incapable de se rendormir après ça. Elle se laissa tomber des le vide et étendit ses larges ailes afin de capturer l'air et de s'élever tranquillement grâce aux courants thermiques. Qu'allait-elle faire en attendant que la nuit tombe ? Pourquoi pas ... Chasser. Son estomac était tailladé d'une faim assez inhabituelle et elle mourait d'envie de croquer une quelconque proie.

    Les Cañons étaient un endroit balayé par divers courants chauds, tellement pratiques pour les rapaces ! Oméni volait sans problème et pouvait porter toute son attention sur son ouïe afin de pouvoir repérer les battements de cœur d'une quelconque proie ... Comme par exemple cette gerboise qui se toilettait sur une corniche, insouciante du danger pourtant si proche. L'effraie avait l'angle parfait, elle replia ses ailes et fonça sur sa victime, les rouvrant au dernier moment, les serres tendues. Le rongeur n'eut pas le temps de fuir ou de se voir mourir, Oméni sentit les os de sa proie sur broyer entre ses serres. Elle s'envola vers un endroit duquel elle pourrait déguster son repas sans problème : une saillie rocheuse parfaitement placée. Elle amorça son atterrissage et s'agrippa à celle-ci avec ses serres aiguisée. La Tyto ne fit qu'une seule bouchée de l'animal, et cela suffit à ce qu'elle soit repue.

    Oméni s'affaira à sa toilette post-repas et se lissa les plumes, le temps avait bien avancé et la Lune allait très bientôt se lever, on voyait d'ailleurs quelques étoiles dans le ciel teinté d'un magnifique rouge, tel que le sang. Cela ne manqua pas de rappeler son rêve à l'effraie. Elle n'était pas de ceux qui croyaient que les rêves avaient une signification mais quand même ... Il était rare qu'elle se souvienne de ses rêves, généralement, elle les oubliait dès son réveil, mais pas celui-là ... Bah ! Mais pourquoi donc s'inquiéter ?

    Son regard descendit sur l'horizon et elle vit une silhouette familière à quelques dizaines de mètres de là. Ce n'était autre que Kludd, le Prince, posé sur un rocher surélevé. Qu'avait-il de plus qu'un autre, en fait ? C'était le chouchou de Nyra et Bec d'Acier, et alors ? Il n'était pas beaucoup plus fort qu'Oméni et un jour, celle-ci pourrait enfin le montrer. Mais ce jour n'était pas encore arrivé et elle n'alla pas à sa rencontre.


[Plus ça avance et pire c'est dans cette rep j'ai l'impression]
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



Alors que les autres dorment .. _
MessageSujet: Re: Alors que les autres dorment ..   Alors que les autres dorment .. Icon_minitimeSam 26 Fév - 4:04

    Il eut tôt fait de terminer son repas de fin de soirée, qui ne laissa guère plus que quelques goûtes de sang et des touffes d’un poil ras et noir sur le rocher qui lui avait servit de perchoir. Il n’y demeura pas longtemps : dédaignant le lieu de son casse-croûte, il se propulsa sur une autre corniche d’un simple battement d’ailes. Ses serres agrippèrent la pierre sèche, et son regard se posa au plus grand hasard sur la silhouette d’Oméni, à laquelle il n’accorda d’abord pas beaucoup d’attention, et pour cause : il avait d’abord cru qu’il s’agissait d’un mâle, et il n’avait ni le temps ni l’obligation de s’occuper de saluer toutes les chouettes et les hiboux de l’armée de Bec d’Acier qui risquaient de croiser son chemin. Conscient de la présence d’Oméi, il tâcha de ne pas lui tourner le dos, gardant tout de même un certain esprit critique et une prudence toute naturelle à l’égard d’un individu qu’il ne connaissait pas encore ..
    Puis, il commença sa toilette, en débutant par les couvertures secondaires, sur lesquelles il ne s’attarda pas puisque son plumage était très entretenu. Il se concentra davantage sur les rémiges primaires, prenant grand soin de ces longues plumes qui lui permettaient de voler en faisant autant de bruit que s’il avait été absent. C’est alors qu’il s’occupait de lisser les tectrices de son ventre que son regard accrocha réellement Oméni, et qu’il la reconnut.

    C’était l’autre nouvelle, celle qui était arrivée en même temps que Raven. Tout en continuant sa toilette, il se permit de l’observer un petit moment. Du bec de certains soldats, il avait entendu dire que la beauté et la blancheur de la nouvelle recrue étaient prêtes d’égaler celle de Nyra. Kludd se demanda si ces mauvais parleurs avaient seulement déjà aperçue la reine des Sangs Purs. Certes, le plumage de la jeune effraie était très pâle, beaucoup plus que la moyenne. Cela n’avait toutefois rien à voir avec l’immaculée blancheur de Nyra, que le jeune prodige avait eu l’occasion d’admirer plus d’une fois. Quant à sa soi-disant beauté … Comment dire. Oméni était, certes, très belle, mais d’une beauté différente de celle de Nyra : son charisme était, selon lui, purement masculin. Elle avait la force physique et la force de caractère, mais pas l’élégance et le charme d’une femelle aussi splendide que Nyra. Ceux qui se permettaient de les comparer ne savaient visiblement de quoi ils parlaient. Ne faisant pas plus de cas de la jeune étrangère, Kludd, qui avait terminé sa toilette, s’élança dans le vide d’une impulsion de ses larges serres et s’envola avec aisance, se laissant soulever par les courants d’air chaud qui commençaient déjà à s’échapper du sol, à mesure que l’atmosphère refroidissait. La nuit était tombée, à présent, et la lune était pleine.
    Cela signifiait qu’il n’y aurait pas d’entraînement, cette nuit-là : les recrues qui avaient été placées sous son aile avaient été demandées pour surveiller les nouveaux arrivants qui allaient être déboulunés. Ce serait, pour eux, une épreuve qu’ils auraient à réussir : plusieurs auraient été étonnés de voir combien de recrues de l’armée de Bec d’Acier se prenaient de pitié pour les chouettes qui se faisaient débouluner. Malheureusement, la pitié ne faisait pas partie du répertoire de sentiments que devait posséder un bon soldat.

    Rapidement, ses larges ailes le portèrent loin d’Oméni, qu’il abandonna derrière lui sans scrupule. Elle n’avait pas besoin de lui et il n’avait point envie d’engager la conversation : elle saurait se débrouiller seule. Il volait donc seul, détendu, profitant de cette nuit unique pendant laquelle il pourrait penser à autre chose qu’à l’entraînement. Il n’en avait eu que très peu, de ce genre de nuits, depuis son arrivée à St-Aegolus. Pour une fois, nul n’aurait pu dire qu’un peu de repos ne serait pas mérité. À vrai dire, une partie de lui était soulagée de pouvoir se reposer ne serais-ce qu’une seule nuit, et il comptait bien en profiter …
    Mais le destin en choisit autrement.

    Il volait à très basse altitude, entre les crevasses et les valons qui menaient à St-Aegolus, lorsqu’il perçu des battements de cœur. Ils étaient nombreux, mais il put en distinguer au moins trois. Intrigué, il se posa rapidement hors de portée de vue, son corps replié pour prendre le moins de place possible et pour se fondre dans l’obscurité. Un battement d’aile retentit, puis un second. Des serres cliquetèrent. Puis, une voix s’éleva.

    - On les a perdus de vue …

    - Ce n’est pas grave. Nous savons à présent où ils emportent nos petits. Maintenant, il faut aller prévenir les autres, et agir avant la fin de la nuit.

    Une silhouette se détacha devant la lune. Le plumage ébouriffé d’une chouette de la forêt de tyto brilla sous les rayons d’argent, et un regard dur balaya les environs, passant sur lui sans le voir pour autant. Au bout d’un moment, la chouette étendit les ailes et s’élança dans le vide. Trois autres silhouettes la suivirent. Le groupe changea de direction et repris le chemin de la forêt de tyto. De sa cachette, Kludd avait clairement perçu les paroles du groupe, et compris l’essentiel de ce que ça signifiait : les parents victimes de l’enlèvement de leurs petits comptaient se faire justice eux-mêmes. Il sourit, moqueur : ces pauvres bougres ne survivraient jamais contre l’armée de Bec d’Acier, et ce, peu importe leur nombre. Mais …
    Mais pourquoi faudrait-il leur laisser la chance de se faire justice? Ils n’étaient que quatre, après tout. Et s’ils ne parvenaient pas à la forêt de tyto? Les autres ne seraient jamais mis au courant. Kludd laissa le groupe prendre de l’avance, puis il s’envola à son tour, prenant les quatre parents furieux en chasse. Oh, il ne comptait pas les attaquer … pas de front et à lui seul … Mais il connaissait bien le chemin que les adultes empruntaient. Dans peu de temps, le groupe d’espions passerait au-dessus de l’endroit où Oméni s’était posée précédemment. Si les rumeurs circulant sur la force de la femelle étaient fondées, alors, ils seraient assez de deux pour combattre ces quatre adultes qui, vraisemblablement, ne savaient pas comment se battre.


[Désolée pour le temps de réponse ... j'ai cru bon d'ajouter un peu d'action. Sinon, j'ai l'impression que nos persos se seraient jamais parlés .. xD]
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



Alors que les autres dorment .. _
MessageSujet: Re: Alors que les autres dorment ..   Alors que les autres dorment .. Icon_minitimeSam 5 Mar - 12:03

[Idem pour moi, maintenant que je suis -enfin- en vacances, j'aurai plus de temps ;)]

    Oméni se prit à détailler Kludd pendant qu'il s'occupait de sa toilette post-repas : il était très ... Foncé. Oui, c'était le mot. En fait, il était tout l'inverse d'Oméni : alors qu'elle possédait un plumage plus pâle que la normale, il en avait un plus roux-brun. Son poitrail, censé être blanc pur, avait une couleur rappelant celle de la chevêchette. Et pour couronner le tout : même son masque facial en forme de cœur était strié de marques rouges.

    La jeune femelle en eut presque la nausée ... Comment un Tyto Alba aussi impur pouvait-il prétendre être Prince ? Oui, impur était le mot ... Oméni voudrait tellement être à sa place ... Et elle le méritait, ça, au moins, elle en était sûre ! Un jour, elle se trouverait à la place de cet impur! Elle détourna la tête : ce spectacle la dégoutait et la remplissait de rage, une rage qu'elle ne pouvait contenir. En voyant son ombre passer au-dessus d'elle, la Tyto eut un désir fou de sauter et de lui arracher les ailes, mais non : elle aurait immédiatement été bannie de St Ægo', plus qu'une solution : se contrôler ...

    Ou pas.

    Oméni sauta de son perchoir et s'envola dans les airs, pensant que la sensation du vent entre ses plumes pourrait la calmer. Mais une autre occasion de déchaîner sa rage se présenta : quatre chouettes mécréantes passèrent au-dessus d'elle, des intrus dont on ne pouvait tolérer la présence. Oméni ne pensa qu'à une chose : les tuer, comme elle avait tué ses propres géniteurs. Elle se mit donc en chasse. Elle avait déjà vu Kludd, qui se tenait derrière elle, ce qui avait fait décupler sa rage. Elle avança aussi vite que ses ailes pouvait la portait, mue par cette force nouvelle offerte par cette même rage. Elle arriva bientôt sur le groupe et se dirigea sur la Tyto Alba la plus à la traîne : une jeune femelle ayant tout juste l'âge d'avoir quelques poussins. A peine celle-ci eut-elle le temps de comprendre ce qui se passait qu'elle avait déjà l'aile gauche arrachée des serres mêmes d'Oméni. La chouette tombait vers le sol en lançant un cri horrifié, Oméni plongea pour la rattraper au dernier moment et, du même coup, lui briser la nuque. Elle abandonna ensuite le cadavre sur le sol aride et, déjà, des petites créatures charognardes se précipitaient sur la chair fraîche ... La chouette effraie survivante admira un moment le travail : son propre plumage était lui même couvert de sang, ce qui lui arracha un petit sourire satisfait. Finalement, elle retourna dans les airs et se dirigea vers une autre victime ...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



Alors que les autres dorment .. _
MessageSujet: Re: Alors que les autres dorment ..   Alors que les autres dorment .. Icon_minitimeDim 6 Mar - 0:19

[C'est rien, et bonnes vacances du coup! ]

    Le cas des intrus ne tarderait pas à être réglé. Il ne les poursuivait que depuis un court instant, lorsqu’Oméni, comme il s’y était attendu, se joignit à la partie. Elle n’attendit d’ailleurs aucun signal pour se lancer à l’assaut : sans même lui lancer un regard, elle pris la plus jeune des quatre chouettes présentes en chasse et, l’effet de surprise jouant à son avantage, lui blessa sévèrement l’aile à la base. Volant derrière le groupe, Kludd eut tout le loisir d’observer la plaie ouverte qui sectionnait l’aile de la jeune mère en perte, l’arrachant à moitié, l’empêchant de voler et la condamnant à une mort certaine. Depuis son arrivée à St-Aegolus, il n’avait pas eu tant d’occasions que cela de faire couler le sang de ses semblables, et la vue du fluide écarlate perlant le long des plumes – accompagné des cris d’horreur de la femelle – arrivait encore à lui causer de nombreux petits frissons d’inconfort qui parcouraient son corps et sa peau comme des goûtes de pluie.

    En chemin, il avait pris de la hauteur, et il surplombait à présent le groupe d’espions afin de pouvoir les attaquer de haut, se jouant ainsi de leur vulnérabilité. La femelle blessée s’était mise à tomber, impuissante, vers le sol. Son aile valide battait l’air d’une manière désordonnée, faisant culbuter et chavirer son corps. Alors, il aperçut Oméni, qui plongeait droit vers la chouette déchue afin de l’achever. Il ne se retint pas d’étirer un sourire sarcastique. Malgré ses airs supérieurs, elle venait de commettre une erreur que même beaucoup de débutants n’auraient pas commise, par bon sens, tout simplement. Pourquoi vouloir achever un adversaire qui, de toute manière, était condamné à se briser sur le sol? Se faisant, la femelle s’était exposée à la vengeance des trois autres chouettes qui, remises du choc de l’attaque, fondirent sur elle d’un même mouvement, avec la rage de ceux qui ont trop souffert de pertes. Peu importe leur manque de compétences – de fait, ils n’avaient pas même pensé à regarder autour d’eux pour s’assurer qu’Oméni n’était pas seule – ils étaient tout de même deux de plus qu’elle. Intérieurement, Kludd accompagna ce ramassis d’erreurs grossières d’un rire sardonique, qui, étrangement, aurait sonné faux à l’oreille de quiconque l’aurait entendu. Alors qu’Oméni achevait sa première victime, le jeune prodige des Sangs Purs replia ses ailes contre son corps et, dans l'excitation du moment, oubliant de se faire silencieux, fondit à son tour sur le petit groupe d’espions. Oméni avait finalement abandonné la femelle, et s’était retournée pour affronter les autres chouettes … mais ces dernières s’étaient dangereusement rapprochées, et celui qui semblait être leur chef s’était sauvagement abattu sur la jeune femelle en poussant un cri de rage, ses serres puissantes prêtes à lacérer la jeune tyto. Kludd gagna rapidement en vitesse, et il les rejoignit en un rien de temps. Loin de ralentir une fois arrivé à leur niveau, il concentra toute sa masse pour percuter en plein vol l’aile droite d’un second attaquant. Ses serres tendues devant son bec l’agrippèrent, alors qu’il continuait sa descente. L’os fragile qui animait l’aile de sa victime se brisa sur le coup de l’impact. Il lâcha prise aussitôt et bascula légèrement le corps avant d’étendre ses ailes, de reprendre son équilibre et de stabiliser son vol. Puis, de quelques puissantes impulsions, il reprit de la hauteur et vit un large demi-cercle, avant de se diriger de nouveau vers le combat. Laissant son compagnon se charger d’Oméni, la chouette restante lui faisait face et attendait que quelque chose se passe. Quelques regards en coin au cadavre de ses deux compagnons gisant au sol trahissaient sa nervosité et son manque d’expérience. Kludd se contenta de voler pendant un instant, menaçant l’autre chouette de sa présence et de ses plumes gonflées, pour voir si le combattant restant perdrait le contrôle et attaquerait aveuglément. Mais son adversaire semblait plutôt vouloir garder ses distances.

    Finalement, le jeune parjure cessa de tourner autour du pot. Il fonça vers son ennemi d’une impulsion des ailes, feignit de tendre les serres dans sa direction et bifurqua au dernier moment, frôlant la chouette du bout de ses ailes et reprenant sa trajectoire. Il répéta l’opération à quelques reprises, rapidement, jusqu’à ce que son adversaire montre quelques signes de désorientation. Alors, il battit violemment l’air de son aile gauche afin de basculer son corps et, juste avant que l’adulte se retourne vers lui, enfonça ses serres dans les muscles reliés aux ailes de l’oiseau. Ce dernier se débattit furieusement, toute la force de son corps s’acharnant à se libérer de cette emprise qui le blessait. Évidemment, voler dans ces conditions aurait été impossible : Kludd se contenta donc de contrôler son atterrissage forcé du mieux qu’il pouvait. Il entraîna son adversaire sur une plateforme rocheuse et tenta de l’immobiliser au sol, mais malgré ses efforts, la chouette parvint à appuyer ses serres sur la roche. Elle les propulsa tous les deux au sol d’une violente impulsion. Kludd atterrit sur le flanc et sentit une douleur lui tordre l’aile pendant un moment, mais il ne craignit pas pour sa santé : son premier soucis consistait à ne pas laisser son adversaire reprendre son envol. Il se releva et plongea rapidement vers la chouette, qui lui fit de nouveau perdre l’équilibre en se débattant. Mais cette fois, il avait bonne prise : l’une de ses serres emprisonnait solidement la nuque de son adversaire. Ce dernier, affolé, poussa de nombreux cris perçants et se mit à lui labourer le poitrail de ses serres, aveuglément, en tentant de se libérer. Sentant l’urgence de s’éloigner des griffes qui ne le blessaient pas sérieusement, mais qui le blessaient tout de même, Kludd sautilla sur sa patte encore libre, joua un peu de ses muscles pour écraser et tordre le cou de son adversaire et, finalement, arriva à retourner ce dernier sur le ventre et, ainsi, à se protéger de ses pattes folles.

    La chouette captive ne tarda pas à s’épuiser et à s’immobiliser, vaincu. Il ne l’acheva pas : rien ne leur coûterait de garder un otage afin de s’informer de ''ces autres'' dont il avait entendu parler, plus tôt. Ils pourraient toujours la tuer ensuite. Kludd jeta un vague regard à Oméni et à son adversaire, attendant que cette dernière se débarrasse du dernier espion restant. Un élancement dans son aile lui indiquait que son attérissage forcé avait dû lui étirer un ou quelques muscles. En attendant la mort du dernier combattant, il se permit de lisser un peu les plumes ébouriffées par le combat et de jeter un court regard aux quelques petites plaies qui marquaient son poitrail. Bien que superficielles, elles saignaient et brûlaient un peu à cause de la poussière. Elles laisseraient quelques cicatrises qui, dans moins d’une lune, auraient disparu sous son plumage.


[J'étais inspirée aujourd'hui, tiens ... Si quelque chose ne te conviens pas, tu peux le dire! ^^]


Dernière édition par Kludd le Dim 6 Mar - 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



Alors que les autres dorment .. _
MessageSujet: Re: Alors que les autres dorment ..   Alors que les autres dorment .. Icon_minitimeDim 6 Mar - 18:46

[Franchement, je suis un peu perdue au moment de la bataille :s mais bon, ça va pas changer ma vie de m'y retrouver XD]

Deux autres Tytos fonçaient sur elle, surprise par cette apparition, elle effectua un tonneau sur le côté pour éviter l'impact. Oméni se retourna ensuite face au sol et vit deux cadavres part terre : "sa" chouette et une qui fut certainement tuée par Kludd, qui, lui, se précipitait sur un des deux rapaces restants. La femelle fonça sur celui qui restait, il venait à peine de se rendre compte que la Sang-Pur lui avait échappé ... Et celle-ci avait une certaine envie de jouer avec la dernière proie restante ...

Je suis juste derrière toi, petit faible.

L'intrus se retourna et fonça encore une fois sur Oméni, celle-ci esquiva facilement, elle n'eût même pas un éraflure. Tout cela lui donnait déjà un très grand plaisir ... Il retourna à la charge, cette fois-ci, Oméni l'esquiva tout en lui lacérant profondément le flanc infligeant une blessure béante dont coulait un liquide écarlate, plus couramment appelé sang, l'essence même de la vie qui quittait le corps du rapace.

[Pas fini, 'vais manger des pizzas]
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



Alors que les autres dorment .. _
MessageSujet: Re: Alors que les autres dorment ..   Alors que les autres dorment .. Icon_minitimeSam 9 Avr - 15:28

[Arrête de manger autant de pizzas, c'est pas bon pour ta santé! >=O Autrement dit, up? xD]
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



Alors que les autres dorment .. _
MessageSujet: Re: Alors que les autres dorment ..   Alors que les autres dorment .. Icon_minitimeDim 10 Avr - 13:22

(justement, j'en ai encore mangé hier ...
J'édite pas tout de suite, j'suis un peu occupée :x Mais normalement ... Grand max' ce soir, tu l'auras ;))
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité



Alors que les autres dorment .. _
MessageSujet: Re: Alors que les autres dorment ..   Alors que les autres dorment .. Icon_minitimeVen 29 Avr - 16:25

[ Alors que les autres dorment .. 25735110 ?]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Alors que les autres dorment .. _
MessageSujet: Re: Alors que les autres dorment ..   Alors que les autres dorment .. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Alors que les autres dorment ..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ CHAPITRE 5 - UNE ALLIANCE IMPROBABLE :: Corbeille :: Archives des RPs-
Sauter vers: